Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Jean-Marie Le Pen : le Pour et le Contre.

Le vacarme fait autour du conflit interne au Front National, s'explique à mon avis par deux raisons principales.

 

D'abord par la joie de la gauche, et d'une partie de la droite, devant la possibilité d'un affaiblissement du parti fondé par Jean-Marie Le Pen, et qui, sous l'impulsion de sa fille Marine, est devenu un possible parti de gouvernement. Cette perspective ne réjouit pas, évidemment la concurrence, et les partis installés ( le parti « des assis » ) s'inquiètent, recourant pour dissimuler leurs vraies motivations à des invocations d'ordre idéologiques ( contre l'extrême droite, contre les « fascisme », etc). Ces contorsions sont « normales », compréhensibles par tous, et aussi vieilles que la politique ( surtout au pays du « président normal » ).

 

Ensuite, parce que le vacarme évoqué plus haut permet de détourner l'attention de la politique gouvernementale catastrophique, et des nouvelles débilitantes sur la crise qui ne passe pas, le chômage qui augmente, la criminalité qui croît, la destruction méthodique de l'éducation nationale, etc.

 

N'ayant jamais été un membre du FN ( pas plus que d'aucun parti politique d'ailleurs ) je n'ai pas à me situer dans la querelle entre le père et la fille ( disons comme cela, pour simplifier ).

Mais je dois avouer n'avoir jamais eu de sympathie pour l'homme Jean-Marie. Son incontestable culture, ses talents d'orateur, n'ont jamais pu dissimuler à mes yeux, son peu d'appétence pour le pouvoir. Le Pen, a toujours voulu être, ce qu'il est en définitive, un provocateur, un homme qui aime à faire parler de lui. Le FN dès lors était « sa chose », le jouet qui lui permettait de faire l'histrion sur les rampes du théâtre parisien. Moyennant quoi, il tenait captive une part importante de l'électorat « de droite » inconscient d'être mené en bateau par un bateleur.

 

Sa fille Marine entreprit d'utiliser la base, construite par son père, mais plus sérieusement, en vue de jouer un rôle plus fécond sur la scène politique française, tout en décapant le « paquebot » des excroissances, dépôts, incrustations diverses, qu'une une trop longue immersion dans la mare glauque du milieu politique y avait lardé, le transformant en bateau ivre.

Le carénage, souvent dénommé « dédiabolisation » allait bon train. Mais Jean-Marie Le Pen s'est fâché tout rouge. Je l'écoutais ce matin, sur Europe I, tenir le langage du vieillard qui sombre. Ne manquait en arrière-fond musical que la " marche funèbre " du Crépuscule des Dieux de Wagner.

 

Pitoyable! Oui, lamentable.

 

Suis-je pour autant « mariniste »? NON! Ce qu'il y a de terrible, c'est que en arrière plan des imprécations du père, il demeure, en sa lamentation, des intuitions sur le risque d'une « normalisation » du Front National.

La France est menacée présentement par les dangers d'une « mondialisation » qui n'a que faire des valeurs politiques, morales, religieuses, en qui elle voit des obstacles à la marchandisation de tout, à la matérialisation de toutes choses.

En France, un parti comme le FN, rénové, a un rôle à jouer, dans la résistance aux forces d'abaissement qui rongent et sapent.

Un rôle, à jouer, non à l'exclusion des autres, mais en relation avec eux, avec ceux d'entre eux, qui, de gauche, ou de droite, ont le souci d'apporter du positif dans le débat politique en cours.

Vaste et difficile programme auquel il faut chacun, s'atteler; y compris les citoyens « ordinaires ».

 

Le Scrutateur.

