Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

La pseudo « affaire raciste » qui assaille la Guadeloupe ( Suite ). Les avocats pieds nickelés attaquent.

J'enquêtais à nouveau, hier soir, sur la « pseudo affaire de racisme en Guadeloupe » que certains esprits troublés tentent d'imposer au grand public - à grand renfort de déclarations incendiaires, avec les complicités habituelles dans le monde médiatique, où des rats vecteurs de peste ont leurs affidés, - et même sur le site du serveur Orange.

Il s'avère que la version de « l'affaire » que j'ai donnée dans l'article tout récent intitulé : « Un incident raciste en Guadeloupe? », est très proche de la réalité, bien plus crédible que la version du jeune avocat Harry Nirelep. ( Je dis « jeune avocat » parce que j'ai appris que Nirelep ne serait avocat que depuis deux ans, ayant travaillé auparavant .....ailleurs ).

Sur la version des faits par le Scrutateur, on voudra donc bien se reporter à l'article en question.

Ce matin donc, lundi 23 mars, je me bornerai à quelques précisions utiles, mais qui n'ajoutent rien de fondamental à « l'affaire », et à quelques commentaires sur une video diffusée sur Youtube, où Nirelep et deux comparses de ce dernier, en rajoutent sur « l'horreur » symbolisée par le tout jeune Nicolas Chaulet cible de ces subversifs dérangés du ciboulot.

D'abord, notons le en passant, le magistrat chargé d'auditionner N. Chaulet, pendant sa garde à vue, l'a remis en liberté. Certes! Il sera, suite aux plaintes portées contre lui, envoyé devant un tribunal correctionnel, comme pour n'importe quel délit réel ou supposé. Mais il n'est pas mis en examen.

Ceci en dit long sur ce que semblent penser, après enquête, les autorités judiciaires sur le flot des insultes et affirmations manifestement fabriquées, par les truqueurs professionnels qui argumentent en cette affaire.

Passons rapidement sur ce que j'ai déjà, dans mon premier article, souligné, à savoir la présentation de la « victime », M. Augustin, comme d'un bon jeune homme, très sage, un Eliacin, « vêtu de probité candide et de lin blanc », par un sauvage béké, et ceci sans qu'il nous en soit donné de raison valable, comme ça, gratuitement, par un jeune homme, qui du fait de sa race est, en quelque sorte « wacis » par nature.

Le manichéisme est une des marques distinctives des subversifs de tout poil à travers le monde.

 

Venons-en à la video de Youtube.

 

Ici, je dois dire mon admiration pour l'organisation de ces messieurs de l'extrême gauche, en Guadeloupe comme ailleurs. Certes ces lascars ont beau se présenter à toutes les élections possibles et imaginables, ils sont toujours repoussés par leurs peuples. C'est la raison peut-être de cette aigreur, qui semble leur être consubstantielle, et qui est le fameux « ressentiment » source des pires aberrations, tant sur le plan individuel que collectif.

Mais faute d'avoir le sens pratique au niveau de la gestion des Cités, et surtout l'équilibre psychologique qui pourrait les rendre utiles et profitables aux gens qu'ils prétendent servir, ils persévèrent dans leurs aberrations et luttent, avec une énergie désespérée, pour perfectionner leurs capacités de subversion. Et là il faut le reconnaître, leurs résultats sont tangibles.

Ce sont des empoisonneurs d'opinion publique. Un spécialiste de la propagande et de l'action subversive, S. Tchakhotine dans un livre célèbre avait parlé des risques de cet empoisonnement particulier : «  L'empoisonnement est un crime qui est châtié par les lois de la collectivité humaine. Il est temps de comprendre qu'il peut y avoir des situations où les grandes masses, dont le vote détermine tout dans un Etat démocratique, peuvent succomber à un véritable empoisonnement psychique, au sens le plus réel » - ( Tchakhotine, Oeuvre citée, p. 296 ).

