Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Le philosophe musulman Abdennour Bidar.

Le philosophe musulman Abdennour Bidar.

La montée d'un islam dur ( islamisme ) dans le Monde, son surgissement brutal en janvier 2015, dans une France somnolente avec l'attentat dirigé contre le journal Charlie-Hebdo, et ces derniers jours par des menaces très sérieuses contre les catholiques de France créent dans notre pays, brusquement des inquiétudes justifiées mais qui peuvent se traduire par des réponses inadaptées. Dans Le Scrutateur je m'évertue depuis sa création en 2008, à inciter à se documenter et à réfléchir. Hier encore, j'affirmais que le plus grand danger qui nous menace est la tiédeur pour les chrétiens dans l'affirmation de leur foi, voire l'ignorance et l'oubli de ce qu'est la foi chrétienne, se réduisant trop souvent à la simple observance de quelques habitudes, le baptême, le mariage religieux, les obsèques religieuses. Mais point de culture chrétienne, point d'engagement concret chrétien dans la Cité. On se référera si l'on veut, et sur le sujet précis de cet article à deux publications de ce blog.

La première est l'étude, imparfaite, mais qui peut servir à ceux qui ignorent tout ou presque tout de la religion fondée par Mahomet ( http://www.lescrutateur.com/2015/01/claude-levi-strauss-ll-m-a-fallu-rencontrer-l-islam-pour-mesurer-le-peril-qui-menace-la-pensee-francaise.html ).

Je propose en second lieu cette analyse du grand anthropologue et philosophe, agnostique Claude Lévi-Strauss ( http://www.lescrutateur.com/2015/01/lettre-ouverte-au-monde-musulman-par-abdennour-bidar-passionnant-par-un-philosophe-musulman.html ).

Ce soir je vous propose la lecture de deux prises de position de chrétiens engagés dans la Cité.

Ici et là, ils pourront agacer certains d'entre vous. Je reste pour ma part critique sur certaines de leurs déclarations.

Mais ils ont le mérite d'exister, d'être en rupture avec la paresse et cette sorte de désabusement qui caractérisent actuellement trop d'entre nous.

Or, je crois que le philosophe espagnol Miguel de Unamuno avait raison d'écrire que: « l'avenir n'appartient qu'à ceux qui ne sont pas désabusés ».

 

Le Scrutateur.

 

( I ) Tant qu’on présentera Mahomet comme le modèle à imiter, le jîhadisme terroriste continuera

 

Extraits des remarques de Bernard Antony suite à l'attentat déjoué :

11146306_756067444491288_5793319993294769234_n"Enfin, le premier ministre s’avise de considérer que les chrétiens qui sont discriminés, massacrés ou génocidés, selon la diversité des 57 pays d’islam, sont aussi menacés en France où les églises et cimetières sont quotidiennement profanés ou saccagés par les diverses composantes de la haine anti-chrétienne, des Femen aux islamistes.

Face à cela, M. Valls ne trouve qu’à proposer des mesures policières ou judiciaires dont certaines, inutiles contre le terrorisme, sont de plus en plus  liberticides et entrent dans le processus de parachèvement totalitaire de l‘État socialiste.

M. Valls, sur le terrorisme de l’islam jîhadiste, est hélas incapable de remonter des effets aux causes, incapable de saisir que l’islam en France développe sa propre société selon l’idéologie théocratique totalitaire façonnée par son prophète fondateur.

 

Affirmant certes leur aversion pour l’islam « mains rouges », les dirigeants de l’islam « patte blanche », non sans doubles discours, n’agissent pas réellement pour le combattre efficacement. Le combat est en effet d’abord doctrinal. Il passe par une autre conception que celle de la divinisation du Coran et la sacralisation des Hadîths, par la remise des textes dans leurs contextes et la liberté de les relativiser à la lumière de la critique.

 

C’est ce qu’a demandé le très lucide et courageux maréchal Sissi. Tant qu’on présentera Mahomet comme le modèle à imiter en tous points, tel qu’il ressort des Hadîths, le jîhadisme terroriste n’est pas prêt d’être éradiqué.

 

On attend donc du gouvernement français une prise de conscience de ce qu’est l’islam réel, de ce qu’il faut interpeller les autorités musulmanes pour que, comme le maréchal Sissi, elles s’accordent pour que les jîhads, les décapitations, les tortures, les lapidations et les amputations pratiquées ou ordonnées par le prophète soient tout aussi relativisées et contextualisées que les cruautés et exterminations rapportées dans l’Ancien Testament." 

 

Par ailleurs, Bernard Antony s'est permis cette remarque à l'égard de l'archiprêtre de la cathédrale de Strasbourg :

"Interrogé sur France Info, l'Archiprêtre de la cathédrale de Strasbourg vient de déclarer que la réponse au terrorisme n'est pas policière, mais doit résider dans le « rapprochement culturel avec l'islam » et dans « davantage de lecture du Coran ». Réponse consternante ! L'Archiprêtre aurait pu ajouter aussi la nécessité de lire les Hadith. Mais quel Coran a-t-il donc lu?"

