Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Syrie : Jimmy Carter a aidé Poutine à viser les positions de l'Etat islamique

Syrie : Jimmy Carter a aidé Poutine à viser les positions de l'Etat islamique
 

Jimmy Carter ancien président des USA a gardé un souvenir cuisant de l'islam après ses démêlés dramatiques avec l'Iran de l'Ayatolah Khomeini fin 1979 et 1980. Il semble en désaccord avec la politique de collusion de l'administration américaine d'Obama avec les islamistes actuels, en Syrie et ailleurs ( sottement suivie par Hollande et Laurent Fabius ), et se sent davantage en sympathie sur cette question avec Vladimir Poutine, bassement traité de dictateur et fauteur de guerre par le politiquement correct occidental ( suicidaire ).

Le journal Les Echos ( http://www.lesechos.fr/monde/afrique-moyen-orient/021427075083-syrie-comment-jimmy-carter-a-aide-poutine-a-viser-les-positions-de-letat-islamiques-1168596.php ) l'affirme s'appuyant sur les déclarations de Carter lui-même, et des Russes.

 

Le Scrutateur.

 

 

Syrie : comment Carter a aidé Poutine à viser les positions de l'Etat islamique

 

+VIDEO L'ex-président américain a bien transmis des cartes, établies par sa Fondation, qui indiquent les positions de l'Etat islamique et des autres belligérants en Syrie. Moscou de son côté affirme avoir détruit 819 sites de l'Etat islamique.

Cela ressemblait à l'origine à une boutade, mais ça n'en était finalement pas une. Le ministère russe des Affaires étrangères a confirmé l'information : l'ex président américain Jimmy Carter a bien transmis à Vladimir Poutine des cartes montrant les positions de l'Etat islamique en Syrie. De son côté, la Fondation Carter l'a également indiqué dans un communiqué .

"Je peux confirmer que cette information est tout à fait vraie. Jimmy Carter a en effet proposé de fournir à la Russie les cartes établies par sa fondation et indiquant l'emplacement des positions de l'Etat islamique, des troupes gouvernementales et des autres groupes de l'opposition", a expliqué la porte-parole du ministère, Maria Zakharova, lors d'un point de presse.

Et d'espérer à cette occasion que l'approche de l'ancien président américain ne reste un acte isolé de collaboration. "A notre avis, cela serait beaucoup plus logique et efficace si la même approche constructive était appliquée par ceux qui disposent d'une information complète dans ce domaine aujourd'hui à Washington, et qui ont le pouvoir de prendre des décisions", a encore expliqué Maria Zakharova.

C'est Jimmy Carter lui-même qui avait révélé l'information lors d'une interview diffusée cette semaine sur NBC News. Après avoir expliqué sur un ton amusé qu'il partageait avec Vladimir Poutine l'amour de la pêche à la mouche et que pour parler de cette passion commune les deux présidents avaient échangé leurs numéros de portables, Jimmy Carter a expliqué avoir contacté le numéro un russe.

Des cartes transmises la semaine dernière

Le jeudi 15 octobre, "j'ai envoyé un message (à Vladimir Poutine) pour lui demander s'il voulait avoir une copie de notre carte pour qu'il puisse mener des frappes en Syrie avec plus de précision, et puis, vendredi, le consulat russe à Atlanta m'a appelé, à Washington, pour me dire qu'ils aimeraient beaucoup avoir cette carte", a expliqué l'ancien président.

Et d'ironiser en ajoutant que "désormais si la Russie bombarde au mauvais endroit, ce n'est pas de la faute de Poutine, mais ma faute".

Les cartes transmises ont été établies par le Centre Carter, une des structure de la Fondation du même nom , que l'ancien président américain qui est aussi prix Nobel de la Paix, a créé en 1982. L'un de ses buts proclamés est la résolution pacifique des conflits.

Moscou affirme avoir détruit 819 sites de l'Etat Islamique

Avec ou sans l'aide de Jimmy Carter, selon un dernier bilan communiqué par Moscou, depuis le début de l'opération en Syrie le 30 septembre dernier, les avions russes ont effectué 934 sorties, détruisant 819 sites des terroristes de l'Etat islamique.
Selon le chef du service Opérations de l'Etat-major général russe Andreï Kartapolov, dans la semaine du 12 au 18 octobre, 363 sites des djihadistes ont été anéantis, dont 71 postes de commandement et de liaison, 10 usines et ateliers de production d'explosif, 30 dépôts de lubrifiants et de munitions en tous genres et 252 points d'appui, fortifications et camps d'entraînement de terroristes.

@ClaudeFP

 

 

 

Inscrivez-vous

Newsletter
La Matinale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article