Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

1 et 2 : comment les techniciens de la manip nous voient, et ce à quoi ils veulent nous conduire.
1 et 2 : comment les techniciens de la manip nous voient, et ce à quoi ils veulent nous conduire.

1 et 2 : comment les techniciens de la manip nous voient, et ce à quoi ils veulent nous conduire.

Cet article est la suite de l’article d’il y a deux jours :  « Vers un abrutissement généralisé ( I ) : D'Huxley à Mao Tsé Toung, et au mondialisme matérialiste pseudo libéral » (http://www.lescrutateur.com/2015/08/vers-un-abrutissement-generalise-i-d-huxley-a-mao-tse-toung-et-au-mondialisme-materialiste-pseudo-liberal.html#ob ) . Je réitère les indications par lesquelles j’introduisais cet article, en vous incitant à donner votre avis sous forme de commentaires.

 

Le Scrutateur.

 

________________________________________________________________________________

 

 

( I ) La révolution culturelle ( De Mao au mondialisme matérialiste ).

 

On imagine trop la révolution culturelle à travers la forme que lui a donnée, naguère, Mao-Tsé-Toung en Chine. Désordre (apparent, en réalité contrôlé par Mao) combats de rues, déploiements de gardes rouges récitant le petit livre rouge, assassinats politiques plus ou moins camouflés (« accident » d'avion de Lin Piao par exemple), etc. La révolution culturelle a pourtant, surtout dans les pays occidentaux, et chez nous en Guadeloupe, d'autres formes plus rassurantes, plus subtiles, mais non moins dangereuses.

Rappelons d'abord qu'elle consiste à s'attaquer à la culture d'un peuple, - c'est-à-dire à l'ensemble de ses coutumes, de ses croyances, de ses références intellectuelles, psychologiques et morales, pour la déconsidérer, l'annihiler, et lui substituer un autre système de mœurs, une autre culture, sensée être meilleure, et généralement inspirée par le communisme marxiste-léniniste, ou par un mondialisme matérialiste, pseudo libéral.

Il n'est pas un seul pays du monde qui ne soit aujourd'hui menacé de l'intérieur par ces groupes promoteurs de ce qu'ils appellent la contre culture. Au lieu de s'attaquer de front à la société qu'ils veulent détruire, ils s'attachent à la pourrir lentement de l'intérieur, en utilisant tous les moyens, toutes les filières, y compris les plus officielles : la télévision, le théâtre. Julian Beck, par exemple, le directeur du très célèbre Living Théâtre est très explicite à cet égard quand il déclare : « Nous ne voulons pas quitter la ville (n'importe quelle ville où le Living a donné des représentations) sans avoir, même modestement contribué à porter un coup à l'armature sociale et fait craquer quelque chose. »

 

                                 ( II ) « L'homme est une créature infiniment malléable » (Georges Orwell)

 

Nos docteurs en subversion partent pour agir d'un fait très réel, à savoir que l'homme est un être, sinon infiniment, du moins très malléable.

Les individus capables de se déterminer ou d'essayer de se déterminer par des principes fondés intellectuellement, sont les plus rares. La masse est déterminée par l'ambiance, par le milieu. Son principe d'action est le conformisme « bien pensant », le politiquement correct.  Même la perception de phénomènes physiques est déterminée, si l'on n'y prend garde, par ce que les psychologues appellent des normes (ou règles) de groupes. C'est ce que montre le test de Shérif. Résumons la leçon de ce test. Lorsque l'on regarde fixement dans l'obscurité complète un point lumineux fixe, on croit le voir en général, au bout d'un certain temps se déplacer. Ce déplacement peut être plus ou moins rapide, s'effectuer de droite à gauche, ou de haut en bas, ou encore autrement, selon les individus. C'est du moins ce que l'on observe dans un groupe de personnes placées en situation expérimentale et invitées à noter en silence le résultat de leurs observations. Il en va tout autrement si chaque membre du groupe est invité en public, et à tour de rôle, à communiquer ses informations. On constate que la déclaration du premier orateur influence celle du second, que les deux premiers influencent le troisième et ainsi de suite. La norme de groupe ainsi créée va en se renforçant, et à la limite, tout le monde aura observé un mouvement lent et circulaire, là où il n'y avait, rappelons-le, en réalité qu'un point lumineux fixe. ( Le test de Sherif sur You Tube : Test de Sherif : https://www.youtube.com/watch?v=0DoIxN6B4PQ ; Cette vidéo n'est pas très satisfaisante. Mais c'est le seul document audiovisuel que j'ai pu trouver sur internet )

On devine l'utilisation que peuvent faire de telles observations, et de telles techniques, de bons spécialistes de la télévision, ce générateur par excellence des normes de groupe actuellement, ou sur internet. Les faits ne manquent d'ailleurs pas pour étayer mon affirmation. Il y a quelques mois par exemple, pendant la semaine sainte, je suivais assez distraitement une émission sur la Passion du Christ, tout en devisant avec des amis. Sur l'écran, pendant la marche du calvaire, défilaient des images d'une soldatesque romaine peu sympathique, refoulant avec brutalité quelques personnes apitoyées, les saintes femmes, etc. Puis venaient s'intercaler rapidement des séquences d'actualité de Mai 68, CRS casqués et bottés, chargeant des étudiants gauchistes (les saintes femmes sans doute !), avant que l'on ne revienne au Christ et à la Passion.

C'est la lecture du dernier livre du professeur Schwartzemberg qui m'a rappelé ces jours-ci cette émission par ailleurs d'un bon niveau culturel.

