Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

J'ai suivi hier, sans doute comme vous, en direct l'intervention de Nicolas Sarkozy devant un groupe de pression de jeunes UMP, sympathisants ou militants de la Manif pour tous, dans le cadre de la compétition pour la présidence de ce parti « de droite ». J'avais approuvé la détermination de l'ancien président de la République, à réécrire, voire à abroger la loi dite « loi Taubira »
Approuvé, mais avec réserves.

Mes réserves tiennent d'abord à la capacité de N. Sarkozy à tenir ses promesses. En effet sa révision à Lisbonne du Traité sur l'Europe, pourtant refusé par référendum par plus de 55% de Français, m'a laissé un goût amer, et m'est resté en travers de la gorge, comme pour beaucoup de Français.

Ensuite à son projet d'instituer deux mariages, l'un pour les homosexuels, l'autre pour les autres ( la très large majorité des Français qui veulent se marier ).

Pour moi le mariage est le signe de la volonté de continuité biologique et éducationnelle de deux procréateurs, qui garantit, autant que cela est possible, le climat propre à conduire, dans la durée, l'édification de la personnalité équilibrée des enfants à naître, pour lesquels un homme et une femme qui s'aiment s'engagent d'avance ( avec les efforts, et les sacrifices que cela impose, deux mots qui ne sont pas dans l'air du temps en particulier chez les bobos qui ont milité pour le « mariage pour tous » ) pour une durée de 20 ou 25 ans, pour chaque enfant à naître, et qui, dans le même temps aident les parents à s'épanouir humainement contre les difficultés qui surgissent toujours dans l'accomplissement de soi.

Que cela soit possible, cahin caha ( ce qui est beau est difficile autant que rare, disait Spinoza ), voici ce que les siècles qui nous précèdent prouvent, et, pour moi, l'expérience qui a été la mienne dans le sein de ma propre famille.

Il ne doit donc y avoir qu'UN mariage, hétérosexuel.

Je pense toutefois que N.Sarkozy, en improvisant dans un meeting, s'est livré à une facilité de langage. Et que, probablement, ( il faudrait qu'il s'en explique ) il a voulu dire qu'on ne devait pas ( on peut toujours, mais ce qu'on peut faire, le doit-on ? ) revenir simplement sur un statu quo ante, simplement rétabli.

Il y a, dit-on, ( des statistiques sérieuses, mais aussi l'expérience des psychologues et des confesseurs ) environ trois pour cent d'homosexuels dans une société. En partant de ce chiffre ( probablement inférieur à la réalité ), sur une population de 65 millions d'habitants, cela donne un chiffre de 1.950.000 personnes. Ce n'est pas rien, et mérite d'être pris en considération. Ces quasiment deux millions d'individus, ne sont pas des « tantes », « tantouzes », « pédés », et autres termes ( que je récuse pour leur vulgarité, et leur nuisance, et leur absence totale de charité ). Ce sont des personnes que nous rencontrons tous les jours, sans savoir qu'ils « en sont », que nous cotoyons, qui sont parfois de notre entourage proche, ( de droite à gauche, et peut-être même parmi les militants de la Manif pour tous ) et parmi lesquels on trouverait, sans doute, des personnalités peut-être pas si différentes en ce qui concernent leurs qualités humaines et intellectuelles, que les autres, de la majorité, mais qui sont exposées, outre les difficultés propres à chacun, à des problèmes liés à la particularité de leur appétence pour les gens de leur propre sexe, et au « mépris » traditionnel qu'ils subissent, d'autant plus difficile à assumer qu'il doivent les refouler en eux-mêmes.

Ne pas tenir compte de ce que je suis en train de dire, c'est s'exposer à jeter dans les bras de Pierre Bergé ( je ne fais pas de fixation particulière contre cet individu, que je nomme seulement comme symbole de la supercherie qui se déploie avec impudence contre un régime familial fondé sur le mariage hétérosexuel, la moins mauvaise des institutions qui garantit la continuité sociale équilibrée de nos sociétés ), des centaines de milliers d'hommes et de femmes, heurtés par l'intolérance de leur particularité intime, alors qu'autrement ils se détermineraient, à droite comme à gauche, politiquement et religieusement, comme tout un chacun.

Peut-être ( peut-être ! ? ) Sarkozy pense-t-il à la création d'une institution qui ne serait pas le mariage ( terme utilisé, et mal adapté ) mais qui contribuerait à sortir les gens dont nous parlons du ghetto relatif où ils sont relégués ( je parle des gens ordinaires, pas des maîtres du show-biz, qui plastronnent insolemment ).