Toute société a dans son histoire des souvenirs de faits plus ou moins douloureux. Pour nous aux Antilles, c'est l'esclavage. Cela va faire bientôt deux siècles qu'il a été aboli. Nos sociétés ont profondément changé, en bien. Il ne faut pas oublier, - pas plus qu'ailleurs on ne doit oublier les terribles guerres de religion - et bien d'autres évènements dont il eut mieux valu qu'ils ne se fussent jamais produits, mais qui ont été, qu'on ne peut biffer, avec lesquels il faut « faire » comme on dit. Et il faut chercher à dominer ces passions morbides, à s'en libérer

Tous! sur le plan individuel, comme sur le plan collectif nous avons à gérer de tels souvenirs douloureux ( il y en a aussi, heureusement de bons et pacifiants ).

De l'esclavage, les noirs, et les blancs ( eux aussi ) doivent, s'ils aiment la santé, plutôt que la maladie, assimiler cette pensée du philosophe : « tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort ».

Mais nos gaucho-racistes ne l'entendent pas de cette oreille. Travaillés par leur petites névroses intimes, que - par un mécanisme projectif bien connu ils attribuent aux autres, - faute d'être heureux ils tâchent de brouiller le bonheur des autres. Dans le beau court bouillon, que vous vous apprêtez à déguster, ils prétendent avoir vu, cracher un « mal élivé » ( béké de préférence !!! ). L'appétit et la joie s'envolent à tire d'ailes, sauf pour eux. ILS SONT HEUREUX!

Pas pour longtemps, hélas! Le tracassin les bouffe de l'intérieur.

Observez bien les « acteurs »de la video Youtube.

La haine, le ressentiment les habitent. Les Guadeloupéens, qui les connaissent, le savent bien.

D'abord écoutez leurs voix, celle de Nirelep, mais plus encore celle de la Rose des prétoires, comme, me dit-on, on la surnomme dans les milieux de sa profession. Voix pointue, et affectée, de super parisienne (ou parisien ). C'est pas l'accent « natif/natal » ça!

Ecoutez le ton mielleux, par lequel on exprime, en même temps,  des faits biaisés, truqués, voire inventés, évoqués pour nuire. Le contraste est saisissant.

Tantôt Evita parle, en savante ( of course ) du mal dont la Guadeloupe doit se guérir, un mal d'une certaine couleur. Son visage exprime la bienveillance d'une Catherine de Médicis, dans La Dame de Monsorreau, à l'égard de celui dont elle vient de décider l'assassinat par l'un de ses spadassins. Tout occupée de soutenir son jeu, le visage est en accord avec le reste, ces petites mains de patricienne qui s'agitent aux bout de bras, qui dénotent l'habitude de la cuisine bourgeoise. Mais quand, Harry prend le relai de la parole, le visage de la rosse ( des prétoires ), a du mal à tenir la ligne voulue. Maintenant la rose qui tout à l'heure était déclose, se décompose, et passe par toute les teintes. C'est que dans le silence, le face à face intérieur s'impose, qu'il faut gérer les passions intimes, et là, la difficulté est extrême.

C'est difficile!

Ecoutez! Ecoutez bien, lecteurs, dans le discours de la dame, il y a quelques chose d'effrayant.
Le jeune enseignant qui, dès hier matin, vers 10 heures m'a communiqué le lien dont vous allez bénéficier l'avait accompagné d'un bref commentaire, qui montre qu'il a l'oeil perçant, et l'esprit vif : « Face à cette vidéo je reste dubitatif par rapport à la théâtralisation de cet incident par ces avocats . Il y a une forme assez implicite de "noirisme" dans les propos des avocats plus particulièrement dans ceux de madame Evita Chevry : " il faut qu'on déconstruise les Guadeloupéens pour les reconstruire" J'aurais bien aimé savoir de quels Guadeloupéens parle-t-elle?  . Par ailleurs j'aurais bien aimé avoir plus d'explications  quand Madame Chevry parle  à plusieurs reprises de " ce groupe" 

J'attends de voir ce que la justice apportera comme éclaircissement sur cette  affaire et aussi l'analyse du Scrutateur

A tantôt »


Ce qui m'a frappé, comme mon ami le jeune enseignant, c'est cette phrase d'Evita Chevry, que vous écouterez vous-même, et qui est effrayante : « Il faut qu'on déconstruise les Guadeloupéens, pour les reconstruire ».

