Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

M. Jacques Billant, préfet de la Guadeloupe.

M. Jacques Billant, préfet de la Guadeloupe.

M le préfet,

 

Guadeloupéen de vieille souche, je me permet d'interpeler le représentant de l'Etat qu'est censé être un préfet, pour lui demander des éclaircissements sur ( entre beaucoup d'autres ) deux faits qui sont beaucoup plus que des incidents, et qui relèvent me semble-t-il de la carence de son administration.

 

( I ) L'offense faite au droit, en la personne de Marine Le Pen.

 

Le premier concerne l'interdiction faite à la présidente du Front National, madame Marine Le Pen, de visiter la Guadeloupe, par une infime minorité d'activistes et d'agitateurs, dont le secrétaire général d'un syndicat aux méthodes violentes et provocatrices, M. Elie Domota, assisté de seconds couteaux tel l'ancien terroriste, non repenti, M. Luc Reinette.

Que ces personnages éructent dès qu'on leur oppose la moindre contradiction, cela peut se comprendre dans « l'esprit » de leur délire paranoïaque.

Mais qu'ils s'opposent par la force, dans notre département français, à la visite programmée du chef d'un parti politique national, légal, ayant recueilli lors des dernières élections départementales, près d'un quart de l'électorat national, voici qui me paraît non seulement étrange, mais illégal, et anti démocratique.

Or, qui est responsable du maintien de l'ordre, du respect de la légalité, sur l'ensemble du territoire national, et dans chacune de ses régions?

Je ne nomme personne, mais suivez mon regard, et ne cillez pas, monsieur le préfet.

Je précise, que je ne suis pas membre du Front National, et je rougis en le disant, tant il m'est insupportable de laisser supposer, ne serait-ce qu'un instant, que cette vérité pourrait n'être qu'un subterfuge suggéré sous l'effet d'une intimidation quelconque. J'ajoute que sans avoir jamais voté à ce jour pour le FN, je me réserve le droit de le faire, si ma conscience me l'enjoint un jour, et ceci en ma qualité guadeloupéenne de CITOYEN FRANCAIS!

Un très grand nombre de Guadeloupéens pensent comme moi, tous milieux sociaux compris, et tout groupe ethnique, quelle que soit sa couleur, dans la palette fort riche que présente, à cet égard, notre département-région. Un récent micro trottoir diffusé il y a quelques jours sur RCI, en témoignait, à la surprise, peut-être de ceux, qui ne connaissent pas encore très bien notre île « de très vieille France » ( dixit St-John-Perse ), ou seulement par le bruissement vocal de conseillers douteux.

 

( II ) L'affaire de la Stèle commémorative de Saint-Rose.

 

Le deuxième fait grave ( et autre manquement gravissime de l'Etat ) au sujet duquel, je vous écris monsieur le Préfet Billant, concerne l'affaire de la Stèle élevée, avec toutes les autorisations nécessaires, sur le territoire de la commune de Sainte-Rose, en souvenir des premiers colons européens débarqués en ce lieu, il y a fort longtemps, par quelques personnes, regroupées dans le Cercle Auguste Lacour, et à leurs frais pour une somme inférieures à 30.000 £.

Or cette stèle, avant même l'inauguration a été sauvagement détruite par le sieur Domota, et ses hommes de main.

Peu auparavant, les desperados domotiens avaient sollicité, - ( façon de parler, car leur ton est celui, ordinairement de l'injonction terrorisante ) - du Tribunal administratif de Basse-Terre, une reconnaissance de « l'illégalité de l'édification de la stèle ». .

 

Mais le tribunal administratif avait rendu justice, et je reproduis plus bas la totalité du jugement, qui concluait ainsi : « ORDONNE :

Article 1er : La requête de l’association Lakou – Liyannaj Kont Pwofitasyon (Lakou – LKP) et autres est rejetée.

Article 2 : La présente ordonnance sera notifiée à l’association Lakou – Liyannaj Kont Pwofitasyon (Lakou – LKP), à l’union générale des travailleurs de Guadeloupe, à la fondation Frantz Fanon, à l’association collectif de l’ouest Sainte-Rosien (COSE), à Afrocentricy international Guadeloupe, au comité international des peuples noirs, au mouvement international pour les réparations Guadeloupe et au conservatoire de l'espace littoral et des rivages lacustres.

Copie en sera adressée au préfet de la Guadeloupe.

Fait à Basse-Terre, le 6 mars 2015.