L'avenir proche nous dira si je me trompe.

En attendant, contre l'insolence des petits maîtres ( et des Grands Maîtres de ….Chhhut ! ) qui instiguent sur toutes les antennes de France la destruction des institutions sociales les plus éprouvées, il faut se mobiliser, et se battre d'arrache-pied.

Autant que possible avec INTELLIGENCE. Il faut reconnaître que les « ennemis du bien » ne manque pas de savoir faire, et que nous avons, sur le plan tactique et stratégique ( comme dirait un célèbre entraîneur de football ), nous avons à recevoir d'eux plus d'une leçon.

C'est leur investissement des médias, devenu un réel pouvoir, qui explique que les leaders de la droite, à l'exception de quelques chevaliers sans peur et sans reproches » ( ? ), reprennent à leur compte les slogans et les programmes de leurs supposés ennemis.

A voir, ce jour, comment réagissent contre Sarkozy, les Fillon, Juppé, NTM, et Cie, on peut dire, que l'ancien chef de l'Etat a été hier un formidable révélateur de la pourriture de la pseudo droite, verbeuse et menteuse.

Je ne sais pour qui je voterai en 2017. C'est trop tôt. En tout cas je sais pour qui je ne voterai pas.

Adieu Fillon! Adieu Jupette!

 

Edouard Boulogne.

 

Je publie ci-dessous un article de Ouest-France qui m'a été communiqué par un ami. Cet article est un exemple flagrant de la vérité de ce que je viens de dire sur la corruption des médias, et leur pénétration par …..Pierre Bergé ( pénétration financière, évidemment ). Cet article publié en couleur bleue sera entrelardé de courts ( + i - !!! ) commentaires du Scrutateur ( en rouge ).

 

http://www.ouest-france.fr/mariage-pour-tous-sarkozy-cede-la-pression-de-la-droite-reactionnaire-2980154?utm_source=of_newsletter-generale&utm_medium=email&utm_campaign=of_newsletter-generale&utm_content=20141117&vid=044049032032036041059047058038054015050040050061042124034033046

 

Mariage pour tous. Le revirement de Sarkozy critiqué de tous bords

 

Nicolas Sarkozy souhaite l'abrogation de la loi sur le mariage homosexuel. Un revirement critiqué à droite comme à gauche.

Pour une abrogation de la loi Taubira

« Je n'utiliserai pas les familles contre les homosexuels, comme on a utilisé les homosexuels contre les familles. C'est une honte », avait déclaré Nicolas Sarkozy, lors de son intervention télévisée pour annoncer son retour, sans préciser ses intentions. Des propos qui avaient suscité de vives réactions.

Cette fois, l'ancien président de la République s'est exprimé trè clairement pour « l'abrogation » de la loi taubira sur le mariage pour tous, samedi lors du débat organisé par Sens commun, une association née au sein de l'UMP dans le sillage de la Manif pour tous.

« Flatter les réactionnaires » ( Ainsi tous ceux qui s'opposent au MPT, même Lyonnel Jospin, même Sylviane Agasinzski, parmi bien d'autres à gauche seraient des « réactionnaires ». Terme qui n'est pas défini, ce qui est dommage. Et si réagir contre l'intolérable était réactionnaire ? )

En déplacement en Australie, François Hollande a refusé dimanche de « commenter » ce revirement, cantonnant son rival à sa « campagne interne » à l'UMP pour se situer, lui, dans « l'apaisement » et le « consensus ». ( Pas lui, et pas ça. Si Hollande veut le consensus, qu'il éjecte Taubira, ou qu'il démissionne! Mais ne rêvons pas! ).

Mais en France, ce glissement lexical a suscité de vives critiques. Le PS a accusé l'ancien chef de l'Etat de « flatter les instincts les plus réactionnaires de sa base militante » à 15 jours de l'élection pour la présidence de l'UMP et de proposer « une nouvelle forme de ségrégation » avec un mariage distinct pour homosexuels et hétérosexuels.

Nicolas Sarkozy cède à la pression de l'utra droite

C'est un « coming out homophobe », a dénoncé Pierre Laurent (PCF), jugeant que Nicolas. Sarkozy avait « cédé » à des militants d'« ultra droite ». ( M. Laurent a-t-il oublié que les communistes en URSS, en Chine, à Cuba, entre autres, condamnaient à mort les homosexuels ou au Goulag? Ces gens sont de cyniques qui se moquent du peuple ).

