Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Cet article, publié par le site «  La gauche m'a tuer », est intéressant. Il montre l'impudence de la gauche au pouvoir, et son absence totale de scrupules,. Son mépris aussi pour les Français, qui, il faut l'avouer, s'ils devaient voter encore pour Hollande, mériteraient bien ce mépris.

Mais l'article, émane très visiblement d'une officine UMP. Et là on est bien obligé de constater, que cette droite se prépare à être coresponsable d'une éventuelle réélection de Hollande en 2017, si elle persiste dans son hostilité a priori au Front National, pour des raisons que la « raison politique » répudie.

Pourquoi ne pas admettre que des électeurs de droite, au cas d'un deuxième tour ( en 2017 ) qui opposerait le sortant à Marine Le Pen, puissent se reporter sur la présidente du Front National?

Marine Le Pen n'est pas "fasciste", et son programme sur de nombreux points est déjà admis par plus de 30% de l'électorat comme positif et devant nécessairement être appliqué pour redresser la France. . Sans compter tous les électeurs des partis de la droite classique, et même des électeurs de la gauche qui n'ont pas encore répondu positivement aux questions des sondages, mais qui n'en pensent pas moins, et se réservent pour la suite.

Le programme économique du FN est certes plus contestables que ses autres propositions. Mais enfin, Marine Le Pen est une femme politique, elle souhaite accéder aux responsabilités, et elle a montré qu'elle savait raisonner et compter. Elle sait très bien que pour arriver à ses fins, elle a absolument besoin de recevoir, dans un deuxième tour éventuel, l'apport des voix de la droite traditionnelle. Pour cela il faut faire des concessions, pour aboutir comme cela se fait dans d'autres pays ( en Allemagne par exemple ) à des gouvernements de coalition. Si la candidate préférait la politique du 'tout ou rien" qui est le contraire de la vraie politique, elle porterait elle aussi la responsabilité du désastre national.

Et mon raisonnement vaut exactement pour la droite dite « modérée ». En admettent que Sarkozy soit son candidat, il n'a aucune chance dans un deuxième tour sans alliance avec le Front National. Il faut renoncer à « débaucher » les voix se portant sur le FN comme en 2007. L'expérience pour ces électeurs là, a été tentée, et n'a pas été concluante à leurs yeux. Pour qu'un homme de droite classique ait une chance d'être élu, il faut qu'il cesse, d'être prisonnier du piège de la gauche, inventé par Mitterrand, et qui présente le FN comme un parti « fasciste », ce qui est aussi sincère que l'ineptie qui présentait sous la quatrième République, le général de Gaulle comme « fasciste ».

Telles sont les limites de l'article ci-dessous que je propose à votre réflexion. Il est très lucide sur la malfaisance du pouvoir socialiste. En revanche il se leurre totalement en s'imaginant qu'une alternance sera possible sans alliance avec un parti comme le FN, qui n'a plus rien d'un groupuscule.

Je dis à ces messieurs de l'UMP, qu'ils se trompent du tout au tout en s'imaginant que la politique du « Front Républicain » ( qui est une invention de gauche ) sera acceptée par une majorité de leurs électeurs. Ceux-ci préféreront voter M. Le Pen, au deuxième tour, plutôt qu'un Hollande soutenu par...l'UMP. Mais cela ne serait pas suffisant pour porter le FN au pouvoir.

Ces messieurs de la droite classique, doivent bien se pénétrer de cette idée : ils n'ont de chance de gagner qu'en adoptant la politique du « pas d'ennemis » à droite. Est-ce que Hollande, dénigré, méprisé par un Mélenchon, une Dufflot, récuse d'avance leur concours au cas d'une candidature en 2017 ?

Alors pourquoi récuser d'avance les 30% des Français qui votent FN ? Au nom de la démocratie.?

Allons, messieurs, comme disait Talleyrand, sur le Champ de mars, le 14 juillet 1790 : « ne me faites pas rire »!

 


Edgar Bay.

PS : L'article ci-dessus, n'accorde aucune chance d'arriver au second tour à un candidat qui se serait rallié à la ligne d'Alain Juppé, de NKM, ou de l'éternel revenant François Bayrou.

 

 

La France s’enfonce mais à l’Elysée on prépare 2017

 

http://lagauchematuer.fr/2015/03/13/la-france-senfonce-mais-a-lelysee-on-prepare-2017/

 

Le mépris de François Hollande pour les Français est abyssal !