Le juge des référés,D.Besle

 

Le greffier, L Lubino

  1. Lubino

     

    La République mande et ordonne au préfet de la Guadeloupe en ce qui le concerne ou à tous

huissiers de justice à ce requis en ce qui concerne les voies de droit commun contre les parties privées, de pourvoir à l'exécution de la présente décision

(Lien avec le jugement dans sa totalité : http://www.lescrutateur.com/2015/03/une-sage-decision-du-tribunal-administratif-de-basse-terre-affaire-de-l-edification-d-une-stele-du-souvenir-a-sainte-rose.html )


Je me suis permis, M. le préfet de souligner en rouge, quelques lignes qui vous concernent plus particulièrement. Je ne voudrais pourtant pas que vous croyiez que j'en veux particulièrement à la personne privée de M. Jacques Brillant, que je ne connais pas, mais à qui, en tant que telle, je suis prêt à accorder tout le crédit du monde.

C'est au préfet que je m'adresse. Le rôle des préfets n'a jamais été facile, il fut un temps jusqu'à la récente décentralisation, celle inaugurée sous M. Mitterrand, en 1982, où leur sort dépendait du ministre de l'intérieur. Celui-ci est toujours, - en principe - le patron. Mais désormais, les préfets diminués dans leurs prérogatives, et leurs aires de pouvoir, doivent composer avec les élus locaux.

Nulle part ceux-ci ne brillent d'abord par leurs compétences, leur désintéressement, leur sens de l'humain. Ils ne manquent pas d'éclat, en revanche dans l'intrigue, l'art de naviguer, selon leur charisme propre de sauriens, de perroquets bavards, ou de singes hurleurs.

Mais, M. Jacques Billant, préfet de la Guadeloupe, si l'homme privé que je suis, peut compatir, aux tourments que vous subissez ( peut-être ) intérieurement, le citoyen scrutateur, lui, ne peut consentir à s'abandonner à quelque sentiment de compassion que ce soit.

Sachez que la colère monte en Guadeloupe, et le dégoût. Et que ce que je vous exprime de façon littéraire et policée, pourrait bien être repris par une masse importante d'électeurs.

Et, de toutes les façons, un préfet qui est aussi un homme, doit se poser des questions sur la nécessité d'agir selon une règle qui n'est pas celle de l'opportunisme.

On veut comprendre la légitimité des projets de carrière.

Mais, plus haut, il a le devoir pour un homme, de pouvoir se regarder en face.

Encore plus haut, il y a l'honneur Français.


 

Edouard Boulogne.


 

Photographies :


 

Les Guadeloupéens, pas moins que M le Préfet, n'auront de difficultés à discerner dans le bestiaire choisi par Le Scrutateur, les personnalités nationales, et locales, qui tourmentent ( il faut espérer pour lui que ce soient des tourments ) M. Jacques Brillant.

Lettre ouverte à M. Jacques Billant, préfet de la Guadeloupe, par Edouard Boulogne.
Lettre ouverte à M. Jacques Billant, préfet de la Guadeloupe, par Edouard Boulogne.
Lettre ouverte à M. Jacques Billant, préfet de la Guadeloupe, par Edouard Boulogne.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pierre 18/06/2015 16:24

Il ne répondra pas car il est le préfet que l'on sait .il se ferait virer par sa hiérarchie, par son 1er ministre surexcité a désigner d'un doigt tremblant une opposition de plus en plus décidée à faire capoter les petits dictateurs socialos bobos de sa hiérarchie.
Par contre on a montré notre préfet ,manche retroussé sur chemise blanche comme neige, sabre à la main en train de couper virilement... une canne d'un champs! On peut pas dire qu'il fait pas son boulot! Mais pour faire respecter le droit français à interdire la venue en Guadeloupe, d'un député européen, chef d'un parti politique démocratique, par quelques petits comités d'extrémistes surexcités on ne l'entend pas sur la question. Silence médias.
Mr le préfet de Guadeloupe vous êtes hors la loi sur ces deux questions .
d'autant plus à l'aise à le dire, que je ne suis pas inscrit au FN...ni au R/PS.

boulogne 18/06/2015 11:07

Nous attendons votre réponse avec impatience,

Edouard Boulogne 18/06/2015 12:39

Il manque un prénom.

