Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Débondage politicien ( ou quand on aspire au poste de Pou de bois en chef ).

Voici que Victorin Lurel, président de la région Guadeloupe publie un communiqué contre le jeune Nicolas Chaulet, digne de la prose nauséabonde d'Harry Nirelep, et des péroraisons de madame Evita Chevry.

Ceci au nom, évidemment de la morale, et de « l'antiracisme ».

Je publie ce communiqué.

Je voudrais rappeler toutefois que nous sommes en campagne électorale. Que M. Philippe Chaulet, ancien maire de Bouillante, conseiller général, et ancien député de la Guadeloupe, est engagé dans un camp adverse de celui de M. Lurel à l'occasion des élections départementales en cours. Que l'un des binomes engagés dans cette lutte électorale, M.Abelli, ami politique de M. Chaulet, qui le soutient, s'est engagé à l'occasion du deuxième tour en faveur d'un autre binome dont la personnalité dominante est l'ancien maire du Baillif. Ce soutien déplait à M. Lurel, qui, d'un air pénétré à vitupéré, hier sur une chaine de télévision, contre cette insolence à son égard. «  Je saurais m'en souvenir » a-t-il proféré.

Ne serait-ce pas cette insolence faite à un si grand homme qui vaut, au neveu de Philippe Chaulet, ce coup de poignard dans le dos, et cette permission du lynchage en cours.

Je voudrais toutefois avant de conclure cette brève présentation d'un communiqué sanglant, rappeler que ce que l'on appelle pompeusement « l'affaire Nicolas Chaulet »n'est, après tout, qu'une rixe, comme il s'en produit quotidiennement, et le plus souvent de bien plus graves.

Qu'en admettant même que Nicolas Chaulet ait proféré les insultes qu'on lui reproche, en réponse à d'autres insultes qu'on tente d'occulter, , il ne s'agit que d'une affaire somme toute banale.

Que des professionnels de l'embrouille se soient engouffrés dans une faille, si mince soit-elle pour en tirer profit politiquement, on peut à la limite le concevoir ( surtout quand les appétits sont inversement proportionnels à la consistance en neurones des cerveaux en question ). Mais il est stupéfiant qu'un Président de région, une personnalité aussi importante politiquement ( à l'échelle de notre île ) emboite le pas à la canaille politicienne, est révélateur de la déliquescence actuelle de la classe politique.

L'opportunisme de M. Lurel ne lui ralliera pas pas une voix parmi ceux qui veulent sa mort politique.

En revanche, je connais beaucoup de gens qui lui passaient, jusqu'à maintenant ses petits défauts, et sa monumentale fatuité, qui iront à la pèche, ou à la chasse dimanche prochain.

 

Le Scrutateur.

            

Direction de la Communication

 

Communiqué de presse

LUTTE CONTRE LE RACISME

Le président de Région condamne les propos racistes qu’aurait tenus un concitoyen Guadeloupéen à l’égard d’un autre Guadeloupéen à Rivière-Sens

 

Basse-Terre, le 27 mars 2015Le président de la Région Guadeloupe, Victorin LUREL, a pris connaissance des propos racistes d’une rare violence qu’aurait tenus le 19 mars dernier, dans un restaurant de Rivière-Sens, un individu à l’encontre d’un autre Guadeloupéen et tient par la présente à les condamner fermement.

 

L’exécutif régional apprend en outre qu’une plainte en justice a d’ores et déjà été déposée, et que plusieurs témoignages semblent attester de la véracité de tels propos. Victorin LUREL se dit affligé par de telles déclarations, éminemment racistes, « aux relents passéistes et esclavagistes que nous pensions définitivement révolus. Quelles que soient les circonstances et le contentieux éventuel entre ces deux concitoyens, rien, absolument rien, ne pourrait justifier de tels propos ! »

 

Le Président de Région tient à rappeler que la société guadeloupéenne, de par son incommensurable singularité historique, est aujourd’hui multiculturelle et multiethnique, et que cela constitue indéniablement la richesse et la force de nos sociétés insulaires. « Que nous soyons békés, zindiens, nègs, mulâtres, syro-libanais, asiatiques, ou que sais-je encore, c’est avant tout notre humanité et notre volonté communes de vivre-ensemble qui nous définissent autant comme Guadeloupéens que comme citoyens du Tout-monde. »

 

Au travers de cet événement consternant, Victorin LUREL demeure plus que jamais convaincu de l’importance de l’enseignement et de la recherche en Histoire sur la traite négrière, et de l’édification de lieux symboliques de mémoire tels que le Mémorial ACTe.

 

Le Président de Région sera très attentif aux suites que réservera la justice à cette affaire sachant qu’une plainte est déposée pour ces propos racistes dont se serait rendu coupable l’individu en question.

 

 

LA DIRECTION DE LA COMMUNICATION

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article