  • La France s’enfonce dans le chômage de masse,

  • La France est sous surveillance de Bruxelles avant d’y passer sous tutelle,

  • La France s’inquiète de sa perte d’identité et du risque de grand remplacement,

  • Les électeurs de droite se sentent méprisés,

  • Les électeurs de gauche se sentent cocus,

  • La menace terroriste plane au-dessus des Français …

Mais à l’Elysée, c’est l’euphorie ! L’euro baisse, le prix du pétrole baisse, les taux d’intérêt baissent et on se dit que c’est gagné. Grâce à ces causes exclusivement extérieures à la France, une petite reprise, renforcée par une nouvelle giclée d’emplois aidés, sera mécaniquement au rendez-vous en 2016, année pré-électorale.

Le discours de François Hollande qui accompagnera cette pseudo-embellie est déjà prêt :

« Français, je vous ai demandé beaucoup d’efforts, mais, envers et contre tous,  j’avais raison, la courbe du chômage s’est bien inversée ! Vous allez maintenant recueillir les fruits de vos efforts. Sous-entendu : au cours de mon second quinquennat ! »

La presse, toujours prête à soutenir le candidat de gauche, plutôt que n’importe qui d’autre, se fera l’écho de cette inversion du chômage. Rappelez-vous l’énergie qu’elle avait mise dans le lynchage médiatique de Nicolas Sarkozy. Ce n’est rien à côté de l’hystérie dont elle fera preuve si l’adversaire principal de François Hollande est Marine Le Pen !

D’ailleurs que voit-on à l’Elysée ? De quelle grande réforme structurelle parle-t-on ? D’aucune ! On ne parle que tactique électorale ! Alors, François Hollande, qui n’a jamais pu endosser le costume de président, à la place du costume de premier secrétaire du PS qui s’est incrusté à vie dans ses chairs, fait la seule chose qu’il sait faire : de la cuisine électorale !

Alors, il reçoit les frondeurs à l’Elysée – reniant frontalement le premier point de son anaphore de 2012 : « Moi président, je ne recevrai pas les parlementaires de la majorité à l’Elysée ». On murmure qu’il projette de faire rentrer au gouvernement quelques verts dont certains l’avaient quitté avec fracas il y a à peine quelques mois. Et dans le même temps, il donne une interview à Challenges dans laquelle il affirme que la ligne politique et le premier ministre ne changeront pas après les départementales !

A quoi sert de remanier un gouvernement si c’est pour faire exactement la même politique ?

Si ce n’est pour de la vulgaire cuisine électorale …

Une stratégie pour 2017 fourbe et dangereuse

L’Elysée est entièrement mobilisé pour préparer le seul scénario propre à faire gagner son « champion » au second tour de l’élection présidentielle de 2017 : qu’il se retrouve face à Marine Le Pen.

L’Elysée rêve d’un scénario type Avril 2002 à l’envers dans lequel le candidat de la droite modérée serait éliminée dès le premier tour. Il y a plusieurs scénarios crédibles qui aboutiraient à cette situation :

  • La reprise est suffisamment forte en 2016 pour abuser une nouvelle fois les Français,

  • L’UMP éclate avant les primaires et deux candidats de l’UMP se neutralisent au premier tour,

  • Des primaires dévastatrices au sein de l’UMP laissent le vainqueur exsangue et affaibli,

  • L’UMP et l’UDI ne parviennent pas à s’entendre et présentent chacun un candidat.

Imaginons le pire, c’est à dire le choix pour les Français, au second tour, entre François Hollande et Marine Le Pen. Pour les électeurs de l’UMP, c’est un choix entre la peste et le choléra !

  • Comment faire réélire un président qui les a méprisés, humiliés, qui a bafoué leurs valeurs les plus profondes avec la loi Taubira ?

  • Comment faire réélire un président qui a mis l’économie française au tapis ?

  • Comment élire un président qui a laissé Taubira amplifier et généraliser le laxisme au sein de la Justice ?

Mais dans le même temps :

  • Comment amener au pouvoir une extrême droite sans expérience et qui sera incapable de trouver une majorité parlementaire pour appliquer son programme ?

  • Comment élire Marine Le Pen dont le programme ressemble de plus en plus à celui de Jean-Luc Mélenchon (retraite à 60 ans, augmentation du SMIC, etc …) ?

  • Comment risquer l’aventure de la sortie de l’euro ?

Dans le Doubs, près de 50 % des électeurs UMP du premier tour ont voté pour le Front national au second. 25 % se sont réfugiés dans l’abstention et seulement un quart a voté pour le candidat socialiste !