On peut y lire notamment cette déclaration faite au journal le Monde en 1974 par le théoricien gauchiste américain W. Burroughs :

« Les médias peuvent être également utilisés par chacun d'entre nous. Supposez que l'on « mixe » un discours de Nixon avec des bruits désagréables d'animaux par exemple, et qu'on diffuse ces enregistrements dans la rue. Sans même s'en rendre compte, les passants absorberont ces associations, comme ils absorbent les associations publicitaires, et petit à petit, ils seront touchés par le virus anti-Nixon. »

L'extrême gauche révolutionnaire ne néglige rien pour coloniser totalement les milieux de la culture et les mass-média. Elle pense avec l'un de ses maîtres à penser, Charles Reich : « ( qu’ ) une révolution approche. Elle ne sera pas comme les révolutions d'antan. Elle partira de l'individu et de la culture, et ne transformera les structures politiques qu'en dernier ressort. Elle n'aura pas besoin d'avoir recours à la violence pour s'imposer, et la violence ne pourra pas l'arrêter. »

Moins que jamais la politique doit être abandonnée aux béotiens, diplômés ou non. Il y a une politique culturelle à entreprendre de toute urgence, car s'il n'est pas trop tard pour remonter la pente, on est parfois tenté de dire, avec Cicéron : « Quousque tandem » : Pendant combien de temps encore ?

 

E. Boulogne.

 

 

Document très remarquable autour des mêmes questions, avec Alain Soral.

 

Je ne suis pas un « fan » d’Alain Soral, dont « le style » me déplait. Certaines accointances, et certains excès aussi, qui me semblent nuire à la cause qu’il prétend défendre.

Et cependant je vous vous propose d’écouter ce qu’il dit dans l’émission qui suit, et de l’écouter jusqu’au bout. Si je ne répondrais pas pour ma part de la même façon que lui à certaines des questions qu’il pose, s’il faut se méfier de l’auto intoxication  quand on est engagé dans certaines actions de décryptage idéologique, face à de redoutables techniciens de l’action manipulatrice, ( où l’on finit par adopter le point de vue que l’adversaire vous a conduit, diaboliquement, à adopter tout en croyant le combattre, - Vladimir Volkov a superbement montré ces choses, ces techniques, notamment dans son livre Le Montage – Julliard/l’Âge d’homme ) je trouve néanmoins cette émission remarquable pour ceux qui ignorent tout de l’art de cette manipulation de l’information par l’intermédiaire des « Grands Médias » aux ordres comme le dit souvent le Scrutateur.

Ce qui doit nous intéresser dans le contenu du lien qui suit, c’est moins chacun des faits allégués par M. Alain Soral ( un ami idéologique de Dieudonné ! Combien de temps durera cette étrange « amitié » pour Soral, comme pour Dieudonné ), ce qui donc doit nous intéresser c’est le point de vue technique de l’art de manipuler.

Comment un « reportage » télévisé peut nous tromper, annihiler notre conscience, comment ceux qui détiennent ce pouvoir médiatique peuvent éliminer, disqualifier tel homme politique, tel leader d’opinion, en triturant les images, en mixant les déclarations, etc, avec un art consommé du mensonge, et du maquillage, voilà l’essentiel de la video que je vous suggère d’écouter. La voici : https://www.youtube.com/watch?v=HhFGxwuc2Mk

 

E.Boulogne

 

 

Vers l'abrutissement ? ( II ) : Vaccinez vous avec Sherif ! ( et Alain Soral ) .
Vers l'abrutissement ? ( II ) : Vaccinez vous avec Sherif ! ( et Alain Soral ) .
Vers l'abrutissement ? ( II ) : Vaccinez vous avec Sherif ! ( et Alain Soral ) .
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Claude HOUEL 23/08/2015 18:13

La question nest pas (plus) de savoir si il y a manipulation des masses à travers , entre autres les médias. Elle est de savoir :
Si elle est possible.
A qui elle profite.
A la premiére question la réponse est évidente, c'est oui et tous les moyens sont bons.
Des faux charniers en Bosnie aux frappes dites chirurgicales filmées en Irak où on ne voyait aucun mort, surtout civil, tout peut être truqué.
Une habile manipulation de l'horreur et de la compassion, par une communication ultra réactive, a entraîné une grande partie du peuple à brandir une petite pancarte noire où seul le nom de Charlie
apparaissait alors que ce n'était pas ce journal qui était mort ce jour là car il était déjà économiquement condamné par manque de lecteurs.La liste, complète,des victimes aurait été bien plus significative mais y faire cohabiter un arabe avec des juifs ou une martiniquaise à dû paraître contre productif à certains.
Le problème c'est que la masse n'y a vu que du feu .
La réponse à la seconde question est plus compliquée : A qui fait peur Soral et sa théorie du complot ? Dans une démocratie donner accès à toutes les thèses et antithèses serait un signe de bonne santé, le citoyen se forgeant lui même son opinion en cherchant la vérité.
A partir du moment ou on interdit la présentation de l'antithèse on jette le doute sur la thèse et on
justifie la curiosité, de plus en plus rare de ceux qui cherchent la vérité.
En ce sens la condamnation du négationnisme est suspecte : Nier, par exemple, la Shoa est tellement idiot qu'il n'y a pas besoin de la Loi pour en faire la démonstration, sauf à laisser croire que l'idiot représente un danger ou que le citoyen n'est pas en état de faire la part des choses.
C'est probablement, hélas, la seconde solution qui semble retenue par le politiquement correct.
Dans ce cas nous sommes bien obligés de considérer que l'orientation forcée de l'information est une manipulation et qu'elle doit servir des intérêts qui, par essence, n'ont rien de démocratique.
Il nous appartient donc de rechercher, inlassablement, le plus possible d'informations et d'éclairages divers pour tenter de se faire son opinion sans jamais se la laisser imposer, par paresse intellectuelle ou conformisme béat.