Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Tribune : Césaire, un héritage chargé de haine, par Charles Rano.

( Voici une rubrique du Scrutateur, qui doit vous intéresser. Elle ne fait pas double emploi avec les commentaires d'articles. Ceux-ci, en augmentation lente, mais constante, est faite de vos réactions aux articles.

« La voix des lecteurs »vous donne la parole, la possibilité d'enrichir notre blog de vos idées, réflexions, poèmes, réactions propres à l'actualité en général.

Bien entendu je ne publierai que ce qui ne s'en prend pas, éventuellement, aux personnes, au-dessous de la ceinture comme on dit

Les articles signés seront plus particulièrement bien venus. Mais il y a, je le sais d'excellentes raisons, qui ne relèvent pas de la couardise, mais plutôt de ce qu'on appelle le devoir de réserve, à l'anonymat, ou au pseudonyme. Ces articles seront pris en compte. Mais il faudra, que je puisse identifier les expéditeurs de façon précise. Ma discrétion à leur égard étant assurée.

Maintenant, chers lecteurs, à vous de jouer.

 

Edouard Boulogne) .

 

PS : Les propos de lecteurs, n'expriment pas toujours le point de vue du Scrutateur. Ils s'expriment librement. Le Scrutateur n'intervient que pour écarter les attaques qui viseraient des hommes et des femmes, de façon insultante, «  au-dessous de la ceinture » comme on dit.

 

 

Monsieur Charles Rano m'envoie cet article que je publie en Tribune des lecteurs. Charles Rano est un publiciste martiniquais, auteur de plusieurs ouvrages.

LS.

 

Chauvet

En vue de l’instabilité politique à venir » « L’histoire ne m’a pas encore donné ma souveraineté »                                                         

Un héritage chargé de haine

Un élu PPM du conseil régional de la Martinique a tout résumé, il est dans la pensée exacte d’Aimé Césaire. La pensée la plus forte la plus significative c'est d'avoir « une nation martiniquaise dans la nation française » ce qui ne signifie rien (phrase lancée par le président actuel de la région Martinique et des Martiniquais y croient). Cela n'existe nulle part et ne se fera jamais : soit la Martinique reste française, soit elle sera indépendante ; et c’est d’abord la démocratie qui le décidera, le vote des Martiniquais et non des paroles racistes et violentes. Monsieur Césaire n'a jamais admis que la Martinique soit une terre française, il a toujours mené une guerre fondée sur le rejet de l'autre, du Français.

Il a toujours vécu en colonisé, mais toujours dans la sphère parlementaire française métropolitaine, il a transmis son aversion aux plus jeunes, il n’a jamais été autre chose qu’un poète amer, haineux. Il n'est pas à l'image de Mandela qui a demandé à tous les Africains sans distinction (le mot colonie n’existait pas chez lui et pourtant !) de quelque ethnie qu’ils soient de se réconcilier, il n'a jamais, après sa sortie de prison, ni prononcé de mot violent, ni cultivé la haine contre l'autre ; sa sagesse a atteint le cœur du monde entier. Aimé Césaire en est le contraire ! On voit la haine dans les propos de certains en Martinique qui disent : Je ne suis que Martiniquais et non français. Césaire dans ses écrits n’a jamais eu aucun autre sentiment pour la France que  la haine. Nous récoltons ce qu’il a semé simplement.

Dérisoire et mensonger

L’élu du conseil régional estime qu’il n’est que martiniquais et non français, sauf pour profiter du droit commun français, des études universitaires et pour devenir fonctionnaires d’état français, ce sont les idéaux de M. Césaire qui se perpétuent à travers les propos de cet homme qui a toujours été un homme irascible mais qui sait aussi rigoler ; bien qu’il sorte de temps en temps des paroles plutôt incompréhensibles, vengeresses et racistes. Certes il a un peu bousculé J-Marie Le Pen à l’aéroport du Lamentin, combattant ainsi le racisme par  le racisme. L’élu  déclare « L’Histoire ne m’a pas encore donné ma souveraineté » la souveraineté ne se donne pas mais se prend, s’il le faut par les armes, comme l’ont fait  les Africains ou Haïti nos frères proches des grandes Antilles.

Que veut dire une autonomie spécifique, pas celle de l’article 74 comme en Polynésie, à Saint-Martin, à St-Barth ni sans doute l’autonomie gérée par l’article  77 comme en Nouvelle-Calédonie ? Je voudrais savoir exactement quelle autonomie il réclame, car dans la Constitution française je n’en ai vu aucune autre où l’on suivrait le droit commun avec une totale liberté et aucun contrôle. Ce type, ce genre d’autonomie n’existe pas du tout. Aucun parlement français n’acceptera ce genre de stupide invention.

Que veut-il dire à propos d’une troisième voie ? Là non plus, ce n’est qu’un rêve du parti de Césaire qui, dans son concept, partiperait à la fois de deux régimes celui du droit commun (c'est-à-dire avoir tout ce que reçoivent les Français de métropole et les DOM) et celui  d’une totale liberté d’agir sans un contrôle de légalité. Cela ne se peut !

Une méconnaissance de la Constitution

Ces gens, ces « Césairistes » voudraient laisser croire qu’ils veulent une autonomie spécifiquement martiniquaise mais progressive. Mais vers quoi ? Et là ils ne veulent pas sauter le pas car il y a déjà ceux qui occupent cet espace. Ce sont les indépendantistes qui le revendiquent clairement  la souveraineté nationale de la Martinique. Pourquoi faire et pour vivre comment ? Ils ne le disent pas parce qu’ils n’en savent rien.

