Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

« L'affaire Cédric Cornet » montre que le monde ne change pas. ( Le bouc émissaire et la basse cour ? ).

Faut-il prendre parti pour ou contre M. Cédric Cornet dans l'affaire dont il est le centre, actuellement, dans notre petite Guadeloupe?

Pour ma part, je m'en abstiens. Pour l'instant.

Le 29 juin, j'écrivais ( http://www.lescrutateur.com/2015/06/autour-de-cedric-cornet.html#ob ) :(… ) « il n'est question dans la presse et sur les ondes, que de la mise en garde à vue de Cédric Cornet qui se serait livré à une tentative de séduction à l'égard d'une mineure. Chose, comme on le sait extrêmement rare en Guadeloupe, particulièrement dans le chaste milieu politique que nous connaissons. Si la nouvelle est exacte, on ne peut approuver le jeune leader des irréduktibles ».

Les heures, les jours ont passé. On pouvait lire, hier, dans Bonda Manjack : « Le Conseiller Régional Cédric CORNET, a été mis en examen ce matin pour atteinte sexuelle sur mineure de moins de 15 ans. Il a été laissé en liberté ».

A ma connaissance, au moment où j'écris, aucun élément nouveau n'est intervenu. M.Cornet, n'est pas un grand bourgeois influent ( du moins par l'épaisseur de son porte-feuille d'actions ). Il n'a pas « bac plus 10 »! comme certains qui le jalousent ( cela a été souligné par l'un de ses amis, Paco IsKandar,  dans l'article cité ci-dessus, en lien ) à cause de sa réussite auprès des milieux populaires, dont il est issu, et des jeunes notamment.

C'est logique, et point nouveau. Ah! Qui dira les ravages opérés par la jalousie au verdâtre visage?

Tel personnage, que le sexe, et lui seul, mais point l'âge, dissuade de postuler au Théâtre Français pour le rôle d'Arsinoé dans le Misanthrope de Molière, entonne le grand air de la moraline en fustigeant « ce garçon », soupçonné d'être immature. ( sic )

Tel autre, moins méritant encore puisqu'il s'abrite sous la mantille d'un pseudonyme, me reproche dans l'article déjà évoqué de me servir d'une supposée « théorie du complot » pour défendre « l'accusé ». ( ce que je n'ai pas fait, ni pourfendu non plus, il est vrai. La vérité, la vérité seule doit nous intéresser, même si elle est, plus souvent que normal, la fugitive des prétoires, comme du reste ) Lisons ce torche-cul, tel qu'en lui-même :

 

« Le corbeau • 07-01-2015 17:44 • Autour de Cédric Cornet.

Théorie du complot? Mais voyons!

C'est les assistants sociaux qui ont menacé les parents. Deux solutions s'offraient à eux: soit la perte de la garde de leur enfant soit porter plainte contre Cornet..

La fille 13 ans et problème psy. Comment trouver des escuses à Cornet? Choquant »

 

Sans insister sur les fautes d'orthographe, je lui ai répondu, brièvement, ainsi :

 

"Edouard Boulogne • 07-01-2015 18:10 • Autour de Cédric Cornet.

Ah? Les assistants sociaux! Pure virginité politique quoi. Si C. Cornet est coupable,  nous verrons, ( je ne suis pas son avocat ). Mais, madame (ou monsieur, ou mademoiselle ) si j'avais été vous j'aurais choisi un autre pseudo que celui de corbeau. Le symbolisme n'est pas joli, joli ».

( Noter que l'avocat choisi par M. Cornet, me parait excellent ).

Ainsi, nulle méfiance pour l'incitation à accuser Cornet, parce que celle-ci viendrait d' « assistants sociaux »? Ceux-ci seraient-ils de nature angélique? Or les anges eux-mêmes sont capables de pécher, M. le corbeau, si l'on en croit les intrigues infernales du dénommé Lucifer. Ce lecteur là doit être en plus, bien jeune et naïf ( ? ) pour se choisir un tel pseudo.Ainsi :

Le dictionnaire Robert, ( Ah! Que ne lit-on davantage les bons dictionnaires, chez les « jeunes » ) ne se contente pas de dire du « corbeau », touchant dans le mille : « 

Auteur de lettres (ou d'appels téléphoniques) anonymes ».