FM 18/06/2015 05:05

Mon Cher Edouard,
Comme je prends plaisir à lire tes articles et surtout lorsqu'avec précision tu rappelles à celui qui est censé représenter l'autorité de l'Etat en Guadeloupe, ce qui devrait être son devoir.
Tout comme toi j'en ai vu passer, souvent de très près, mais les cuvées actuelles sont réellement de qualité médiocre. Papa qui les a connu serait surpris de constater cette décadence. Mais il est regrettable, que pour satisfaire les lubies de certains oiseaux porteurs d'une étiquette, souvent d'un costume trop grand pour eux, ou d'une robe, qui même mini ne leur conviendrait pas ou plus..., un préfet oublie de vérifier ses réelles attributions et laisse perdurer des dysfonctionnements au sein d'organismes, conseils ou autres officines, créant ainsi plus de causes d'injustices que nous n'en aurions besoin. Pourtant question justice, il a eu à connaître ce haut lieu proche de la colonne Vendôme et donc doit savoir qu'il faut avoir l'oeil et le courage de bien distinguer les choses et prendre les bonnes décisions et surtout veiller à leur application. Je souhaite seulement que des femmes et des hommes courageux acceptent de parler politique et pour faire bouger les lignes, il y a bien une relève jeune de corps et d'esprit capable de le faire. Pourvu alors que certains réflexes de conservatisme dans la volonté de ne ne pas déplaire, ne poussent les électeurs à les écarter, pour maintenir en place ceux qui braillent et jouent aux pères noël. Comme leur volonté de mimétisme est tel, alors ces braillards se disent, puisque depuis Paris certains se déplacent pour en faire autant, aussi bien dans l'hexagone que sous nos cieux, alors pourquoi ne pas eux aussi tromper leurs électeurs et allons y. Oui il faudra bien que M. le Préfet relise ses classiques, invite ses "collaborateurs" à en faire autant pour mieux assurer le fonctionnement des institutions et sans doute retrouverons une paix sociale et une remise à niveau de tous les secteurs. Merci à toi pour tes chroniques, la liberté nous l'avons encore sur ce point, mais sache aussi que les coups de bâtons existent sur les épaules de certains qui osent abonder dans ton sens et je dirai dans le bon sens. Cordialement FM

H G 18/06/2015 00:17

Je partage complètement votre Lettre. J'ai fait part dans une très Haute Administration Française d'un voeu profond pour l'outre-mer, le renforcement des prérogatives, des compétences et des responsabilités des Préfets Départementaux dans nos Régions ( car rien n'est facile pour les Préfets dans ces 3 Doms, entre les Domota, Reinette etc... ce n'est pas mieux, en Martinique! Nos Familles, nos Parents et Nous -mêmes ( les Générations discrètes, éduquées et bienveillantes) ont entendu le message du Général de Gaulle qui nous affirmait que nous sommes Français! Nous avons toujours prouvé notre Attachement à la France, par le Respect de chacun ( y compris, les libertés individuelles, l'expression, l'idéologie récurrente, l'interprétation de l'Histoire, le combat et les luttes syndicales, contre eux-mêmes, contre le Travail (les mêmes qui ont assuré leur retraite, dans les administrations) Aujourd'hui, avec ce régime socialiste quasi totalitaire.... nous ne pouvons plus cautionner ces désordres, ces terreurs, ces peurs, ces lâchetés et ces trahisons des uns et des autres*) Nous devons en Guadeloupe, avec nos Familles, proposer des Projets innovants, prometteurs, qui permettent d'apaiser les tensions, les querelles d'égos, les violences tribales d'une époque révolue... "l'apologie à la haine, au racisme, à la terreur et l'esclavage par la pensée unique sont des crimes contre l'Humanité" ( celle qui avait prophétisé cela, doit aujourd'hui, appliquer cela, dans les tribunaux de France et d'outre-mers).... Un Préfet de la République, représente l'Etat de Droit, c'est cela que j'ai ressenti dans le message de bien venue de M. Jacques Brillant, le Préfet de Guadeloupe. Soyons forts et courageux, avec lui. Ne lui faisons aucune pression comme ces détracteurs... C'est notre plus grande Liberté!

H G

Luc ANDRE 17/06/2015 23:23

Cher Edouard Boulogne, mon adhésion à vos propos ne vous surprendront pas car, comme vous, je ne veux pas que les mots démocratie et liberté soient si souvent galvaudés sur nos terres.
Une certaine habitude a été consentie de permettre aux minorités de se faire entendre et de faire croire qu'elle parle au nom d'une population.
Ces comportements autoritaires que vous dénoncez avec clarté et finesse, feront que des guadeloupéens et des martiniquais silencieux risquent de se réveiller avec un bulletin de vote qui en plus de surprendre fera comprendre que le racisme n'est pas là où on voudrait le classer.
Les comportements partisans d'une certaine presse "enchainée" visant à endoctriner des citoyens souvent trop laxistes soutiennent ces excités par leur refus d'objectivité.
J'espère que Monsieur le Préfet saura réagir et garantir à tout citoyen français de pouvoir circuler librement sur le territoire de la France.

JG 17/06/2015 19:13

Rien à ajouter si ce n'est Félicitations!

JABES Alain 18/06/2015 10:40

Mon cher Edouard, que d'émotions!!! adhère au FN, et prépare la venue de Marine, pour ma part tu attaques le Péfet sur un non événement, je serais surpris qu'il te réponde. Tu semble avoir déjà peur. Je reste persuadé que le préfet fera son Job si marine veut vraiment venir en Guadeloupe, en bon papa Antillais, je profite juste pour dire que je n'apprécie pas son comportement envers son Papa, les enfants qui tuent leur parents me font peur.