Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

On sait qu'une litote est une  figure de rhétorique qui consiste à atténuer l'expression de sa pensée pour faire entendre le plus en disant le moins. Dans le Cid de Corneille, Chimène qui est condamnée à se séparer de Rodrique, et à rompre du fait des circonstances à ne pas lui dire qu'elle l'aime à la folie, le lui dit tout de même, sous la forme d'une litote : « Va, je ne te hais point ».  Dans cette photographie de l'Hollande, et de Poutine, tout est dans la litote du dixième de sourire    des yeux du maître du Kremlin : « Ainsi donc, te voici...chez moi ! Mon ami, mon très cher". » .

On sait qu'une litote est une figure de rhétorique qui consiste à atténuer l'expression de sa pensée pour faire entendre le plus en disant le moins. Dans le Cid de Corneille, Chimène qui est condamnée à se séparer de Rodrique, et à rompre du fait des circonstances à ne pas lui dire qu'elle l'aime à la folie, le lui dit tout de même, sous la forme d'une litote : « Va, je ne te hais point ». Dans cette photographie de l'Hollande, et de Poutine, tout est dans la litote du dixième de sourire des yeux du maître du Kremlin : « Ainsi donc, te voici...chez moi ! Mon ami, mon très cher". » .

( Voici une rubrique du Scrutateur, qui doit vous intéresser. Elle ne fait pas double emploi avec les commentaires d'articles. Ceux-ci, en augmentation lente, mais constante, est faite de vos réactions aux articles.

« La voix des lecteurs »vous donne la parole, la possibilité d'enrichir notre blog de vos idées, réflexions, poèmes, réactions propres à l'actualité en général.

Bien entendu je ne publierai que ce qui ne s'en prend pas, éventuellement, aux personnes, au-dessous de la ceinture comme on dit

Les articles signés seront plus particulièrement bien venus. Mais il y a, je le sais d'excellentes raisons, qui ne relèvent pas de la couardise, mais plutôt de ce qu'on appelle le devoir de réserve, à l'anonymat, ou au pseudonyme. Ces articles seront pris en compte. Mais il faudra, que je puisse identifier les expéditeurs de façon précise. Ma discrétion à leur égard étant assurée.

Maintenant, chers lecteurs, à vous de jouer.

 

Edouard Boulogne) .

 

PS : Les propos de lecteurs, n'expriment pas toujours le point de vue du Scrutateur. Ils s'expriment librement. Le Scrutateur n'intervient que pour écarter les attaques qui viseraient des hommes et des femmes, de façon insultante, «  au-dessous de la ceinture » comme on dit.

 

 

Diagnostic d'un expert qui n'a rien compris à la notion de salut de l'humanité

 

Certes, les dessous de la décision politique - en Europe, notamment -  
sont indiscutablement et profondément répugnants de saleté. Au point  
que "nos" plus grands experts, stratèges et spécialistes en tout genre  
dégagent une odeur nauséabonde qui n'est pas sans évoquer celle des  
andouillettes.

Ceci explique notamment le diagnostic d'un expert en relations  
internationales qui voudrait prêter à Poutine la même imbécillité, la  
même médiocrité et la même dégueulassitude qui a entouré les grandes  
décisions géopolitiques de ces dernières années,notamment celles ayant  
eu pour metteurs en scène la Clinton, l'Obama,le Sarkozy et le  
Cameron, qui ont fait preuve de leur immense talent - relayés en cela  
par ceux qui leur ont succédé - pour empoisonner la vie quotidienne et  
l'avenir de l'Europe.

Le sort de Bachar el-Assad est celui de la chrétienté, car le  
discrédit dont il jouit en France n'est que la conséquence de  
l'asservissement des autorités françaises aux desiderata de l'Arabie  
saoudite et du Qatar qui les tiennent en laisse, au mépris évident de  
l'intérêt de la France et dans une perspective d'hégémonie de l'islam  
à laquelle travaillent ces deux "amis" de la France, en parfaite  
synergie avec les autorités françaises. S''agissant du sort de Bachar  
el-Assad, il n'est question de rien d'autre que d'un véritable  
"contrat" au sens où l'entend la mafia, dans le cadre d'une perception  
marchande, corruptrice et complètement aveugle de la réflexion  
géopolitique.

Le simple fait d'envisager l'hypothèse d'un lâchage de Bachar el-Assad  
par Poutine est déjà une insulte envers celui-ci. Le plus  
extraordinaire, c'est que l'analyste qui livre une telle hypothèse est  
certainement très fier de raisonner comme il le fait. C'est dire...

En fait, les grands ténors de la parole éclairée n'ont tellement rien  
compris à Poutine, ni à l'intérêt de l'Occident, que, lui prêtant des  
raisonnements à peu près analogues aux leurs, ils l'ont littéralement  
mis en scène à force de vouloir le réduire à la portion congrue. Ils  
ont du reste fait la même chose avec Bachar el-Assad, dont ils ont  
permis de révéler le courage, la force de caractère et la maîtrise du  
langage, alors qu'eux-même multiplient les dérapages et les hi-hans.  
Pour en revenir à Poutine, après avoir cherché à le discréditer, et  
après avoir été dans l'obligation de constater qu'il s'imposait en  
maître du jeu - sans parasiter le sort des autres pays comme le font  
si volontiers ceux qui ont orchestré la fronde contre lui - les maîtes  
du commentaires, avec un entêtement navrant, cherchent encore à le  
ridiculiser en lui prêtant des visées que seuls des crétins certifiés  
pourraient avoir, dans leur conception d' "après moi le déluge" qui  
est la leur.

Comme quoi la définition du "pauvre con" n'a rien d'incompatible avec  
des critères de notoriété, d'autorité et de fortune. C'est même le  
contraire, parfois.



http://www.challenges.fr/challenges-soir/20151126.CHA1997/la-fin-de-l-embargo-occidental-peut-elle-conduire-poutine-a-lacher-al-assad.html#xtor
=EPR-2-%5BChaActu18h%5D-20151126

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article