Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Inviter Marion Maréchal-Le Pen n’était pas une option, mais un devoir

Je n'ai été ( jamais ) membre d'un parti politique quelconque, même quand il m'est arrivé, en Guadeloupe, en d'autres temps, d'en soutenir tel ou tel, à leur demande, ce dont je conserve des preuves écrites. J'ai toujours conçu mon activité ( citoyenne ) comme conditionnée par deux exigences fondamentales : la liberté, et la vérité ( j'ai parlé, n'est-ce pas d'exigence, non de possession ). Exigences extrêmement liées entre elles d'ailleurs, car que devient la « liberté » si elle ne se situe pas, en vue d'agir, en référence à une « vérité », et des principes de pensée solides, qui la justifient? Quelque chose comme un commandant de navire qui n'aurait plus de boussole, au coeur d'une nuit sans étoiles.

En publiant les deux textes ci-dessous ( qu'il faut lire, sous peine, en prenant position pour ou contre l'invitation à Marion Maréchal Le Pen de participer, avec d'autres, de partis différents, à une réflexion sur la vie politique actuelle en France, sous peine donc de parler sans aucune connaissance de ce qui est en question, et s'exposer à mériter la boutade « sanglante » mais tellement vraie de Pierre Dac : « parler pour ne rien dire, et rien dire en parlant, sont les deux principes majeurs de ceux qui devraient la boucler avant de l'ouvrir ), en publiant donc ces deux textes, je ne m'aligne nullement, a priori, sur la ligne qui sera celle de Marion Maréchal Le Pen, mais, je participe à l'effort de ceux qui veulent restaurer en France, un débat véritable et de substitution à la battologie inouïe qui sert de pensée à la niaiserie incommensurable des niais du politiquement correct.

Je rappelle que l'organe de la Fondation de Service Politique, s'intitule Liberté Politique, qui fait partie des liens permanents du Scrutateur. Ceux d'entre vous qui prennent la peine de parcourir notre page d'accueil ( elle est faite pour cela ) connaissent bien cette revue remarquable.

 

Edouard Boulogne.

 

________________________________________________________________________________

 

( I ) Inviter Marion Maréchal-Le Pen n’était pas une option, mais un devoir

 

http://www.libertepolitique.com/Actualite/Editorial/Inviter-Marion-Marechal-Le-Pen-n-etait-pas-une-option-mais-un-devoir

 

La Fondation de Service politique est partenaire de l’Université d’été qui se tient cette semaine à la Sainte-Baume, sous l’égide du diocèse de Fréjus-Toulon. Marion Maréchal-Le Pen a été invitée pour intervenir au cours de ces journées, ce qui a déclenché une polémique. Il est extraordinaire que l’on se pose la question de savoir s’il est opportun ou non d’inviter, à une université d’été clairement catholique, une députée talentueuse qui se revendique publiquement catholique.

FBL-2

Marion Maréchal-Le Pen, sur les sujets dits « sociétaux », fait partie de ces élus nationaux, si peu nombreux hélas, qui n’ont cessé de se battre avec un rare courage et une rare ténacité contre les déconstructeurs de tous bords, à la basse manœuvre depuis 2012. Dans ces conditions, ne pas l’inviter à la Sainte-Baume, avec d’autres élus d’autres partis, aurait été à la fois une faute et une erreur.

On peut critiquer son parti, mais le Front national est un parti comme les autres, reconnu par les lois de la République, et traversé lui aussi par de multiples courants et tendances. En outre, il attire près de 40 % des électeurs du diocèse dont Mgr Rey est l’évêque, et qu’il ne peut ignorer.

Or il faut constater que le parti de Marion Maréchal-Le Pen est la seule grande formation politique à prendre des positions cohérentes avec ce que dit l’Église sur un certain nombre de sujets fondamentaux, comme par exemple la loi Taubira dont elle semble être la seule à exiger l’abrogation pure et simple. À cet égard, inviter une députée de ce parti ne me paraît pas être une option, mais plutôt un devoir…

Les catholiques doivent donner l’exemple de la liberté politique. L’évitement permanent de la controverse par le refus du dialogue n’est pas une solution : agir de cette façon reviendrait à se coucher devant le système politico-médiatique, qui s’attribue autoritairement, je dirais même dictatorialement, la mission de dresser le catalogue des personnes dites fréquentables et des personnes qui ne le sont pas. Marion Maréchal-Le Pen mérite évidemment d’être fréquentée, et a donc toute sa place à l’Université de la Sainte-Baume.

 

François Billot de Lochner,
 Président de la Fondation de Service politique.

 

( II ) Mgr Dominique Rey : "Le dialogue est intrinsèque à l'expression de notre foi"

 

http://www.libertepolitique.com/Actualite/Decryptage/Mgr-Dominique-Rey-Le-dialogue-est-intrinseque-a-l-expression-de-notre-foi

 

L'évêque de Fréjus-Toulon explique pourquoi Marion Maréchal-Le Pen a été invitée à l'université d'été de la Sainte-Baume organisée par l'Observatoire socio-politique de son diocèse, et dont Liberté politique est partenaire. "Tout refus de dialogue entretient le fanatisme et attise la guerre. Le refus de dialoguer constitue aussi un symptôme de faiblesse de la pensée. Que ce soit dans l’ordre politique, social et religieux, la paix et le vivre ensemble requièrent le dialogue."