En d'autres termes, il y a une vraie guadeloupanéité, incarnée en moi Chevry. Vos personnalités sont pathologiques. Je vais vous déconstruire, pour vous transformer en MOI.

Ce rêve a toujours été celui des pires dictateurs, Hitler, Staline, Mao, Pol Pot, Mugabe, etc. Leur programme est le totalitarisme le plus complet et le plus féroce.

Guadeloupéens ( et Martiniquais aussi, car vous, également vous avez vos roses de prétoire, au féminin comme au masculin ) Prenez garde!

 

Ces malheureux relèvent de la psychiatrie. Mais, certaines évolutions de la société les placent à des postes parfois très élevés, bien plus éminents que ceux de nos trois dictateurs de l'avocaillerie gwadloupéyenne.

Restons vigilants, veyatifs.

 

Le Scrutateur.

 

( I ) Lien video : Trois subversifs accusent.

 

https://www.youtube.com/watch?v=ff5wV8toRiE&app=desktop

 

( II ) Le lien suivant renvoie à un dossier du Scrutateur sur l'esclavage, et en particulier à un article de Titiane N'Diaye sur les Traites esclavagistes.

 

 

L'esclavage dans Le Scrutateur : http://www.lescrutateur.com/article-esclavage-histoire-memoire-et-fonds-de-commerce-dossier-scrutateur-112664832.html

 

 

Photographies :

 

1 ) Les pieds nickelés.

 

  1. Evita.

 

3 ) Parfois sincère et justifié. Parfois...pas.

 

4 ) Parfois justifié. Parfois ...pas !

 

5 ) Scène de la "vie" à Paris.

 

6 ) Page de Couverture du livre de Tchakhotine.

La pseudo « affaire raciste » qui assaille la Guadeloupe ( Suite ). Les avocats pieds nickelés attaquent.
La pseudo « affaire raciste » qui assaille la Guadeloupe ( Suite ). Les avocats pieds nickelés attaquent.
La pseudo « affaire raciste » qui assaille la Guadeloupe ( Suite ). Les avocats pieds nickelés attaquent.
La pseudo « affaire raciste » qui assaille la Guadeloupe ( Suite ). Les avocats pieds nickelés attaquent.
La pseudo « affaire raciste » qui assaille la Guadeloupe ( Suite ). Les avocats pieds nickelés attaquent.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

jelani 09/11/2017 17:35

Je ne comprend pas vos contradicteurs. Inutile de discuter. Vous avez votre opinion et rien ne vous fera voir la réalité telle qu'elle est.

valere damoiseau 25/03/2015 16:01

Comme je suis surpris vous qui devriez nous éclairer vous n’êtes qu'insultes on devrait vous croire sur parole vous qui n'étiez pas sur les lieu et pour tout argument vous nous dénoncez l’expression déconstruire de l'avocate.
Et moi je penses que si ce monsieur à eu ses propos ils sont racistes et relève d'un délit que cette pensée mérite d'être déconstruite.
Tout ce qui consisterait à laisser croire que ces agissement serait normal mérite aussi déconstruction. Il n'y a qu'un camp a choisir celui de l'humanité comment vous positionnez vous donc?

Edouard Boulogne 25/03/2015 16:17

Une phrase de votre commentaire rejoint mon propos : " si ce monsieur à eu ses propos ils sont racistes et relève d'un délit que cette pensée mérite d'être déconstruite".Le problème est là : "si ce monsieur;;." Mais les a-t-il tenu ces propos? Or il est dénoncé par des excités, sur tous les médias, avant toute enquête sérieuse ( enquête que j'ai faite, moi ). Alons! ne vous laissez pas manipuler par des faussaires racistes, qui cherchent tous les moyens de faire parler D'eux. Bonne journée, cher compatriote.
LS.

