Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

La voix des lecteurs: Diriez vous TIC? ou...TOC ?

( Voici une rubrique du Scrutateur, qui doit vous intéresser. Elle ne fait pas double emploi avec les commentaires d'articles. Ceux-ci, en augmentation lente, mais constante, est faite de vos réactions aux articles.

« La voix des lecteurs »vous donne la parole, la possibilité d'enrichir notre blog de vos idées, réflexions, poèmes, réactions propres à l'actualité en général.

Bien entendu je ne publierai que ce qui ne s'en prend pas, éventuellement, aux personnes, au-dessous de la ceinture comme on dit

Les articles signés seront plus particulièrement bien venus. Mais il y a, je le sais d'excellentes raisons, qui ne relèvent pas de la couardise, mais plutôt de ce qu'on appelle le devoir de réserve, à l'anonymat, ou au pseudonyme. Ces articles seront pris en compte. Mais il faudra, que je puisse identifier les expéditeurs de façon précise. Ma discrétion à leur égard étant assurée.

Maintenant, chers lecteurs, à vous de jouer.

 

Edouard Boulogne) .

 

PS : Les propos de lecteurs, n'expriment pas toujours le point de vue du Scrutateur. Ils s'expriment librement. Le Scrutateur n'intervient que pour écarter les attaques qui viseraient des hommes et des femmes, de façon insultante, «  au-dessous de la ceinture » comme on dit.

 

 

 

TIC ou TOC ?

 

Mentir, chez Hollande, ce n'est pas un tic, c'est un toc, notamment lorsqu'il affirme que la croissance "elle" est là alors que selon l'INSEE elle n'est manifestement pas là.

 

En revanche deux tics sont à souligner : 

 

- Le premier, c'est la falsification d'un verbatim par les services de L'Élysée, ce qui n'a rien d'un scoop. C'est tellement... sytéma-tic !

 

Autrement dit c'est un tic tellement inhérent au système pervers qui nous sert d'engrenage institutionnel et organique qu'il n'y a pas lieu d'en informer qui que ce soit, même si "sans la liberté d'informer il n'est pas d'éloge flatteur" (pour ce qui est de la capacité d'informer, il en est sans doute autrement).

 

- Le second, c'est évidemment le redoublement systématique du sujet (le général, il a dit... le chauffard, il a raté son virage, etc.) Cette impardonnable faute de français est devenue le mode d'expression habituel chez nos politiques, y compris chez Fabius, ci-devant normalien (qui nous a habitué au "passe que" à la place du "parce que" et à la suppression du "ne" dans la forme négative dans l'expression imparfaite de l'indicatif, même présent). Personne ne s'en offusque, tant tout le monde, (IL) fait la même chose.

 

C'est peut-être le signe d'une déviance psychologique chez ceux qui adorent faire les malins en prenant la parole en public pour un oui ou pour un non, pour qu'on voie leur bobine et qu'on retienne leur nom, surtout, histoire de sa faire remarquer. Le dédoublement de personnalité si fréquent chez ces individus aurait alors pour conséquence le dédoublement possible du sujet. Le sujet (censé désigner l'auteur de l'action indiquée) et le pronom personnel inutilement appelé en renfort pouvant (dans leurs caboches) éventuellement se contredire, ce qui fait que par exemple, on ne sait jamais si c'est M. Untel ou le pronom personnel "il" qui doit être dépersonnalisé dans certaines circonstances, par exemple si on dit "Untel, il est une parfaite ordure". Il est vrai que dans le monde politique, "il", cela peut-être n'importe qui. Bref ! la possession du sujet par le pronom personnel, semble être acquise. Sans compter que l'on peut s'attribuer deux fois les mêmes mérites. 

 

Ah ! si on avait écrit en 1927 "Lindbergh, il a traversé l'Atlantique". La légende de l'aviateur en eût encore été plus grande, non ? Deux exploits pour un seul homme.

 

Des malins, ces politiques car leurs fautes proviennent toujours d'un calcul intelligent. 

 

Y'a qu'a voir : Hitler avait calculé que le Reich allait durer 1000 ans et toute l'Allemagne s'y est mise, et avec quels résultats !

 

Bref ! après la principale faute des Français (n'élisant que des farceurs depuis quarante ans), voici venu le temps des fautes de français ! Il faut dire qu'il y a de moins en moins de français dans le français, comme il y a de moins en moins de Français parmi les Français. Ainsi que le sujet se dédouble-t-il de manière inappropriée, tandis que les sujets de sa majesté, eux, proviennent de partout tout en se dissolvant dans une instantanéité qui veut de plus en plus se substituer à l'éternité.

 

Vive la France, vive la Républik, vive l'Édukation nassionnal et vive le médiatiquement correct !

 

Hé oui, quand l'Élysée corrige le tic de langage de Groland, elle lui épargne - pour une fois - un petit accès de sincérité très mal vu en matière d'archivage républicain, surtout quand le déclarant souligne lui-même sa propre imposture. Mais l'Élysée redresseur de torts reprend à son compte, et pour la postérité, les mensonges dont notre cher Groland est aussi coutumier que des fautes de français, lui qui veut tellement ânonner, à  la fois parce qu'il prend (à juste titre, n'oublions pas qu'ils l'ont élu) les Français pour des ânes, et parce qu'il espère qu'en parlant comme un enfant, le jugement de l'histoire aura pour lui la clémence des tribunaux pour enfants. 

 

"Valérie Trierweiler, (ELLE)  a dit "Merci pour ce moment. Et nous, et nous, et nous, qu'est-ce que nous disons ?

 

Nous disons que nous voulons le retour de Pierre Dac aux affaires. Pierre Dac, dont peu ont retenu qu'il était une des voix de la France libre sur les ondes de la BBC à une certaine époque où la France ne l'était pas...  

 

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/08/13/20002-20150813ARTFIG00218-la-croissance-elle-est-la-l-insee-repond-a-francois-hollande.php?m_i=D%2B_D_Wu7HqryjEzLA3W3G743lshp0Dgb1N5LKPJ4uNl%2Bphgn0KFvLpFKAVHpNTKFItZpOJFKa0Tkd%2B55P5bWCMqQDUixVURLO7U6gXD2&a2=20150814181043&a3=763-1270865-880249

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article