LES REACTIONS de certains médias à propos de l’Université d’été de l’Observatoire socio-politique (OSP) de Fréjus-Toulon conduisent à rappeler les éléments suivants.

Les universités d’été, ouvertes sur inscription, ont été lancées il y a 5 ans par l’OSP de Fréjus-Toulon en lien avec les dominicains de la Sainte-Baume. Elles sont bâties autour du triptyque suivant : d’abord, la prière, avec la participation aux offices ; ensuite, la formation à la doctrine sociale de l’Eglise avec l’enseignement de pères dominicains et, cette année, la participation de Mgr Charles Morerod ; enfin, des échanges lors de tables rondes réunissant parmi d’autres des hommes et des femmes politiques de toutes les sensibilités.

Les conditions du dialogue est intrinsèque à l'expression de notre foi

Le dialogue est intrinsèque à l’expression de notre Foi. L’actualité mondiale le montre bien : tout refus de dialogue entretient le fanatisme et attise la guerre. Le refus de dialoguer constitue aussi un symptôme de faiblesse de la pensée. Que ce soit dans l’ordre politique, social et religieux, la paix et le vivre ensemble requièrent le dialogue. Jésus Lui-même a engagé un dialogue avec ses contradicteurs et ses adversaires tout au long de Sa vie publique. Sans dialogue, on tombe dans l’invective, le lynchage, le procès d’intention et la diabolisation.

Un dialogue authentique exige la réunion de plusieurs conditions : la liberté d’expression, l’écoute mutuelle jusqu’à la disponibilité à changer d’avis, et dans les matières qui regardent les universités d’été, la quête du bien commun qui transcende les intérêts particuliers. Inviter des personnalités politiques ne signifie pas cautionner leurs positions mais les conduire à accepter d’êtres interpellées, voire critiquées, dans le cadre d’échanges francs et sereins. On peut noter que ce dialogue est régulièrement organisé dans d’autres cadres, plateaux TV, débats publics ou tables rondes.

C’est dans cet état d’esprit que les universités d’été de l’OSP ont été conçues.

Cet été, Marion Maréchal-Le Pen est l’une des personnalités politiques invitées à débattre avec d’autres personnalités politiques dans le cadre d’une table ronde sur le thème de l’engagement des chrétiens en politique. Le Front national a obtenu près de 40% des votes aux dernières élections départementales dans le Var. Il s’agit d’une réalité. Que l’on soit d’accord ou pas avec les positions du FN, nier cette réalité serait faire preuve d’autisme. Blacklister un mouvement quel qu’il soit courrait le risque de l’enfermer dans ses positions, de contribuer à le radicaliser et à l’exclure de débats où les électeurs l’ont eux-mêmes introduit sur des sujets brûlants aujourd’hui : l’Europe, l’identité nationale et l’immigration…

Offrir un discernement

La dénonciation par la Conférence des évêques de France, qui vient d’être rappelée par son secrétaire général, à l’encontre de certaines positions et postures politiques du Front national, nous invite non seulement à contester mais aussi à dialoguer avec l’ensemble des acteurs de la vie politique, y compris le FN, sur ces questions disputées qui traversent et divisent  l’opinion publique. Ce dialogue se déploie à partir des valeurs évangéliques de justice et de solidarité, et à partir des fondements du pacte social que rappelle l’Eglise depuis toujours: Le respect de la vie depuis son origine jusqu’à sa fin naturelle, la protection de la famille, l’accueil de l’étranger, le souci prioritaire du pauvre, la reconnaissance de la valeur du travail, les principes de solidarité entre les peuples, la liberté de conscience et d’expression et la liberté religieuse…

L’accueil de représentants du FN dans un débat organisé par l’Eglise est une nouveauté dans sa forme, mais ne remet pas en cause les principes fondamentaux de la doctrine sociale de l’Eglise sur lesquels nous nous appuyons.

La question fondamentale à laquelle nous renvoie cette polémique porte sur notre capacité à dialoguer avec tous les mouvements politiques, quels qu’ils soient, sur la base des principes d’humanité qui nous viennent de la doctrine sociale de l’Eglise et de son magistère. Ces principes d’humanité fondent l’engagement des chrétiens en politique et le dialogue avec la société pour offrir un discernement, critiquer si nécessaire, et concourir à la promotion du bien commun et d’une écologie intégrale.

 

Mgr Dominique Rey est évêque du diocèse de Fréjus-Toulon.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Il est heureux de voir dans l'Eglise en France, des évêques suivre l'exhortation de Jean-Paul II dans son encyclique " Veritatis splendor " à ses frères dans l'épiscopat, d'assumer pleinement la mission de véritables pasteurs pour les brebis, qui leur a été confiée.
Après Mgr Di Falco, avec la publication en 2014 du " livre noir de la condition des chrétiens dans le monde" et l'action de Mgr Barbarin pour les chrétiens d'Irak ou de Syrie, Mgr Rey est aussi celui qui a demandé à toutes les paroisses de France de faire résonner les clochers de leurs églises le jour de l'Assomption de Marie, pour rappeler à tous que des chrétiens sont, encore aujourd'hui, martyrisés et meurent pour leur Foi, exemples de courage pour nos "frileuses contrées", même sous les tropiques...
Leur appel, et leur fermeté surtout, ont suscité un réveil chez ceux qui " n'oublient pas les promesses de leur baptême " , volontiers rapproché de la Lumière à laquelle il faut croire au milieu de la nuit , qu'évoquait récemment Le Scrutateur.
Répondre