Léon Dupan 25/03/2015 13:45

Comme on voit, l'amour du prochain émane des divinités dont, d'après le vocabulaire élaboré, on peut avoir une vague idée de qui elles sont. Les petites affaires marchent toujours bien, pour les commerçants de la victimisation. La méchanceté et la bêtise ont toujours fait bon ménage. À plus forte raison quand leurs noces ont été célébrées sous le signe de la haine (dirait le poète Césaire dont, soi-dit en passant la personne était des plus érudites, et le français des plus élégants, pas comme les vagabonds qui s'en réclament sans avoir compris un seul mot de sa pensée trop subtile pour eux).

shivakali 25/03/2015 12:10

Oh pauvre petit chou De blanc avec ton francais De France tu te penses erudit----mdr----tu devras lecher Notre Ami aime Cesaire...... See pieds ....tu be Luis arrive pas a LA cheville

Edouard Boulogne 25/03/2015 13:06

Oh! doudou, dis donc, t'es pas chouette. Pourquoi m'demander l'impossible : égaler le Grand Césaire? Alors que je n'suis même pas capable de me hisser au niveau des pieds de sa statue. Mais j'avoue que tu m'embarrasses. J'aimerais bien par souci d'amabilité te dire au revoir avec une de ces jolies formules aimables ( et humaniste ) dont tu as le secret. Par exemple " Oh, ma p'tite choute ma chouchoute adorée dans ton babil de ( ..... )". Mais c'est là que je verdis de jalousie : Ne pas posséder une palette de mots qui me permette par seul souci de Symétrie ( ti vois ? ) par exemple "Ma petite chouchoute de..... ( censuré ). Oui censuré. Ti vois, moi je signe mes oeuvres, et la gestapo veille. Tandis que toi ma......( .... ). Ti vois, ma petite conasse, les tiens et toi, les plus racistes de racistes, ( confits dans leur vinaigre ) ne réussiront pas à réaliser leur obsession. Les peuples Guada et Madinina savent qui vous êtes. Alors Ti konpwan, ma grosse chouchoute, y zon pas envie de vomir?

jean 24/03/2015 15:51

Fermer vos geul le pos de peinture c vous !!!! Et tu te le fou dans cul , dapres vous les mechants dans lhistoire c les blanc !!!! C totalement faux !!!! Tout le monde est pareille de tout fassont .

Edouard Boulogne 24/03/2015 17:37

Je souris. Mais il faut rester calme.

Loulou Ouhaitu 23/03/2015 19:54

Vous n'auriez pas un pot de peinture ? Après avoir regardé la vidéo à laquelle vous faites allusion sur YouTube, je suis terrifié en constatant que je suis blanc, ce qui me paraît - à écouter la promotrice de la reconstruction raciale - être un crime, du moins dans le regard de l'autre, qui - loin de me néantiser - me transforme en infect bourreau, d'autant que les blancs sont les seuls méchants de toute l'histoire de l'humanité. Je ne dis pas que j'ai découvert de cque c'était que la haine, dans cette vidéo, mais je ne pensais pas que des consciences humaines pussent en faire une énergie aussi motrice, et surtout aussi manipulatrice : le ton doucereux de l'avocat qui parle en premier (et sur le ton de l'agneau de la fable) pour raconter l'horreur vécue par monsieur Augustin (on comprend mieux la lettre de Joelle Ursull puisqu'on nous en a expliqué le bien-fondé), quant à madame la rééducatrice de pensée, on s'aperçoit à quel pointla haine donne des ailes pour dire n'importe quoi, et surtout pour interdire de dire n'importe quoi comme,par exemple que les Africains pussent avoir un rapport quelconque avec la capture, la vente et la livraison de leurs frères de couleur lors de la traite négrière. Bref ! je cherche un pot de peinture pour couvrir ma honte d'être blanc et d'être dans le regard des péyi-a-cé-ta-nou-ce-pa-ta-yo un sous produit de l'espèce humaine, un vulgaire réceptacle à haine... Pour leur complaire, il faudrait que l'on s'offusquât de ce que l'on pût s'offusquer de leurs propos délirants, eh bien j em'en offusque : un ppot de peinture, s'il vous plaît. Et vite...