Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

François Hollande « président » hors-sol.

Caustique, Yves Bréard? Lucide, Yves Bréard? Sans aucun doute. Mais cela vaut mieux mieux que d'être lénifiant et menteur, comme ...( censuré par esprit d'humanité pour ses couillons d'admirateurs ).

 

LS

 

___________________________________________________________________

 

L'éditorial d'Yves Bhréard

La France compte plus de cinq millions de chômeurs, traîne une dette publique de plus de 2 000 milliards d'euros, affiche des perspectives de croissance qui n'ont rien de réjouissant. La crise? Certes, mais tout ira beaucoup mieux en 2017. C'est le président de la République qui l'affirme, conformément au calendrier de son programme présidentiel. Après l'effort, le réconfort. Après le matraquage fiscal, la distribution des cadeaux.

En 2017, donc, les fonctionnaires seront augmentés, les retraités pourront bénéficier d'une complémentaire santé, le tiers payant de la Sécurité sociale sera généralisé. L'impôt sur le revenu fera, quant à lui, relâche cette année-là. Année blanche: il disparaîtra provisoirement, en raison de la réforme instituant le prélèvement à la source. Un gros mensonge, une histoire à dormir debout, aussi imaginaire qu'est l'existence du Père Noël.

Il est vrai que la réalité n'est pas l'affaire de François Hollande. Chef de l'État, il ne touche pas terre. C'est un président «hors sol». Il plane sur un pays au bord de la faillite, le regard ailleurs, fixé sur sa réélection dans deux ans, son obsession. À quoi bon des réformes de structure, urgentes et parfois douloureuses, mais capitales pour l'avenir du pays, si c'est pour compromettre son propre destin. Mieux vaut, selon lui, flatter ses clientèles électorales dans le sens du vote.

Nous ne saurions trop le prendre mot, et dire avec lui: vivement 2017! Non que nous soyons dupes de ses promesses, mais pour passer enfin à autre chose. L'heure sera alors venue de le remercier - au sens figuré, bien sûr - pour exiger une tout autre politique, marquée du sceau de la responsabilité. Baisse des dépenses publiques, amaigrissement de la fonction publique, simplification du Code du travail, révision de la fiscalité, reconstruction de l'école… Les chantiers ne manquent pas, qui nécessitent du chef des travaux d'autres qualités que celles d'un illusionniste.

Par Yves Thréard
Publié le 19/06/2015 à 20h45

François Hollande « président » hors-sol.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hector Partaghé 21/06/2015 14:33

Hors sol, hors hors vérité, hors honneur et même hor-rible, mais également fort menteur, fort tricheur, fort truqueur, tel est notre cher François Hollande. Et pourtant Manuel Valls - entre deux battements d'ailes de Falcon officiel en direction de Berlin avec ses petits poussins républicains et de gauche, c'est-à-dire issus du mérite et du partage - n'a-t-il pas déclaré que François Hollande est un grand président ? Car au lieu d'administrer la France, ces messieurs font de la politique politicienne (avec les moyens de l'État) à leur propre gloire, et les Français ont l'air d'adorer ça puisqu'ils vont réélire François Hollande en 2017 ? Et comment pourraient-ils faire autrement, puisque les "valeurs" dont se réclament les socialos sont celles après lesquelles courent "Les Républicains", "Les Imposteurs" et tous les autres participants à la course à l'échalotte ? Pourquoi voudriez-vous que François Hollande change d'une virgule ? Non, il va même se radicaliser. Et comme la France est déjà en dessous de sa ligne de flottaison, tant qu'il restera un État, celui-ci aura les moyens de nourrir des parasites, comem une charogne constitue pour les vers un prodigieux garde-manger.

livia 21/06/2015 07:56

Hollande est un tout petit Mr, voilà ce que disaient deux grands hommes politiques en parlant d'eux :
« Le socialisme est la philosophie de l’échec, le credo des ignorants, le prêche de la haine et l’envie : sa vocation est de distribuer la misère de manière égalitaire pour le peuple. »
CHURCHILL Winston

« Les gens de gauche ont rarement de grand projet. Ils font de la démagogie.
Et se servent des mouvements d’opinion.
La gauche tire le haut de la société vers le bas, par idéal d’égalitarisme.
C’est comme ça que l’on a fini dans l’abîme en 1940…..
Les socialistes sont d’éternels utopistes, des déphasés, des apatrides mentaux…
Ils gaspillent toujours la plus grande partie des crédits.
On ne les a jamais vus dépenser efficacement les crédits…
Je n’aime pas les socialistes, car ils ne sont pas socialistes….
Parce qu’ils sont incapables, Ils sont dangereux …. »
Charles De Gaulle