Côté gouvernement, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a raillé Nicolas Sarkozy, estimant que « lorsqu'on a des convictions, on fait en sorte que la foule s'y rallie, on n'épouse pas les convictions de la foule ». ( Pour Cazeneuve il y a les bonnes foules qui, au commandement de leurs chefs se ruent sur leurs adversaires, et leur coupent la tête, qu'ils brandissent ensuite au bout de piques. Robespierre leur ancêtre à tous devait être « d'ultra doite » si l'on en croit cet abruti que Hollande a placé à l'intérieur ) Une allusion au fait que, pendant son quinquennat, Nicolas Sarkozy se targuait fréquemment de n'avoir jamais « cédé une fois à la pression de la rue en cinq ans ».

 « C'est mentir aux Français »

Dans un parti divisé sur cette question, Nicolas Sarkozy se range ainsi aux côtés de Xavier Bertrand, de Laurent Wauquiez ou d'Hervé Mariton, lui aussi candidat à la présidence du parti, pour qui ce revirement est tout sauf improvisé.

« C'est une manoeuvre électorale pour me siphonner des voix », a déclaré cet opposant résolu au mariage homosexuel, qui note le maintien du « mot « mariage » pour les homosexuels » dans le discours de Nicolas Sarkozy.

Parler d'abrogation, « c'est mentir aux Français », a renchéri Franck Riester, l'un des deux seuls députés UMP à avoir voté la loi Taubira. ( Il reste à Riester à s'inscrire au PS. Marre de ces chevaux de Troie ).

Un débat moderne

« Un ancien président de la République qui, devant 2 000 personnes scandant « abrogation », change de pied et va dans leur sens, ça ne fait pas très chef », accuse un proche de Bruno Le Maire. ( Ce pauvre chéri de Le Maire se pense sans doute en « chef ». «  Et son éclat de rire énorme est un des gouffres de l'esprit »).

Le député UMP Frédéric Lefebvre, ancien très proche de Nicolas Sarkozy, s'est lui aussi nettement démarqué: déjà « avec le PACS, nous avons collectivement à droite raté le coche de la modernité ». « Soyons sérieux et sincères. Cessons d'entretenir des débats d'un autre temps (...) Il ne doit pas y avoir un discours pour les uns et un discours pour les autres », a-t-il lancé.

( Lefrèvre n'est pas une lumière, chacun le sait. Pour lui « modernité » signifie machine à laver et téléphone portable. La modernité en fait est un concept politique qui ….Pardon? Ah oui. Je repousse à un autre article mes réfexxions sur la « modernité » ). LS.

 

20h 30 : J'ajoute à l'article précédent publié il y a une heure, ce lien avec L'article de Laurent Wauquier qui a paru dans Le Point.  :

'ai suivi hier, sans doute comme vous, en direct l'intervention de Nicolas Sarkozy devant un groupe de pression de jeunes UMP, sympathisants ou militants de la Manif pour tous, dans le cadre de la compétition pour la présidence de ce parti « de droite ». J'avais approuvé la détermination de l'ancien président de la République, à réécrire, voire à abroger la loi dite « loi Taubira »
Approuvé, mais avec réserves.

Mes réserves tiennent d'abord à la capacité de N. Sarkozy à tenir ses promesses. En effet sa révision à Lisbonne du Traité sur l'Europe, pourtant refusé par référendum par plus de 55% de Français, m'a laissé un goût amer, et m'est resté en travers de la gorge, comme pour beaucoup de Français.

Ensuite à son projet d'instituer deux mariages, l'un pour les homosexuels, l'autre pour les autres ( la très large majorité des Français qui veulent se marier ).

Pour moi le mariage est le signe de la volonté de continuité biologique et éducationnelle de deux procréateurs, qui garantit, autant que cela est possible, le climat propre à conduire, dans la durée, l'édification de la personnalité équilibrée des enfants à naître, pour lesquels un homme et une femme qui s'aiment s'engagent d'avance ( avec les efforts, et les sacrifices que cela impose, deux mots qui ne sont pas dans l'air du temps en particulier chez les bobos qui ont milité pour le « mariage pour tous » ) pour une durée de 20 ou 25 ans, pour chaque enfant à naître, et qui, dans le même temps aident les parents à s'épanouir humainement contre les difficultés qui surgissent toujours dans l'accomplissement de soi.

