Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Sondage : Marion Maréchal-Le Pen distance Christian Estrosi en Paca

Sondage n'est pas oracle. Rien donc n'est joué en PACA, et Les Républicains ( ex UMP ) peuvent espérer sauver leur mise au 2 ème tour avec l'aide des socialistes pour qui la victoire de cet « adversaire » ne serait que demi mal.

Mais c'est précisément cette considération d'un demi mal pour la gauche qui risque de faire basculer une partie de l'électorat des républicains du premier tour dans l'escarcelle de madame Maréchal Le Pen au deuxième tour, tant une majorité des Français en ont assez des demi-mesures et de la politique ni chair ni poisson qui nous empoisonne depuis des décennies.

C'est la même raison qui a causé la perte de Nicolas Sarkozy durant son quinquennat. L'ancien chef de l'Etat a été élu largement en 2007, par une partie de cet électorat qui en PACA se reporte aujourd'hui sur Marion Maréchal Le Pen. Ceux-ci ne l'avaient pas élu en effet pour pratiquer une « ouverture » du gouvernement à des politiciens de gauche, ( ouverture pratiquée des les premiers jours du quinquennat ) ni pour ratifier ( à Lisbonne ) par une entourloupette digne des radicaux socialistes un Traité européen que les Français avaient refusé par plus de 55 % deux années auparavant.

Si l'on tient compte du fait que dans le nord, Marine Le Pen a de très fortes chances de l'emporter, et que le FN pourrait, quoique plus difficilement, remporter un ou deux succès supplémentaires, l'on pourrait assister d'ici peu à un renouvellement substantiel du paysage politique Français.

Je voudrais cependant rassurer ceux qui auraient besoin de l'être, préciser que nous ne sommes pas à la veille de l'installation en France d'un régime fasciste, comme le laisse entendre la propagande éhontée, et mensongère de ce que le FN a appelé naguère l'UMP.S.

Non seulement le chef de l'Etat ( puisqu'il faut bien lui attribuer ce titre, immérité, que nous lui avons accordé en 2012, par notre vote irréfléchi ), demeure en place jusqu'en 2017, disposant d'une majorité à l'Assemblée nationale, mais encore la gauche conservera ces puissants groupes de pression que sont les syndicats, ( propres à bloquer les rues, et l'économie comme ils en ont l'habitude ) mais aussi la connivence d'un monde médiatique à lui tout acquis, dans sa majorité, et encore le soutien, à Bruxelles et ailleurs, de tous ceux qui aspirent à l'abaissement de la France dans le monde, notamment les Etats Unis d'Amérique.

Il n'y a pas d'incendie dans la maison, mais certainement un ras le bol, des larges couches d'électeurs du FN qui en ont assez d'entendre le slogan «  tout faire pour barrer la route au FN », ou « barrer la route au FN à n'importe quel prix ».

Disons clairement que si la droite classique veut effectivement stopper l'ascension du FN, ce ne sera pas en persévérant dans ce gauchissement de sa politique, dans la collusion avec une gauche dégénérée et impuissante à mettre en place une politique efficace autre qu'idéologique, mais en revenant à ses fondamentaux, posés jadis par de Gaulle et Pompidou, en tenant compte des modifications de la conjoncture survenues depuis cette époque.

Ce n'est pas en refusant de prendre en considération les préoccupations graves des Français lucides : la lutte contre le terrorisme et ses causes, la mise en péril de l'identité nationale, que l'on y parviendra.

En ce qui me concerne, je demeure comme je l'ai toujours été, dans la mouvance de la droite classique.

Mais; s'il le fallait je n'hésiterais pas à me désolidariser de partis qui voudraient nous vendre de la bibine dans des flacons étiquetés « grands crus ». (lire aussi l'article que je vais publier plus tard dans la soirée intitulé « J'accuse ».

 

Le Scrutateur.

 

Marion Maréchal-Le Pen distance Christian Estrosi en Paca

 

http://www.lefigaro.fr/elections/regionales-2015/2015/11/29/35002-20151129ARTFIG00114-sondage-marion-marechal-le-pen-distance-christian-estrosi-en-paca.php?m_i=7zy7BKe1OEX15Bp9mlhxxMIseIGeouqCaOr_lyKTMyI56GDRtstZ05AVNX36fdd59h5X0WJ_%2BhbWnOzUaDopGEzYITK_8S2u7202L97V&a2=20151129222749&a3=763-2244490-883572

 

Dans notre enquête, l'Ifop pronostique la victoire de la benjamine de l'Assemblée nationale en cas de triangulaire.

