Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Bartolone ?  Tant va la cruche à l'eau, qu'à......
Bartolone ?  Tant va la cruche à l'eau, qu'à......

D'un lecteur en présentation d'un article de Michel Janva sur Claude Bartolone qui s'est disqualifié hier par des propos indignes contre sa rivale dans la région île de France, Valérie Pécsresse. ( LS )

 

 

Bartolo-la-haine, avec sa gueule de brave type, la tronche toute bosselée, un peu de travers, qui sourit timidement, la gueule du pauvre gars devenu socialo parce qu'il ne pouvait rien faire d'autre dans la vie, vient de faire son coming out. Quel tribun ! L'élimination de Neuilly, de Versailles, de la race Blanche, rien de moins. C'est Carrier, Tureau, Hitler et Pol Pot réunis. Et voilà Bartolo-la-haine, avec sa prononciation approximative et son petit magot de socialo jouant maintenant dans la cour des grands, ces grands qui, chez les socialos ne peuvent s'empêcher de projeter dans leurs envolées pitriques (leurs envolées de Pitre, quoi !) le souffle d'une haleine fécale. Oui, fécale ! Son recours au socialo-propulseur pour distancer sa rivale aura surtout montré que le gentil Bartolo est en réalité un méchant, ce qu'il n'a pu s'empêcher de le révéler dans un moment de führer. Dans ces moments-là, on laisse échapper beaucoup de choses, surtout quand on cherche à prendre de la vitesse. Lui qui toujours fait un peu pitié parce que tant qu'il n'a pas ouvert la bouche son regard de chien battu, toujours prêt à rendre service, l'a toujours fait passer pour un gentil ; lui dont l'air laborieux d'abruti méritant l'a toujours emporté sur l'authentique salaud que couve chaque socialo sorti de son statut de pauvre aboyeur de slogans, eh bien le voici devenu Cloclo-le-terrible, quoique son discours, inadmissibles chez l'un des tous premiers personnages de la République soit certainement, aux yeux de la bien-pensance qui n'en pense pas moins, un détail. Un détail... insignifiant, cela va de soi.

 

Là, le sale type, s'est quelque peu démasqué, rappelant qu'Hitler, lui aussi n'était qu'un pauvre hère, un traîne-savates, jusqu'à ce que ses discours enflammés ne révélassent le dégueulasse.

 

"Il est des nôtres", peuvent désormais chanter en chœur tous les déchets de la civilité dont un certain nombre s'apprête à voter pour lui (en parfaite connaissance de cause). C'est ce qui s'appelle... la cooptation.

 

En conclusion, si les Français élisent des gens comme ça, il faut croire que c'est parce qu'ils les méritent. Un peu comme l'humanité a mérité le péché originel, par la faute de deux étourdis, prêts à écouter n'importe qui leur promettant n'importe quoi. Il serait  sans doute étonnant que de grands serviteurs de l'État comme Vauban, par exemple, eussent tenu pareils propos. En revanche, pour ce qui est des grands ténors de la Terreur... 

 

Comme quoi la caque sent toujours le hareng.

 

Ben quoi ? On est ignoble ou on ne l'est pas, c'est tout.

Envoyé de mon iPad


 


 

Claude Bartolone, votre moteur, c'est la haine

Charge de François-Xavier Bellamy dans Le Figarovox contre le candidat du PS en Ile de France :
"[...] Votre sortie n'a rien d'un accident. Elle signe, noir sur blanc, le seul vrai nom de votre camp: vous n'avez pas de vision, pas de projet, parce que votre moteur, c'est la haine. La haine de celui qu'on peut rejeter en toute bonne conscience, de cette France que vous insultez, et qu'une tribune sur le site de l'Obs appelait cette semaine à violerLa haine de ces familles que vous méprisez, des catholiques qui osent encore exister, de tous ceux qui, parce qu'ils aiment encore leur pays, méritent bien d'être méprisés. Votre Île-de-France est «humaine et fraternelle», sauf pour les Versaillais, qui ne méritent pas votre humanité. Votre Île-de-France est «ensemble, ensemble, ensemble»… mais ensemble contre «la race blanche»? [...]"
Pour mémoire :
CV4w0DNWwAApbsL

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Paul Tikitak 11/12/2015 19:47

Heureusement qu'il ne s'appelle pas Bartolon, car il se serait forcément trouvé un poète pour dire : "quel c...". Ledit poète devra se contenter du simple constat que Bartolone déconne. Au fait, où est le scoop ?

Djamal Parlant 11/12/2015 17:36

La seule excuse de Bartolone (lorsqu'il s'en prend à la race blanche à travers Valérie Pécresse), serait qu'il ne comprenne pas très bien ce qu'il dit. Cette hyposthèse est d'autant plus avérée que ce ne serait pas un cas isolé. C'est même une caractéristique fondamentale des SS (entendez par là Spécificités Socialistes). La preuve nous en a encore été donnée par la condamnation mardi par le Tribunal correctionnel de Caen d'un "jeune" - il s'agit d'un lycéen de 18 ans - à trois ans de prison deux ans ferme pour avoir posté plus de 70 pages de tweets dans lesquels il exprime depuis plus de 6 mois son soutien à Daesh, et plus récemment aux attentats du 13 novembre . Le présumé juge qui a prononcé une telle peine n'a sans doute rien compris des instructions de la place Vendôme, car celles-ci viseraient à réserver la prison aux délinquants raciaux (coupables de délits racistes, homophobes voire islamophobes). En outre, ce ministre de Thémis (comme on dit de celui qui a la charge du culte) n'a pas davantage compris les recommandations de la place Beauveau dont une circulaire indiquait il y a un an que « prôner le djihad n'est pas un délit ».

Marcel de Guérande 11/12/2015 16:03

Aux dernières nouvelles (cf. L'Express en ligne) le raciste de service maintient ses propos (en secret il les revendique, sans doute). Quand on vous dit que la filiation entre le national-socialisme et le banal-socialisme est établie, faudra-t-il attendre que les socialos l'inscrivent dans la Constitution, pour que cela devienne officiel ?