Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Utiles précisions d'Harry Olivier dans France -Antilles, sur la campagne électorale ( régionales ) en cours en Guadeloupe.

Que se passe-t-il à l'UDI Guadeloupe ? C'est la grande cacophonie ?

Tout est parti d'un complot contre la droite menée par les deux dames de Basse-Terre, Marie-Luce Penchard, Lucette Michaux- Chevry et Louis Molinié.

De quel complot parlez-vous ?

Le 14 septembre, Louis Molinié désigné comme le chef de file de l'UDI a cosigné avec Mme Penchard, un communiqué faisant savoir qu'il soutenait le divers gauche Ary Chalus aux élections régionales. Deux jours plus tard, interrogé sur RCI, Louis Molinié s'exprimant à la première personne du singulier précisait qu'il a l'accord du président national de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde. C'est à partir de là, que j'ai compris qu'il y avait un vrai complot pour bloquer la candidature d'une tête émergente de la droite guadeloupéenne, le Républicain Laurent Bernier ; car l'accord national stipulait que l'alliance se ferait avec Les Républicains.

Ce qui n'est pas le cas, chez nous...

Tout à fait. Souvenez-vous, Marie- Luce Penchard, à l'occasion des départementales de mars, avait fait savoir qu'elle n'était pas candidates aux élections départementales et qu'elle se réservait pour les régionales. D'après M.Molinié, il aurait consulté Laurent Bernier en juin et ce dernier lui aurait dit qu'il ne serait pas lui-même candidat. En juin, il était impossible que Bernier prenne position et se déclare dans la mesure où Mme Penchard avait fait comprendre qu'elle se présenterait au scrutin de décembre. Lors d'une réunion le 2 juillet, devant plus de 200 personnes (Les Républicains, l'UDI, le Nouveau centre, les démocrates chrétiens), la question de sa candidature aux régionales a été posée à Marie-Luce Penchard qui a répondu qu'elle ne pensait pas avoir une liste de droite aux régionales. On s'est levé pour lui dire que cette situation était inacceptable. On s'est alors retournés vers Laurent Bernier qui s'est rendu aux instances parisiennes le 15 juillet pour faire remonter nos doléances. À son retour, il nous a rassemblés et a fait acte de candidature. Laurent Bernier a été investi officiellement en septembre pour conduire une liste de la droite.

... Sans le chef de file de l'UDI et les figures historiques de la droite, Lucette Michaux-Chevry et Marie-Luce Penchard.

Nous pensions que le chef de file de l'UDI était dans cette logique. Bien loin de nous de penser qu'il concoctait quelque chose à l'extérieur. Nous avons écrit à Jean- Christophe Lagarde le 12 septembre, pour dire que conformément aux accords nous soutenons Laurent Bernier. Et, le 14 septembre nous découvrions que M. Molinié était dans une compromission avec le socle de gauche mené par Chalus.

Vous parlez au nom de l'UDI, alors que vous faites l'objet d'une suspension conservatoire de votre poste de président de la fédération de Guadeloupe...

On veut me faire taire parce que je suis trop libre. L'UDI n'ayant pas respecté ses accords, ici en Guadeloupe n'a aucun pouvoir de me suspendre. Après maintes demandes pour savoir les raisons de cette suspension, je n'ai toujours pas reçu de réponse de l'Union. Je me réserve le droit d'attaquer en justice cette décision. Je suis de la société civile.

Quand j'ai fait acte de candidature à la présidence de l'UDI, ce n'était pas pour me donner un tremplin pour me présenter à une quelconque élection. Mais pour porter ma contribution à des projets dans la cité. Je viens d'adresser une lettre de démission au parti ; car, je ne compte pas participer à ce complot contre les adhérents de Guadeloupe, mené par des personnes qui ont profité des ors de la République sous l'insigne de la droite et qui aujourd'hui quittent le navire pour aller s e réfugier ailleurs. La population sanctionnera ce « mangé cochon » .

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article