 

( II ) Les musulmans ont besoin du témoignage de notre foi

 

Amaury Guillem, sa femme et ses trois filles, venus vivre au cœur d’une cité de Marseille. Volontaires de l’association Le Rocher, ils témoignent dans L'Homme Nouveau :

"Ma femme et moi avons eu, grâce à Dieu et à nos familles, des vies confortables, où nous n’avons jamais manqué de rien. Nous vivions à Bayonne et étions heureux. Mais il manquait quelque chose à ce bonheur : nous nous sentions appelés à vivre l’Évangile de façon plus radicale, par un engagement auprès des plus pauvres. Vu la situation des banlieues, il semble qu’elles soient l’enjeu n°1 de notre société française, puisque s’y concentrent de nombreuses problématiques, économiques, sociales, religieuses. Il y a urgence à ce que les chrétiens investissent ce terrain, pour servir les plus pauvres, témoignant de Celui qui, se faisant pauvre parmi les pauvres, a déjà porté toutes les souffrances du monde et leur donne un sens. Enfin, à l’école de bien des initiatives anciennes – Madeleine Delbrêl, Sœur Emmanuelle - ou actuelles – l’Arche, Simon de Cyrène, l’association pour l’amitié ou Lazare -, nous étions convaincu qu’il ne fallait pas se contenter de travailler auprès des démunis mais bien vivre avec eux. C’est là que se vit la radicalité de l’Évangile, dans ce qu’il a de plus crucifiant mais aussi de plus vivifiant. [...]
Très concrètement, à quoi ressemble une journée pour vous et votre famille ? En quoi consiste votre présence au cœur de la cité ?
Avant toute action sociale (aide aux devoirs, sorties, camps, ateliers, jeux dans la rue… ) nous voulons être une présence chrétienne de compassion. Jean Vanier dit que « les gens ont besoin de professionnels mais surtout de gens qui les aiment ». Nous essayons d’être cette présence gratuite et aimante auprès de ceux qui en ont besoin. Et si l’on veut, à travers cette présence, refléter le Christ présent depuis toujours auprès de ceux qui souffrent, il faut être connectés à la source : nous commençons nos journées par un temps de louange, l’adoration et la messe. Nous pouvons donc nous « enfouir » dans la masse sans crainte qu’elle ne nous engloutisse. Car avant cela, nous nous enfouissons dans le Cœur de celui qui est tout Amour, afin, non pas que nous agissions, mais que Lui agisse à travers nous. [...]
Quel regard portez-vous sur l’islam après plusieurs années au contact de musulmans ?
Il y a autant de façons de vivre l’islam qu’il y a de musulmans. Il est donc impossible de faire une généralité ! Ce que je peux dire en tout cas, c’est qu’après ces années, je suis plus que jamais convaincu de l’urgence qu’il y a à développer un « dialogue interreligieux » du terrain, qui ne consiste pas à discuter spiritualité autour de petits fours et makrouts, mais à vivre côte à côte, chrétiens et musulmans, dans la boue du quotidien. Les échanges informels sont les plus riches. Ce sont les cœurs qui dialoguent et non les intelligences. Et pour nous, chrétiens, ce sont autant d’occasions de témoigner de notre foi… et c’est ce qu’attendent de nous les musulmans ! Combien de fois ai-je entendu : « Ah bon, tu pries ? C’est bien, mais je croyais que les chrétiens ne priaient pas ! ». Nous devons être des hommes de foi, de prière et d’action cohérente avec cette foi et cette prière. Alors, le témoignage donné est bien plus puissant que toutes les conférences interreligieuses du monde. Comme Bernadette à Lourdes, nous disons ce que nous avons à dire, mais nous ne sommes pas chargés de le faire croire. Ça, c’est l’affaire du bon Dieu…  et Il gère bien ses affaires ! [...]"

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Au fait qui a créé Dieu?
lui même il est trés fort.
Félicitons ce grand Architecte de notre Cosmos.
Unissons nous mes Frères et Soeurs sans dogme ni fanatisme et notre petit monde sur notre petite planète perdue qui divague dans ce Cosmos immense sera soudain un paradis terrestre.
Enfin on aura ici bas ce que certains nous promettent dans l'au-delà.
Répondre
L
L'église en effet en France par la voix de ses prêtres envoie un message débilitant aux terroristes qui nous méprisent un peu plus à chaque idiotie lancée!
J'ai eu une petite discussion animée avec un prêtre de ma paroisse lors d'une confession (je n'irai plus jamais à lui) qui m'a dit : "il faut que vous alliez vers eux le coeur et les mains ouvertes"! Rien de tel pour attiser le mépris et la haine des mahométhans. Il faut les recadrer, mais pas que nous, nous nous recadrons sur eux!
Répondre