 

( I ) Le POUR :

"Nous assistons à l’accélération du processus de normalisation du FN"

Posted:

Voici ce que disait Carl Lang il y a quelques jours à propos de la crise qui secoue le FN :

"Nous assistons à l’accélération du processus de normalisation politique et de soumission de Marine Le Pen à la dictature de la pensée unique. En refusant à Jean-Marie Le Pen l’expression de sa liberté d’opinion et de parole, elle espère continuer à s’attirer les bonnes grâces des maîtres de l’information et des médias. Elle a décidé de sacrifier son père sur l’autel de la soi-disant dédiabolisation et c’est pourquoi j’ai parlé d’une tentative d’euthanasie électorale et politique. 

Ce que Madame Le Pen et son entourage ne comprennent pas est que la dédiabolisation est un mirage et une course sans fin pour complaire au système idéologique dominant et totalitaire. Après avoir liquidé Jean-Marie Le Pen, il faudra se débarrasser du FN qui est le mouvement de Jean-Marie Le Pen. Mais cela ne suffira pas : il faudra aller encore plus loin dans le reniement et l’allégeance. Après avoir abandonné le discours de droite économique et s’être alignée comme cela est déjà fait sur la bien pensance laïciste, citoyenne et républicaine et le souverainisme de gauche, après avoir refusé de participer aux manifestations du combat pour nos valeurs de la Manif pour Tous, elle devra finir par abandonner la préférence nationale et la défense de l’identité nationale. En effet celles-ci ne sont pas compatibles avec les soi-disant valeurs de leur république socialiste. Et tout au bout de cette longue marche politique de la honte, Madame Le Pen aura encore un problème : elle s’appelle Le Pen (...)"

( II ) Le CONTRE :

 

FN : Jean-Marie Le Pen suspendu

Posted:

Le Bureau politique du Front National a adopté une motion indiquant notamment :

[...] Le Bureau Politique considère que, nonobstant la liberté d’expression constitutionnellement reconnue et à laquelle il est attaché, il ne saurait accepter toutes les opinions et que le principe de responsabilité d’une formation patriotique, nationale et républicaine impose à ses cadres, dirigeants ou militants les mêmes obligations.
En conséquence, le Bureau politique désapprouve les propos tenus et réitérés par Jean-Marie Le Pen notamment ceux exprimés dans les colonnes du journal anti-FN Rivarol, contraires à ses valeurs politiques et statutaires ainsi qu’à l’objet social de l’association. [...]

Puis , le Bureau exécutif a suspendu Jean-Marie Le Pen de son statut d'adhérent, et une assemblée générale devra décider dans les 3 mois la suppression de son statut de président d'honneur.

La dernière fois qu'il a été question de congrès extraordinaire, c'était en 1998 et une des filles de Jean-Marie Le Pen avait été bannie.

Par ailleurs, ce n'est pas la seule exclusion du jour :

Alexandre Simonnot, catho tradi "ami intime" de JMLP, a été remercié ce matin de ses fonctions de SD95 du FN "comme une merde" (à l'#AFP)
Guillaume Daudin (@GuillaumeDaudin) 4 Mai 2015

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

castets 05/05/2015 19:55

Bonjour Mr Boulogne,
Avec cet épisode Le Pen, c'est une nouvelle démonstration de l'incapacité des Partis à embrasser la dimension d'une mission de bien public, voire d'un sacerdoce qui devrait émerger en lieu et place de petits intérêts personnels, (tous comme les chiots autour d'une gamelle garnie).
Aucun espoir à attendre de ces soi-disant responsables politiques, aucun ne peut racheter l'autre !
Après 70 ans de paix dans l'hexagone, il faut noter que la mollesse à aussi atteint le peuple (l'exemple vient d'en haut) qui est mûr pour endosser toutes les turpitudes pourvu que les sacro-saints loisirs soient préservés, et ce même dans les couches dites populaires ou sensibles.
Nous pataugeons dans la fange où nous nous complaisons ; nous ne réagirons qu'après avoir connu à nouveau misère, souffrance et malheur, prix à payer pour apprécier la vie et se battre pour conserver un bien être offert pas nos anciens mais que nous ne saurons plus prolonger dans les temps très durs à venir ! Pas de miracle à attendre de nos élites...
Que chacun reste dans son rêve, son petit nuage et son cocon douillet. Rien n'est définitivement acquis, chacun le mesurera en reposant les pieds sur Terre.
Le Monde, en évolution, change radicalement mais nous (Occidentaux) refusons sans ardeur aucune l'évidence ou la réalité brutale mais sans pitié ; pour ce coup là, la LDH sera aux abonnés absents, tout comme nos grands naïfs de l'UE !
Bonne fin de journée, cordialement Cjj.

