Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Éric Zemmour : « Tout le monde en France a été, est ou sera anti-gaulliste »

Intéressante chronique d'Eric Zemmour ( comme d'habitude, serai-je tenté d'écrire ) sur le vacarme indécent et truqué fait autour de Nadine Morano.

Pour les distraits, quand il parle rôle civilisateur de la France à l'égard des civilisation et des races inférieures », il cite Jules Ferry et les grands pontes de la gauche du XIX ème siècle, pères fondateurs de la République de François Hollande, de V. Peillon, de Mélenchon et autres épigones. Il ne reprend pas à son compte ces billevesées. Je le précise pour les lecteurs trop pressés; adeptes des méthodes de lecture rapide, pour les niais ( gniaiiiis, gniaiiiis, gniaiiiis ! ), et les hypocrites qui feignent d'avoir compris ce qui peut nuire au héros-Héraut Zemmour, qui tente chaque jour de sauver l'honneur de la presse française.

Ecoutez, écoutez pour faciliter le déniaisement, ou en traduction scrutatorienne la « dégniaiiiisation » du PAF ( paysage audio-visuel français ).

Bonne journée.

 

Le Scrutateur.

 

________________________________________________________________________

 

Dans la chronique qui suit [vidéo], Éric Zemmour resitue « l'affaire Morano » dans sa perspective historique, considérée sous ses différents plans : sous l'angle politique - voire politicien; du point de vue de l'histoire des idées; et même sous l'aspect linguistique ou sémantique des choses, notre époque ayant banni l'emploi de mots jadis courants et frappés, désormais d'interdit. Interdits ou tabous qui se veulent d'ordre moral alors qu'ils ne sont en général que de simples dénis de réalité. En prenant ainsi de la hauteur, Eric Zemmour donne à l'affaire Morano un intérêt réel qui, sans cela, lui aurait de toute évidence manqué et n'aurait été qu'un banal conflit électoral, une querelle de boutiques concurrentes. LFAR  • 

 

 

 

 Le commentaire de RTL :

« C'est l'un des charmes de la vie politique française que de s'étriper autour des tombeaux : une citation de Napoléon, de Jaurès ou de Clemenceau, et le feu prend dans la savane ! », fait remarquer Éric Zemmour à propos de l'affaire Nadine Morano. « Comme on ne peut toucher au général de Gaulle, devenu depuis sa mort une icône, on s'en prend violemment à celle qui le cite », poursuit Zemmour. Il explique que « De Gaulle appartient à une génération qui n'avait pas peur d'employer le mot race », et que c'est parce qu'il ne partageait pas le « rêve assimilationniste et universaliste » qu'il avait accordé l'indépendance à l'Algérie. « La transformation inouïe de la population française repose la question que De Gaulle croyait avoir écartée à jamais. »

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article