 

Marion Maréchal-Le Pen creuse l'écart. Selon le sondage réalisé par l'Ifop pour Le Figaro, RTL et LCI, la candidate du Front national en région Provence-Alpes-Côte d'Azur recueillerait 39 % des suffrages au premier tour des élections régionales qui se déroulera dimanche prochain et l'emporterait le dimanche suivant, lors du second tour, avec le même score dans le cadre d'une triangulaire. Au premier comme au second tour, elle devance très nettement la liste les Républicains-UDI-MoDem de Christian Estrosi, créditée de 29 % au premier tour et de 34 % au second, la liste PS-PRG-MRC de Christophe Castaner étant distancée avec 18 % puis 27 % des voix.

«Ce qui est frappant, c'est qu'elle creuse nettement l'écart avec Christian Estrosi», souligne Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop. En effet, l'écart entre les deux candidats est passé de 2 points lors d'une précédente enquête Ipsos du 13 au 17 octobre, à 7 points selon un sondage du même institut, réalisé du 17 au 20 novembre, et à 10 points aujourd'hui.

«Le ferment de cette dynamique se situe dans la captation d'une partie de l'électorat de Nicolas Sarkozy lors de l'élection présidentielle de 2012», poursuit le sondeur. Notre enquête révèle en effet que sur 100 électeurs de l'ancien président de la République en 2012, 25 voteraient aujourd'hui directement pour Marion Maréchal-Le Pen. Cette dernière attire également 15 % des électeurs de François Hollande et 15 % de ceux de François Bayrou.

«Le ferment de cette dynamique se situe dans la captation d'une partie de l'électorat de Nicolas Sarkozy en 2012»
Frédéric Dabi, dga de l'Ifop

Du coup, Christian Estrosi voit son score se tasser entre les trois sondages de 32 % à 30 % puis 29 %, un niveau qui l'amène à celui de Thierry Mariani, tête de liste UMP aux régionales de 2010, qui avait subi un vote sanction à mi-mandat du président Sarkozy.

Les attentats de Paris ont évidemment accentué cette montée en puissance de la candidate FN en Paca. 7 % des personnes interrogées indiquent avoir changé d'avis après les attentats. C'est surtout la députée du Vaucluse qui en profite puisque 11 % de ceux ayant l'intention de voter pour elle ont modifié leur choix. Par ailleurs, 14 % des sondés répondant qu'ils n'ont pas changé d'avis en raison des attentats indiquent qu'ils pourraient encore le faire.

Parallèlement à l'envolée du FN et au tassement de la droite, on constate un effondrement de l'ensemble des voix de gauche (hors extrême gauche) qui tombe de près de 43 % en 2010 à 28 %, souligne Frédéric Dabi selon lequel ce n'est pas surprenant quand on voit ses résultats lors des dernières élections départementales. «La gauche se marginalise en Paca qui devient une terre de mission pour elle alors qu'elle a longtemps été une terre de force. Le vote sanction y est maximalisé», note le sondeur.

Le FN draine vers lui en Provence-Alpes-Côte d'Azur dix points de plus qu'à l'échelle nationale et montre sa capacité à mobiliser les électeurs pour se débarrasser de la gauche, à la tête du conseil régional depuis près de dix-huit ans alors que la région est majoritairement à droite.

Toutefois, Frédéric Dabi souligne un élément de fragilité dans la performance de Marion Maréchal-Le Pen: son score, dans l'hypothèse d'une triangulaire le 13 décembre, n'évolue pas entre les deux tours. La tête de liste du Front national se heurterait-elle à un plafond de verre? Cela pourrait laisser entrevoir, estime-t-il, une éventuelle victoire de Christian Estrosi, en duel, à la faveur d'un retrait du candidat socialiste. Officiellement, le candidat socialiste exclut pourtant cette hypothèse. Il s'est encore prononcé la semaine dernière contre aussi bien le retrait que la fusion des listes de droite et de gauche. Une posture normale avant le premier tour mais qui pourrait bien changer dès dimanche soir. Manuel Valls a déjà annoncé que «tout devra être fait pour empêcher» des victoires du Front national aux régionales.

Cliquez ici pour agrandir l'infographie


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article