Que cela soit possible, cahin caha ( ce qui est beau est difficile autant que rare, disait Spinoza ), voici ce que les siècles qui nous précèdent prouvent, et, pour moi, l'expérience qui a été la mienne dans le sein de ma propre famille.

Il ne doit donc y avoir qu'UN mariage, hétérosexuel.

Je pense toutefois que N.Sarkozy, en improvisant dans un meeting, s'est livré à une facilité de langage. Et que, probablement, ( il faudrait qu'il s'en explique ) il a voulu dire qu'on ne devait pas ( on peut toujours, mais ce qu'on peut faire, le doit-on ? ) revenir simplement sur un statu quo ante, simplement rétabli.

Il y a, dit-on, ( des statistiques sérieuses, mais aussi l'expérience des psychologues et des confesseurs ) environ trois pour cent d'homosexuels dans une société. En partant de ce chiffre ( probablement inférieur à la réalité ), sur une population de 65 millions d'habitants, cela donne un chiffre de 1.950.000 personnes. Ce n'est pas rien, et mérite d'être pris en considération. Ces quasiment deux millions d'individus, ne sont pas des « tantes », « tantouzes », « pédés », et autres termes ( que je récuse pour leur vulgarité, et leur nuisance, et leur absence totale de charité ). Ce sont des personnes que nous rencontrons tous les jours, sans savoir qu'ils « en sont », que nous cotoyons, qui sont parfois de notre entourage proche, ( de droite à gauche, et peut-être même parmi les militants de la Manif pour tous ) et parmi lesquels on trouverait, sans doute, des personnalités peut-être pas si différentes en ce qui concernent leurs qualités humaines et intellectuelles, que les autres, de la majorité, mais qui sont exposées, outre les difficultés propres à chacun, à des problèmes liés à la particularité de leur appétence pour les gens de leur propre sexe, et au « mépris » traditionnel qu'ils subissent, d'autant plus difficile à assumer qu'il doivent les refouler en eux-mêmes.

Ne pas tenir compte de ce que je suis en train de dire, c'est s'exposer à jeter dans les bras de Pierre Bergé ( je ne fais pas de fixation particulière contre cet individu, que je nomme seulement comme symbole de la supercherie qui se déploie avec impudence contre un régime familial fondé sur le mariage hétérosexuel, la moins mauvaise des institutions qui garantit la continuité sociale équilibrée de nos sociétés ), des centaines de milliers d'hommes et de femmes, heurtés par l'intolérance de leur particularité intime, alors qu'autrement ils se détermineraient, à droite comme à gauche, politiquement et religieusement, comme tout un chacun.

Peut-être ( peut-être ! ? ) Sarkozy pense-t-il à la création d'une institution qui ne serait pas le mariage ( terme utilisé, et mal adapté ) mais qui contribuerait à sortir les gens dont nous parlons du ghetto relatif où ils sont relégués ( je parle des gens ordinaires, pas des maîtres du show-biz, qui plastronnent insolemment ).

L'avenir proche nous dira si je me trompe.

En attendant, contre l'insolence des petits maîtres ( et des Grands Maîtres de ….Chhhut ! ) qui instiguent sur toutes les antennes de France la destruction des institutions sociales les plus éprouvées, il faut se mobiliser, et se battre d'arrache-pied.

Autant que possible avec INTELLIGENCE. Il faut reconnaître que les « ennemis du bien » ne manque pas de savoir faire, et que nous avons, sur le plan tactique et stratégique ( comme dirait un célèbre entraîneur de football ), nous avons à recevoir d'eux plus d'une leçon.

C'est leur investissement des médias, devenu un réel pouvoir, qui explique que les leaders de la droite, à l'exception de quelques chevaliers sans peur et sans reproches » ( ? ), reprennent à leur compte les slogans et les programmes de leurs supposés ennemis.

A voir, ce jour, comment réagissent contre Sarkozy, les Fillon, Juppé, NTM, et Cie, on peut dire, que l'ancien chef de l'Etat a été hier un formidable révélateur de la pourriture de la pseudo droite, verbeuse et menteuse.

Je ne sais pour qui je voterai en 2017. C'est trop tôt. En tout cas je sais pour qui je ne voterai pas.

Adieu Fillon! Adieu Jupette!

 

Edouard Boulogne.

 

Je publie ci-dessous un article de Ouest-France qui m'a été communiqué par un ami. Cet article est un exemple flagrant de la vérité de ce que je viens de dire sur la corruption des médias, et leur pénétration par …..Pierre Bergé ( pénétration financière, évidemment ). Cet article publié en couleur bleue sera entrelardé de courts ( + i - !!! ) commentaires du Scrutateur ( en rouge ).