Là ou je n’arrive pas à comprendre le parti d’Aimée Césaire c’est sur ce point là « avoir l’Autonomie vers … » M. Aimée Césaire a toujours demandé l’indépendance de la Martinique. Ce faisant il avait opté pour le droit commun et pris ses distances avec le communisme, stratégiquement. Mais l’esprit de l’indépendance est resté vivace dans la bouche de ses disciples. Chez eux c’est l’autonomie, puis lentement le glissement à l’indépendance. Où est la différence avec les indépendantistes patentés qui veulent leur indépendance de suite puisque pour le parti de Césaire c’est l’autonomie puis l’indépendance. Ce n’est qu’une simple histoire de timing, Ils veulent y arriver mais en prenant le temps qu’il faudra.  En fait, ils veulent la même chose.

Quel que soit le désir ou le choix des Martiniquais ils ne peuvent le faire qu’en passant par les obligations de la Constitution française, c’est le droit constitutionnel français. Sautez, dansez, rigolez, mentez, et fracassons-nous. Mais rien ne se fera hors de la Constitution française. Qu’on se le dise !

Charles Rano

 

 

 

Tribune : Césaire, un héritage chargé de haine, par Charles Rano.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

La Rosa 18/04/2015 20:18

Il faudrait peut-être un jour que certains intellectuels martiniquais cessent de faire c ....le reste du monde en lui exposant tels des paons leurs énormes et grotesques nombrils et en lui éructant, en lui postillonnant en pleine gueule, leurs pitoyables élucubrations à la c.... Non, parce que, quand on les étudie un peu, à part quelques uns, tous les autres ne sont en vérité que des sacrés couillons et de grands inutiles subventionnés.

Réré 18/04/2015 03:15

Désolée, les propos de cet auteur ne sont qu'un ramassis d'inepties. Césaire même s'il était pour l'indépendance n'a jamais été irrespectueux envers la France ( il magnait la langue française avec magie parce que justement il l'aimait la France et l'a toujours dit) et s'il s'est battu pour la départementalisation même s'il est devenu autonomiste par la suite , c'est parce la colonie Martinique était dans un état désastreux surtout au niveau sanitaire. C'est facile en tant que complexé qui n'a rien compris à Césaire et ses discours de venir dire n'importe quoi! La pensée de Césaire et de son élève Frantz Fanon a influencé les plus grands mouvements contre le racisme en particulier aux Etats Unis et même les québecuois se disaient se sentir en Amérique comme des nègres blancs. Avant de parler de Mandela il faut connaître le sujet correctement . Lui est passé à la lutte armée contre blancs en Afrique du Sud pour sauver son pays par n'importe quel moyen et contre ce système injuste de l'Apartheid (Et c'est pour cela d'ailleurs qu'on l'a mis en prison pas seulement pour ses idées). Césaire a dénoncé la colonisation et a toujours eu un discours extrêmement modéré il n'a jamais tenu de propos racistes envers les blancs tout comme Mandela et là c'est le point commun que ces grands deux hommes partage. Donc avant devenir baver sur Césaire comme c'est la mode depuis quelques temps lisez son oeuvre , ses poésies allez lire l'histoire de l'Afrique et de la Caraïbe et de l'Amérique côté Noirs avant d'écrire des articles ridicules salissant Césaire sous prétexte que le néo PPM piétine sa mémoire! Il faut vraiment se sentir mal pour être antillais dévaloriser Césaire face à Mandela. Si Césaire avait un discours haineux il n'aurait pas eu un hommage national et une plaque au Panthéon ! Il faut avoir un esprit étriqué pour croire qu'indépendance ou autonomie rime avec racisme!

pierre 18/04/2015 01:17

Quand j'étais étudiant en droit à la fac de st Maur j'ai retenu cet article 1er de la 5ème république. "La république est une et indivisible" principe invariable depuis 1792 date d'entrée en exercice de la 1ère république révolutionnaire qu'était la convention.
Il faudrait que nos souverainistes expliquent comment ils comptent changer ce principe fondamental de l'existence et de la continuité de l'état français dans le temps.
De plus les intérêts économiques et géopolitiques des Antilles rendent impossible une pseudo souveraineté martiniquaise ou guadeloupéenne aux contours flous. la France (y compris les guadeloupéens français) à trop d'intérêts sur cette zone pour la larguer. Depuis plus de 400 ans que les français y sont et comptent y rester, je ne vois pas comment les meilleurs leaders des thèse souverainistes, s'imposeraient? par le rapport de force? ou par le vote?
Difficile de changer le sens de l'histoire , c'est plutôt l'histoire qui change l'individu ! De plus, même les RSA ont une carte bancaire ,sont soignés gratuitement, souvent logés et ne meurent pas de faim. quelle autre république peut en faire autant en 2015? la future république de l'éternel "projet guadeloupéen" plus axé sur des luttes de pouvoir que sur un programme économique détaillé qui garantirait un meilleur niveau de vie aux guadeloupéens? il est permis d'être un idéaliste et de pouvoir rêver.

J.G 17/04/2015 23:02

Rien à ajouter;complètement d'accord.