Xam 05/05/2015 18:31

Mais bien sur, les media aux ordres et n'ayant pas le souci de critiquer ou même commenter les élucubrations de certains locataires d'immeubles logeant des ministères tout comme des Partis surtout de Gauche souhaitant polariser les avis sur les querelles familiales du FN, se réjouissent d'avoir un sujet qui deviendra, après celui de l'exclavage, inépuisable.
Mais , sans être POUR le FN, ni anti FN, je dois considérer que le débat politique est bien dégradé. Pourquoi ne parle-t-on pas des lois en discussion sur l'organisation de l'ETAT, qui ne seront sans doute pas prêtes pour la rentrée ? Non cela est trop demandé aux journalistes qui ont la préférence pour "l'histoire" en parlant du FN.
Marine sait mieux que les autres ce qu'elle doit à son Père, mais aussi ce dont il est capable lorsque sa mauvaise humeur ou sa haine se font jour.
Je leur dit : après la pluie le beau temps, ou après la montée, la descente....

Achille Savapa 05/05/2015 17:17

Sans vouloir tirer sur une ambulance, il faut peut-être aussi placer les choses dans un contexte humain, c'est-à-dire psychologique. L'apparition (pathétique) de Jean-Marie Le Pen, le 1° mai, sur l'estrade où sa fille s'apprêtait à prendre la parole n'a pas été analysée comme il se devait. Tel un diable surgissant d'une boîte, c'est une démonstration de démence qu'a donnée Le Pen. Démence sénile aggravée par un caractère difficile, une personnalité à la fois simple et complexe que celle d'un homme certes talentueux, mais victime comme tous ses pairs d'une syndrome narcissique aigu qui, avec l'âge, a pris une proportion à la fois ridicule et tragique. Toutes inhibitions étant évacuées, là où Le Pen croyait apparaître aux Français comme un héros glorieux, ils n'ont vu apparaître qu'un pauvre clown, content de lui et souriant de toutes ses dents comme un nouveau né qui ne sait pas très bien pourquoi il sourit, mais qui affiche à la fois béatitude et complicité imaginaire avec les destinataires de ce sourire. Si la vieillesse est un naufrage, chez Le Pen, c'est l'occasion d'afficher une vieille rage : celle d'un homme qui veut
avoir toujours raison, quoi qu'il arrive, y compris quand il se met dans son tort. Ce Le Pen Mr Hyde qui vomit sa rage est hélas ! assez révélateur d'une pathologie que la sénilité et d'un chagrin, celui de ne plus être le phare du parti qu'il a créé au moment où les fruits sont à portée d'urne, en grande partie parce que le Front national a pour terreau la médiocrité de la classe politique actuelle - l'UMPS, hé oui ! sans lequel le Front national n'existerait sans doute pas. Aussi pitoyable que le délire vengeur de Le Pen, la réaction de l'ensemble des commentateurs, et les sécrétions de la classe politique qui espère qu'ils récolteront les morceaux du FN brisé sont à mettre dans le même panier. Les pervers narcissiques ne manquent pas, dans le personnel politique. Certains disent même que l'ENA façonne et la perversité et le narcissisme auxquels ils donnent une prise sans égale sur le bien commun. Lui, Le Pen, fait figure d'artisan, là-dedans. Avec toutes les qualités et tous les défauts du type qui sait qu'il sort du lot, mais qui n'est pas assez éduqué pour être capable de savoir-vivre lorsque les vents lui sont contraires.