Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

( 1 ) Moïse, de Michel-Ange. ( 2 ) Victorin Lurel, dans sa nuit obscure!
( 1 ) Moïse, de Michel-Ange. ( 2 ) Victorin Lurel, dans sa nuit obscure!

( 1 ) Moïse, de Michel-Ange. ( 2 ) Victorin Lurel, dans sa nuit obscure!

Il arrive qu'un homme, totalement désintéressé et dévoué au Bien Public, écrasé sous le poids du travail ( et des responsabilités ), entouré de personnages troubles qui lui pompent le sang, jusqu'à ce qu'il n'ait plus de jus d'oseille ( dire aussi « surelles » ) à distribuer, connaisse la déréliction des personnages rares, et voués, tel Jésus aux jardin des oliviers.

Ainsi le président Victorin Lurel, ce matin sur RCI, interrogé sur l'abandon de son homme lige, jusqu'ici, le premier secrétaire de la section guadeloupéenne du parti socialiste M. Max Mathiasin. On sait que ce dernier a démissionné de son poste, tel un vulgaire homme "de droite" Jacques Chirac, en 1976, quittant l'Hôtel Matignon déclarant alors sèchement lors d'une conférence de presse célèbre : «  N'ayant plus les moyens de poursuivre ma tâche, j'ai décidé d'y mettre fin ».

C'est ce qu'à fait M. Mathiasin hier dans une autre conférence de presse.

Monsier Lurel, donc, sur RCI, d'une voix blanche et fatiguée minimisa cette « péripétie » ( selon lui ). Mais l'on sentait le découragement d'une âme blessée, déçue, désabusée, revenue de tout, et sentant venir le froid éternel.

Il répondit, et l'on devinait le mouvement de main qui chasse une mouche inopportune, dans la brièveté du propos.

Mais l'on ne saurait trop se méfier de ces moments là, d'extrême fatigue. Il arrive qu'un mot, le choix d'une image révèle l'inconscient, les mobiles profonds.

Or il échappa à Victorin Lurel une référence suspecte, incongrue pour un homme de gauche. Cette référence à Vigny, plutôt de droite, comme chacun sait ( ou ne sait pas ), plus précisément à un poème de ce dernier le célèbre Moïse.

Comme Moïse, Victorin se sentait, « puissant et solitaire ». Comprenant sur quel terrain dangereux il s'aventurait, il n'alla pas jusqu'à souhaiter « le sommeil de la terre ». Il s'en était fallu de peu.

Mais gageons que des « mal palan » vont s'emparer de son propos pour le vouer à l'enfer éternel.

Le Scrutateur a voulu pour ses lecteurs qui aiment la poésie ( c'est-à-dire tous ), proposer à la relecture le poème Moïse du grand Alfred.

Il a aussi choisi quelques images de personnages qui constituent le vrai Mémorial de Victorin. L'on reconnaîtra le général de Gaulle photographié par surprise, fin mai 1968, vieil homme recru d'épreuves, et privé de sommeil depuis des semaines; la représentation de Saint Paul, par Rembrandt, St-Paul accablé sous le poids de la nouvelle Eglise qu'il fonde pour le Maître qu'il a rencontré sur la route de Damas; Jésus au Mont des oliviers, vu, encore, par Rembrandt.

Ses amis, prieront pour Victorin.

 

Le Scrutateur.

 

Moïse, par Alfred de Vigny ( livre de chevet de qui vous savez ).

 

... Et, debout devant Dieu, Moïse ayant pris place,
Dans le nuage obscur lui parlait face à face.

Il disait au Seigneur : " Ne finirai-je pas ? 
Où voulez-vous encor que je porte mes pas ?
Je vivrai donc toujours puissant et solitaire ?
Laissez-moi m'endormir du sommeil de la terre !
Que vous ai-je donc fait pour être votre élu ?
J'ai conduit votre peuple où vous avez voulu.
Voilà que son pied touche à la terre promise.
De vous à lui qu'un autre accepte l'entremise,
Au coursier d'Israël qu'il attache le frein ;
Je lui lègue mon livre et la verge d'airain.

" Pourquoi vous fallut-il tarir mes espérances,
Ne pas me laisser homme avec mes ignorances,
Puisque du mont Horeb jusques au mont Nébo
Je n'ai pas pu trouver le lieu de mon tombeau ?
Hélas ! vous m'avez fait sage parmi les sages !
Mon doigt du peuple errant a guidé les passages
J'ai fait pleuvoir le feu sur la tête des rois ;
L'avenir à genoux adorera mes lois ;
Des tombes des humains j'ouvre la plus antique,
La mort trouve à ma voix une voix prophétique,
Je suis très grand, mes pieds sont sur les nations,
Ma main fait et défait les générations.

Hélas ! je suis, Seigneur, puissant et solitaire,
Laissez-moi m'endormir du sommeil de la terre !...

... " Sitôt que votre souffle a rempli le berger,
Les hommes se sont dit : " Il nous est étranger " ;
Et leurs yeux se baissaient devant mes yeux de flamme,
Car ils venaient, hélas ! d'y voir plus que mon âme.
J'ai vu l'amour s'éteindre et l'amitié tarir ;
Les vierges se voilaient et craignaient de mourir.
M'enveloppant alors de la colonne noire,
J'ai marché devant tous, triste et seul dans ma gloire,
Et j'ai dit dans mon coeur : Que vouloir à présent ?
Pour dormir sur un sein mon front est trop pesant,
Ma main laisse l'effroi sur la main qu'elle touche,
L'orage est dans ma voix, l'éclair est sur ma bouche ;
Aussi, loin de m'aimer, voilà qu'ils tremblent tous,
Et, quand j'ouvre les bras, on tombe à mes genoux.
Ô Seigneur ! j'ai vécu puissant et solitaire,
Laissez-moi m'endormir du sommeil de la terre ! "

( 3 ) Max Mathiasin, le Judas de Victorin. ( 4 ) Le général de Gaulle en 1968. ( 5 ) Saint Paul, Plus apprécié par Rembrandt que dans les loges. ( 6 ) Jésus au Mont des oliviers, par Rambrandt.
( 3 ) Max Mathiasin, le Judas de Victorin. ( 4 ) Le général de Gaulle en 1968. ( 5 ) Saint Paul, Plus apprécié par Rembrandt que dans les loges. ( 6 ) Jésus au Mont des oliviers, par Rambrandt.
( 3 ) Max Mathiasin, le Judas de Victorin. ( 4 ) Le général de Gaulle en 1968. ( 5 ) Saint Paul, Plus apprécié par Rembrandt que dans les loges. ( 6 ) Jésus au Mont des oliviers, par Rambrandt.
( 3 ) Max Mathiasin, le Judas de Victorin. ( 4 ) Le général de Gaulle en 1968. ( 5 ) Saint Paul, Plus apprécié par Rembrandt que dans les loges. ( 6 ) Jésus au Mont des oliviers, par Rambrandt.

( 3 ) Max Mathiasin, le Judas de Victorin. ( 4 ) Le général de Gaulle en 1968. ( 5 ) Saint Paul, Plus apprécié par Rembrandt que dans les loges. ( 6 ) Jésus au Mont des oliviers, par Rambrandt.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Henri Gollon 01/06/2015 18:41

Attention à ce que vous dites, Scrutateur : d'ici à ce que Victorin se prenne pour le veuf éploré - et légataire universel - de la mulâtresse Solitude il n'y a qu'un tout petit pas. Et c'est vous qui lui en aurez donné l'idée...