Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Récemment j'écrivais, ici, que l'édification d'un mémorial de l'esclavage pouvait être comprise, surtout à une époque où la mode, dictée par les gros manipulateurs de l'actuelle mondialisation poussent, paradoxalement ( en apparence ) au multiculturalisme, lourd de sinistres menaces pour l'avenir pacifique des grandes nations.

Mémorial des anciens déportés d'Afrique (par des tyrans africains ) au profit des maîtres de l'économie d'alors, Mémorial des travailleurs indiens qui à partir des années 1850 affluèrent sur nos îles, Mémorial de l'arrivée des premiers colons blancs européens, qui connurent les affres de l'époque des fondations et des terrassements.

Mais le Mémorial, sur lequel je publiais, ce matin, dépasse, semble-t-il les objectifs légitimes de la reconnaissance des efforts et des souffrances de chacun dans l'histoire de la Guadeloupe.

Je ne m'y attarderai pas davantage pour l'instant, renvoyant au dit article, qui déplore la folie des grandeurs qui l'inspire un certain nombre de délirants chroniques, ainsi qu'à la pathologie qui, me semble-t-il sous-tend l’édification de nouvelle Tour de Babel.

Ce fut le sentiment de M. Frédéric Mitterrand lors d'un voyage dans nos régions en 2010.

Frédéric Mitterrand garda ses pensées pour lui.

Les Guadeloupéens que nous sommes ont choisi de parler. Par la voix du Scrutateur, la voix des sans voix, quand trop de gens se réfugient dans un silence, qui n'est pas toujours grand.

 

Le Scrutateur.

 

 

Extrait de l'ouvrage de Frédéric MITTERAND La récréation" page 207

La Récréation

qui sont là. C'est bien parce que c'est vous. Moi, je les vois autrement, en petit comité, n'hésitez pas à revenir ! »

Vendredi 25 juin 2010

On survole la Dominique, comme une montagne escarpée, couverte de forêts, arrachée à la mer; c'est la seule île des Antilles où subsistent des Indiens Caraïbes.

La Guadeloupe a la réputation d'être beaucoup plus dure que la Martinique, héritage d'une histoire hyperviolente ; guerres franco-anglaises incessantes, Victor Hugues envoyé par la Révolution et guillotineur de masse des békés, révoltes des esclaves noyées dans le sang, répression féroce des manifestations de 1967 faisant une centaine de morts, agitations communistes et indépendantistes, omnipuissance syndicale et le leader Domota en loup-garou, grève générale de 2009. mémoire obsessionnelle de l'esclavage, séismes, cyclones... Période de bonace ou parcours bien balisé, je ne vois que des gens aimables et des sites enchanteurs,

Pointe-à-Pitre nettement mieux entretenue que Fort-de-France. Jacques Bangou, le maire, préserve le vieux centre colonial, mais le musée Saint-John-Perse est fermé depuis des lustres. Je n'avais jamais entendu parler d'Ali Tur, qui a reconstruit les bâtiments administratifs en béton après le cyclone des années trente. On ferait bien de s'intéresser à lui, ce qu'il a construit est superbe. Bouffée de nostalgie devant le cinéma La Renaissance abandonné et qui vaudrait vraiment la peine d'être restauré. Je suis comme François, qui ne pouvait découvrir une ville sans rêver d'en devenir l'architecte.

Projet d'un énorme monument sur l'histoire de l'esclavage, le Mémorial Act, nom bizarre qui lorgne sur d'éventuels visiteurs américains. Jeunes architectes enthousiastes, auditoire ardent, élus très pressants, budget faramineux. On nage en plein délire quand on voit tout ce qui reste à réparer. Je garde mes pensées pour moi.

Simone Schwartz-Bart : «C'est sur cette table que nous travaillions avec André. On ne dira jamais assez à quel point on a pu le faire souffrir. Vous comprenez pourquoi il faut m'aider à garder cette maison,

 

MEMORIAL ACT e : Quand Frédéric Mitterrand avait choisi de se taire !
MEMORIAL ACT e : Quand Frédéric Mitterrand avait choisi de se taire !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Loulou Ouhaitu 27/02/2015 19:29

Là où le silence est grand, les slogans sont très "loko" (si vous voyez ce que je veux dire, à propos des gesticulations prétentieuses et faussement éclairées de nos ababas en chef qui, à la place de la pensée, ont un vieux radotage qui leur permet de s'abriter derrière leurs vieux démons pour éviter d'être à même d'être considérés comme ce qu'ils sont.) Eslavaj et eskivaj, cé même bitin là sa.