On ne peut vraisemblablement pas appliquer ces chiffres à une élection présidentielle aux enjeux bien plus grands qu’une élection législative partielle. Mais, on peut imaginer que le recours à l’abstention et sans doute, surtout, au vote blanc, sera choisi par beaucoup d’électeurs de droite.

Dans ces conditions, l’élection de 2017 ne peut aboutir qu’à deux situations périlleuses :

Soit la victoire de Marine Le Pen et le danger de la désobéissance civique du peuple de gauche avec un blocage prévisible des institutions.

Soit celle de François Hollande qui se verrait paré de plusieurs handicaps :

  • Ce serait la seconde fois qu’il serait élu par défaut, par simple rejet de son adversaire, avec la perte d’autorité qui en résulterait,

  • Il serait élu probablement avec une faible avance sur son adversaire mais qui plus est, avec une énorme abstention qui lui ferait perdre le peu de légitimité qui lui restait. Ce serait la porte ouverte à tous les corporatismes !

Dans les deux cas, la France court de grands dangers : un danger de blocage des institutions, un danger de perte d’autorité de l’exécutif, voire même un danger de guerre civile.

Supposez que l’on comptabilise les votes blancs et imaginez le résultat du vote suivant :

image: http://lagauchematuer.fr/wp-content/uploads/2015/03/vote-hollande-le-pen1.jpg

vote-hollande-le-pen1

Si l’on ajoute les 20 % d’abstention traditionnels, Hollande serait élu avec une représentativité de …seulement 24 % , soit moins d’un quart des Français !!!

En menant cette dangereuse stratégie, François Hollande porte une grave responsabilité devant l’histoire. Avec le seul objectif égocentrique d’être réélu une seconde fois – ce qui serait son triomphe suprême sur Nicolas Sarkozy –  il peut priver la France de l’alternance normale prévue par les institutions et l’entrainer dans une aventure à l’issue incertaine.

Une seule solution pour éviter cela : que la droite se réveille et présente un projet « de droite » capable de faire revenir dans son giron, ses électeurs précédemment déçus par ses tiédeurs et son manque de courage …


En savoir plus sur http://lagauchematuer.fr/2015/03/13/la-france-senfonce-mais-a-lelysee-on-prepare-2017/#asuJ8cqr6WlQqUmV.99

 


 

 

En 2017 Hollande croit pouvoir gagner.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pierre 17/03/2015 18:56

Ni Hollande ni Lepen! aussi incompétent l'un que l'autre! Mais...que faites vous du 3éme dans le genre? le petit sarkosy?! celui qui qui rêvais qu'il n'y aurait plus un SDF dans les rues de Paris? Ne me dîtes pas que vous l'avez oublié celui là tant il était remarquable?!!

Livia 14/03/2015 18:45

C'est exactement ce que je compte faire! Vote blanc!
Ni hollande ni Lepen!
Aussi incompétent l'un que l'autre!

Antoine de Panou 14/03/2015 15:59

Hollande gagnera en 2017, il en fait le pari et moi aussi. Non seulement le RPR - c'est-à-dire la conception chiraquienne du gaullisme, même si elle se fait appeler UMP - a tué la droite après que Giscard l'eût empoisonné avec le concours actif de Chirac entre 1974 et 1976 avant que Marie-France Garaud et Pierre Juillet ne lui suggérassent de démissionner de Matignon - non seulement le RPR est d'une pathologique et affligeante inadéquation dans TOUS les domaines, mais toute la communication s'emploie à brouiller les cartes de telle sorte que seul le fossoyeur Hollande et ses colonnes infernales soient perçues comme porteuses de rédemption. Ajouter à cela les nombreuses émissions de fumée émises à droite et à gauche, et la réélection de Hollande s'imposera de manière ménacine. Toute la communication enragée du Premier ministre vise d'ailleurs les têtes du Parti socialiste - et personne d'autre - pour leur montrer qu'ils sont à la pote du cimetière et qu'en dehors de l'unité derrière Hollande il n'y aura plus de mangeoire tout en leur montrant que plus on tien l'UMP pour négligeable, plus celle-ci se désagrège car la stupidité qui préside à ses choix tactiques (et l'absence de la moindre conviction politique) les a écartés du débat depuis longtemps. Ils auraient peut-être eu une chance, compte tenu de l'impopularité d Hollande, mais ils sont si bêtes que même cette chance-là ils sont incapables de la saisir et puisque le système les alimente tous financièrement en même temps qu'il leur donne une occasion de se faire remarquer,ils ne sont pas si mécontents de leur sort.