Il ajoute, cruellement : « 

Homme avide et sans scrupules, médisant, acharné ».

 

Telle est l'ambiance.

Si le jeune Cornet, comme je le lui souhaite, sort indemne ( c'est-à-dire innocent ) de l'étrange épreuve où il se trouve jeté, il en portera les cicatrices. Mais il en sera enrichi. Les cicatrices seraient alors les marques qui distigueraient le jeune homme qu'il était, du guerrier aguerri qu'il sera devenu, d'autant plus redoutable qu'il aura, sans rien oublier, jeté toute rancune, ce poids insupportable, à la rivière.

Il aura, s'il était nécessaire, jugé à sa juste mesure ce qu'est, en politique, la cour ( en monarchie ) la basse cour ( en nos temps plus modernes ) telle que la décrit l'illustre La Bruyère. Et de son expérience, il tirera le plus grand profit : «  Un homme qui sait la Cour est maître de son geste, de ses yeux, de son visage; il est profond, impénétrable; il dissimule les mauvais offices, sourit à ses ennemis, contraint son humeur, déguise ses passions, dément son coeur, parle, agit, contre ses sentiments : tout ce grand raffinement n'est qu'un vice, que l'on appelle fausseté, quelquefois aussi inutile au courtisan pour sa fortune, que la franchise, la sincérité, et la vertu ». ( Les Caractères, III, 3 ).

Noter que ce raffinement de La Bruyère à décrire ce phénomène humain, la cour, est adapté à ce qu'il voyait, une cour royale aussi cruelle que raffinée ( nous sommes au XVII ème siècle ).

Au XXI ème, en notre âge démocratique, où La Bruyère est substitué par Facebook, en la basse cour reste la cruauté, moins le raffinement.

Noter encore, que tout en souhaitant que tout le charivari actuel contre M. Cornet, ne soit que vile et vaine cabale, je n'en sais rien. « J'observe ( relativement ! ) de Conrart le silence prudent ».

Moins par pusillanimité, fi! que par respect d'une « vérité » qui émergerait miraculeusement de ce dégoutant tourbillon de passions envieuses, de ce cocktail, de tous temps vénéneux, où l'on mélange, le sexe et la politique.

Ce que je voudrais dire, puisqu'il faut conclure, c'est encore avec La Bruyère.

Souhaitant la reconnaissance de l'innocence du bouc émissaire, je dirai : « L'on me dit tant de mal de cet homme, et j'y vois si peu, que je commence à soupçonner qu'il n'ait un mérite importun qui éteigne celui des autres. » ( III, 39 ).

Nous verrons.

 

Le Scrutateur.

 

PS / Noter que M. Cédric Cornet est toujours « présumé innocent ». C'est ce que répètent à satiété ceux-là même qui depuis des jours, bavent leur haine sur son compte.

C'est une monstrueuse hypocrisie.

 

A écouter : ce Piaf, peut-être bien adapté au cas de C. Cornet : https://www.youtube.com/watch?v=q7PQx2ZqOnU

« L'affaire Cédric Cornet » montre que le monde ne change pas. ( Le bouc émissaire et la basse cour ? ).
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
"Une tentative de séduction à l'égard d'une mineure". Bon je retourne à mon dictionnaire.
Répondre
J
Je partage le point de vue de L.S;
Il est possible que Cédric Cornet Soit coupable,mais il reste innocent jusqu'à preuve du contraire.
Que dire sur ce jeune homme
Il occupe un poste politique enviable
Il est plutôt convaincant
Il est aussi joli garçon( n'est ce pas Mesdames?)Il pourrait donc séduire bien des jeunes filles -majeures-
Pourquoi diable abîmerait-t-il sa réputation et son image personnelle?
Pour ma part,le le considère non coupable,Votre Honneur.
Et disons le tout net,je suppute une Cabale.
Répondre
T
Article pourri. Qu'il soit innocent ou pas cet article manque de recul et d'impartialité. ...
Répondre