Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

2 ) Bernard Leclaire.
2 ) Bernard Leclaire.

2 ) Bernard Leclaire.

Nouvelle émission sur les élections régionales à Guadeloupe 1 ère, ce lundi 05 octobre 2015.

 

L'animateur Alex Robin, qui a dans l'ensemble, été compétent et mesuré, interrogeait trois leaders de listes candidates.

 

Le premier était M. Bernard Leclaire, représentant d'un mouvement Ambition Guadeloupe. Ce candidat ( originaire de Marie-Galante ) a présenté l'avantage d'être un homme nouveau, plutôt sympathique, dont plusieurs éléments de critique sur les partis sortants ( pas encore sortis ) pourraient faire lui attirer des suffrages si notre homme ne s'était pas borné, à leur encontre à des généralités assez abstraites. Trop d'idées générales, donc, pas assez d'analyses et de propositions concrètes. Il manque d'expérience du terrain, et se cela se voit, et se sent.

Mais l'expérience s'acquiert, et celle-ci lui servira sans doute à entrer à l'avenir dans le vif su sujet, et à se rendre utile à la Guadeloupe qui en a besoin.

Que dire des autres participants au débat?

 

Madame Marie-Christine Myre-Quidal était l'étendard de l'UPLG ( Union pour la « libération » de la Guadeloupe ).

Ce parti avait sans doute choisi pour le représenter cette quinquagénaire affirmée, pour dissimuler que son équipe dirigeante est composée de septuagénaires, voire d'octogénaires confirmée.

De plus l'UPLG fut de tout temps le parti qui refusa, doctrinairement, de se présenter aux élections ( trahison : «  pa voté nou pa fwancés » ! ). Aujourd'hui il change son fusil d'épaule sans avoir renié son ambition de rupture avec la France ( qui fut très violente, avec des attentats, qui parfois se retournèrent contre leurs poseurs de bombes ), et veut participer à ce qu'il considérait comme un carnaval. Aurait-il compris que quand on va aux élections il n'est pas prudent de proposer au peuple de Guadeloupe de rompre avec la France?

Madame Myre-Quidal, ( qui appartient à une organisation « expérimentée » n'a, elle, aucune excuse pour se limiter, à des généralités bien plus vide que celle de M. Leclaire ), laisse pointer cependant, à de certains moments, les oreilles pointues de la « louve » colérique en prônant pour la Guadeloupe la « souveraineté alimentaire ». ( sic ! )

Il faudra qu'elle en parle aux Guadeloupéens au lendemain du prochain cyclone.

Quand elle parle en « maman » mais aussi,précise-t-elle, en militante, de la jeunesse en déshérence, et qu'il faut « l'encadrer » on pense à l'encadrement à Cuba par le grand frère Fidel Castro, récusé par la jeunesse de l'ex Hispaniola, ou encore à la tentative d'encadrement par le maréchal Pétain durant la Guerre pour sauver la jeunesse de France, dans le cadre des Chantiers de jeunesse, qui ne furent d'ailleurs pas une mauvaise idée, mais proclamée à un très mauvais moment, inoportun.

 

Le troisième candidat est une vieille connaissance, habituée, elle, des élections perdues par KO. Je veux parler de M. Jean-Marie Nomertin, candidat trotskyste de Combat Ouvrier.

J'ai déjà vu rire, en privé, et sans qu'il le sache M. J-M Nomertin. C'était simple, et presque sympathique.

Mais le camarade, en représentation, ne peut s'empêcher de dévoiler une denture carnassière.

C'est comme ça, et il n'y peut rien.

De même qu'il ne peut s'empêcher d'enfiler des perles qui ne sont pas toutes, il s'en faut, de culture. Il arrive que la méditation de Léon ( Trotsky ) rende subtils les pervers qui se penchent sur son oeuvre et ses méthodes, tel, non pas le petit facteur Olivier Besancenot de Neuilly, ou le moustachu Edwy Plenel que le diable lui-même, par anticipation, aurait refusé de recevoir, un jour en enfer, pour ne pas avoir d'emmerdes.

Avec Jean-Marie, rien de tel, des perles, des perles, et fausses, lui sortent de la bouche tels les oeufs d'or de la fameuse poule, par un autre orifice.

Et rien, mais rien de sérieux, ce soir de la part du capestérien ( de Guadeloupe ).

 

Un instant émouvant en fin d'émission, quand Alex Robin, sourire malicieux, suggère qu'on conclut en créole puisque nous entrons dans le mois du créole.

Et là, Marie-Christine, et même Jean-Marie s'éclairent d'un bon et franc-sourire. On va pouvoir enfiler les perles, on retourne aux banalités, et on peut laisser de côté ces « chiantes » questions d 'économie et d'administration qu'on n' a pas besoin de poser, parce que ces G..... s'imposent d'elle-mêmes.

Le créyol « force jugulée » (par l'Etat Kolonyal ) etc, etc, tout y passe.

Leclaire souriant, autrement, exprime que la question du créole est une fausse question, que le créole n'est mis en question par personne. C'est vrai.

Ledit Bernard Leclaire, un moment avant aussi évoqué la question de la possibilité d'une « évolution statutaire », qui comme en Martinique ou en Guyane va installer, sous le nom de président de région un « super gouverneur », délicieuse litote pour ne pas prononcer le mot de despote tropical.

On a remarqué que M. Victorin Lurel qui a pourtant bâti sa carrière sur le refus, en 2003 de ladite évolution « estatutaire » garde ces jours-ci sur le sujet un étonnant silence.

On aura noté, aussi, à cet égard que pendant que parlait Bernard Leclaire, Maris-Christine et Jean-Marie gardaient de Conrart le silence prudent, et scrutaient obstinément le plafond du studio, soucieux sans doute que personne parmi les auditeurs ne pense à qui se cache, dans le conte du Petit chaperon rouge, sous la houppelande de « mère Grand » ( qui existe, je l'ai rencontrée ! ).

 

Jules-Edouard Machefer.

3 ) Marie-Christine. 4 ) Jean-Marie. 5 ) Alex Robin, l'animateur.
3 ) Marie-Christine. 4 ) Jean-Marie. 5 ) Alex Robin, l'animateur.
3 ) Marie-Christine. 4 ) Jean-Marie. 5 ) Alex Robin, l'animateur.

3 ) Marie-Christine. 4 ) Jean-Marie. 5 ) Alex Robin, l'animateur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article