Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Magnifique témoignage pour sortir de l'ornière.
Magnifique témoignage pour sortir de l'ornière.

Tout le monde n'en a pas conscience à un même degré, mais la France va mal. Elle n'est pas seule, mais c'est elle qui nous occupe présentement. Je ne serai pas long parce que je veux laisser la parole Philippe de Villiers, qui exprime ce que je pense depuis longtemps, mais infiniment mieux que je ne saurais le faire.

Villiers est un homme exceptionnel, qui aurait pu depuis longtemps être ministre ou président de la République s'il avait voulu jouer le jeu. Or il ne l'a pas voulu. Le jeu qu'il a refusé ce n'est pas celui dont parlait en 1937 le Gouverneur Général Félix Eboué, un homme dont la morale laïque n'était pas incompatible avec la morale chrétienne, il s'en faut.

Son refus a été celui du jeu politicien misérable qui étale aujourd'hui son cynisme et sa veulerie du sommet de l'Etat aux sauteries des conseils municipaux de nos communes, et là je pense au pitoyable spectacle du conseil municipal de Sainte-Rose en Guadeloupe ( http://www.rci.fm/Dispatcher?action=ArticleAction&id=110933 ).

Avec M. de Villiers, nous sommes dans la pensée politique, et dans une ambition de Geste politique de grande enverure.

Je souhaite que vous soyiez nombreux à l'écouter, y compris ( et peut-être d'abord, ceux qui nourrissent contre lui une animosité qui reposerait sur des malentendus, peut-être de nature « culturelle ». Mais il importe de se transcender, et d'être capable d'ECOUTER la différence. C'est l'effort que certains appellent « démocratique » pour employer une terminologie qui me demande quelque effort, non par préjugé, mais par réflexion longue et ancienne sur cette notion piégée.

C'est donc la première partie de ce dossier. Ecoutez....jusqu'au bout.

 

1 )Philippe de Villiers : https://www.youtube.com/watch?v=Ppiqbjix7JA

 

 La deuxième partie est plus « légère », joyeuse. Il y a 60 ans je lisais un roman d'aventure, dont les héros étaient des Anglais, sympathiques et formidables comme disaient les jeunes de cette décennie des années 1950. Ce roman était Biggles en Egypte.

A un moment le héros, Bigglesworth et ses trois compères, chantèrent l'air célèbre, dont j'ignorais tout cependant, le Rule Britannia.

Je mis longtemps à découvrir ce que c'était.

En 2015, vous en trouverez maints enregistrements sur YouTube. J'en ai retenu une interprétation.

Si vous l'écoutez, dites moi si vous pensez comme moi, qu'une telle manifestation immensément populaire en Grande Bretagne, est aujourd'hui peu concevable en France.

Les Anglais n'ont-ils pas, aujourd'hui plus de ressort patriotique qu'une France avachie, et émasculée par.....qui vous savez? Ecoutez donc.

 

 2 ) Rule Britannia : https://www.youtube.com/watch?v=ZZkofOGY3fU

 

Magnifique témoignage pour sortir de l'ornière.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Dissident 01/11/2015 01:09

"When Britain first, at Heaven's commandArose from out the azure main;This was the charter of the land,And guardian angels sang this strain:"Rule, Britannia! rule the waves:"Britons never will be slaves."

Il a été donné à la GB de dominer les mers dit la chanson, Brittania rules the waves.

Au 18 eme siècle, nous avons tenté de lui ravir cette suprématie, ce fut avec la formidable marine de guerre de Louis 16 qui fit jeu égal ou supérieur dans ses engagements contre la Royal Navy. La "Royale" n'a jamais été aussi puissante que sous Louis 16 et nos amiraux aussi valeureux qu'à cette époque. Cependant nos vaisseaux n'étaient pas tous doublés en cuivre. Il s'agissait alors de dominer le monde et c'était soit eux soit nous. Alors, la seule façon de réduire la puissance maritime française, ceci afin de pouvoir mettre tranquillement la main sur les richesses du monde, c'était de détruire la France et cela fut fait grâce à la révolution, c'est tout, le reste, tout le reste y compris les "droits de l'homme", n'étant que billevesées et faridondaine.