Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Le pape François semble avoir  lu Le Scrutateur .

Le SP ( Saint Père ) aurait-il lu Le Scrutateur d'hier comme j'en formulais le voeu? Cela se pourrait bien quand on lit cet extrait ( intitulé « La culture du rebut » ) d'une intervention improvisée s'adressant à des jeunes Cubains. ( Improvisée, notons le, c'est à dire prononcée sans être passée, comme les grands discours, à la moulinette des bureaux vaticans, où si l'on veut des diplomates professionnels de cet Etat, sorte d'énarques en soutanes, très soucieux de composer avec l'esprit du monde ).

Il le semble bien. La photo nous montre l'écran de l'ordi, où François viendrait de lire l'article sur lui et les Bandar-log.

Ceci expliquerait l'esprit rafraichissant de la déclaration que LS aurait pu signer.

 

Jules-Edouard Machefer.

 

_______________________________________________________________________

 

La culture du rebut.

 

"[...] Les jeunes font partie de la culture du rebut. Et nous savons tous qu’aujourd’hui, dans cet empire du dieu argent, on élimine les choses et on élimine les personnes. On élimine les enfants parce qu’on n’en veut pas ou parce qu’on les tue avant qu’ils naissent. On élimine les personnes âgées – je parle du monde, en général – on élimine les personnes âgées parce qu’elles ne produisent plus. Dans certains pays, il y a la loi sur l’euthanasie, mais dans beaucoup d’autres, il y a une euthanasie cachée, occulte. On élimine les jeunes parce qu’on ne leur donne pas de travail. Alors, que reste-t-il à un jeune sans travail ? Si un pays n’invente pas, si un peuple n’invente pas des possibilités de travail pour ses jeunes, il ne reste à ce jeune que la dépendance ou le suicide, ou d’aller à la recherche d’armées de destruction pour créer des guerres. Cette culture du rebut nous fait du mal à tous, nous enlève l’espérance. Et c’est ce que tu as demandé pour les jeunes : nous voulons de l’espérance. L’espérance qui est difficile, laborieuse, féconde. Elle nous donne du travail et nous sauve de la culture du rebut. Et cette espérance convoque, convoque tout le monde, parce qu’un peuple qui sait se convoquer lui-même pour regarder l’avenir et construire de l’amitié sociale – comme je l’ai déjà dit, même si l’on pense différemment – ce peuple a de l’espérance.

Et si je rencontre un jeune sans espérance – je l’ai déjà dit une fois – ce jeune est un « retraité ». Il y a des jeunes qui ont l’air de partir à la retraite à 22 ans. Ce sont des jeunes avec une tristesse existentielle. Ce sont des jeunes qui ont misé leur vie sur un défaitisme de base. Ce sont des jeunes qui se lamentent. Ce sont des jeunes qui fuient la vie. Le chemin de l’espérance n’est pas facile et on ne peut pas le parcourir seul. Il y a un proverbe africain qui dit : « Si tu veux arriver vite, pars tout seul ; mais si tu veux aller loin, pars accompagné. » Et je veux que vous, jeunes Cubains, même si vous pensez différemment, même si vous avez des points de vue différents, vous marchiez en compagnie, ensemble, en cherchant l’espérance, en cherchant l’avenir et la noblesse de votre patrie. [...]"

Pape François.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article