Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Je ne saurais trop recommander la lecture de Jean de La Bruyère dans son livre justement célèbre ( ou qui le fut en des temps plus cléments que le nôtre pour l'élévation de l'esprit ) des Caractères. J'y trouve cette analyse de la modestie, qui m'a paru pertinente, a provoqué en moi certaines associations que certains trouveront peut-être méchantes, et qui ne sont que taquines. J'ai d'abord pensé à (….), pour illustrer cette esquisse psychologique et morale. Mais, par générosité, pour ne chagriner personne ( le « modeste » plutôt que d'être négligé, et chuter ainsi dans les ténèbres de l'indifférence, préfère encore être moqué et tourneboulé ) je lui ai adjoint une autre, et analogue image, puis une troisième où, côte à côte il semblent rivaliser dans l'exercice, ce qui peut sembler paradoxal pour des modestes, mais que La Rouchefoucauld peut expliquer quand il écrit que «  la modestie est un désir d'être loué deux fois ». Lecteurs, croyez moi, lisez La Bruyère, et Blaise Pascal, et le duc de La Rochefoucauld, et Chamfort. Ils font partie de ces maîtres français de l'analyse morale et psychologique, dont Nietzsche disait qu'ils ont manqué à l'esprit allemand, pour le dégrossir.

 

Le Scrutateur.

 

 

« La modestie n’est point, ou est confondue avec une chose toute différente de soi, si on la prend pour un sentiment intérieur qui avilit l’homme à ses propres yeux, et qui est une vertu surnaturelle qu’on appelle humilité. L’homme,de sa nature, pense hautement et superbement de lui-même, et ne pense ainsi que de lui-même : la modestie ne tend qu’à faire que personne n’en souffre ;elle est une vertu du dehors, qui règle ses yeux, sa démarche, ses paroles, son ton de voix, et qui le fait agir extérieurement avec les autres comme s’il  n’était pas vrai qu’il les compte pour rien ».

 

Jean de La Bruyère. ( Les Caractères : 68 ( IV ).

 

 

Choix de photographies :

 

1 ) Portrait de modeste pris au hasard.

 

2 ) Portrait en pied d'un autre modeste, retenu pour empêcher la modestie du premier de virer à l'orgueil.

 

3 ) Modeste en proie à la tentation de l'orgueil. ( « Tèbè la ça pa savé sa y ka di »! ).

 

4 ) Autre modeste en proie à la même tentation. ( « couté couillon la! Tchiiip! »)

 

5 ( Réconciliation provisoire devant une belle madininaise ! « Aahhh! De l'esprit ma « soeur »! Voir Molière dans Les femmes savantes, la célèbre Dispute entre Vadius et Trissotin.

 

6 ) Modeste n° II, dans ses oeuvres.

 

7 ) Vieille édition scolaire des Caractères.

Page d'écriture : La modestie.
Page d'écriture : La modestie.
Page d'écriture : La modestie.
Page d'écriture : La modestie.
Page d'écriture : La modestie.
Page d'écriture : La modestie.
Page d'écriture : La modestie.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Xam 25/01/2015 14:56

Cher Scrutateur,
Comme d'habitude le prof de philo et le remarquable Homme d'Humour, a su rappeler que les hasards font bien les choses pour décrire ceux qui se veulent des "lumières et des phares" pour leurs "ténébreux compatriotes" qui comme beaucoup -dont moi- refusent de leur reconnaitre ni à l'un ni à l'autre, les qualités qu'ils s'auto attribuent. Des ânes qu'il faut mettre rapidement au piquet.