 

http://www.ouest-france.fr/mariage-pour-tous-sarkozy-cede-la-pression-de-la-droite-reactionnaire-2980154?utm_source=of_newsletter-generale&utm_medium=email&utm_campaign=of_newsletter-generale&utm_content=20141117&vid=044049032032036041059047058038054015050040050061042124034033046

 

Mariage pour tous. Le revirement de Sarkozy critiqué de tous bords

 

Nicolas Sarkozy souhaite l'abrogation de la loi sur le mariage homosexuel. Un revirement critiqué à droite comme à gauche.

Pour une abrogation de la loi Taubira

« Je n'utiliserai pas les familles contre les homosexuels, comme on a utilisé les homosexuels contre les familles. C'est une honte », avait déclaré Nicolas Sarkozy, lors de son intervention télévisée pour annoncer son retour, sans préciser ses intentions. Des propos qui avaient suscité de vives réactions.

Cette fois, l'ancien président de la République s'est exprimé trè clairement pour « l'abrogation » de la loi taubira sur le mariage pour tous, samedi lors du débat organisé par Sens commun, une association née au sein de l'UMP dans le sillage de la Manif pour tous.

« Flatter les réactionnaires » ( Ainsi tous ceux qui s'opposent au MPT, même Lyonnel Jospin, même Sylviane Agasinzski, parmi bien d'autres à gauche seraient des « réactionnaires ». Terme qui n'est pas défini, ce qui est dommage. Et si réagir contre l'intolérable était réactionnaire ? )

En déplacement en Australie, François Hollande a refusé dimanche de « commenter » ce revirement, cantonnant son rival à sa « campagne interne » à l'UMP pour se situer, lui, dans « l'apaisement » et le « consensus ». ( Pas lui, et pas ça. Si Hollande veut le consensus, qu'il éjecte Taubira, ou qu'il démissionne! Mais ne rêvons pas! ).

Mais en France, ce glissement lexical a suscité de vives critiques. Le PS a accusé l'ancien chef de l'Etat de « flatter les instincts les plus réactionnaires de sa base militante » à 15 jours de l'élection pour la présidence de l'UMP et de proposer « une nouvelle forme de ségrégation » avec un mariage distinct pour homosexuels et hétérosexuels.

Nicolas Sarkozy cède à la pression de l'utra droite

C'est un « coming out homophobe », a dénoncé Pierre Laurent (PCF), jugeant que Nicolas. Sarkozy avait « cédé » à des militants d'« ultra droite ». ( M. Laurent a-t-il oublié que les communistes en URSS, en Chine, à Cuba, entre autres, condamnaient à mort les homosexuels ou au Goulag? Ces gens sont de cyniques qui se moquent du peuple ).

Côté gouvernement, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a raillé Nicolas Sarkozy, estimant que « lorsqu'on a des convictions, on fait en sorte que la foule s'y rallie, on n'épouse pas les convictions de la foule ». ( Pour Cazeneuve il y a les bonnes foules qui, au commandement de leurs chefs se ruent sur leurs adversaires, et leur coupent la tête, qu'ils brandissent ensuite au bout de piques. Robespierre leur ancêtre à tous devait être « d'ultra doite » si l'on en croit cet abruti que Hollande a placé à l'intérieur ) Une allusion au fait que, pendant son quinquennat, Nicolas Sarkozy se targuait fréquemment de n'avoir jamais « cédé une fois à la pression de la rue en cinq ans ».

 « C'est mentir aux Français »

Dans un parti divisé sur cette question, Nicolas Sarkozy se range ainsi aux côtés de Xavier Bertrand, de Laurent Wauquiez ou d'Hervé Mariton, lui aussi candidat à la présidence du parti, pour qui ce revirement est tout sauf improvisé.

« C'est une manoeuvre électorale pour me siphonner des voix », a déclaré cet opposant résolu au mariage homosexuel, qui note le maintien du « mot « mariage » pour les homosexuels » dans le discours de Nicolas Sarkozy.

Parler d'abrogation, « c'est mentir aux Français », a renchéri Franck Riester, l'un des deux seuls députés UMP à avoir voté la loi Taubira. ( Il reste à Riester à s'inscrire au PS. Marre de ces chevaux de Troie ).

Un débat moderne

« Un ancien président de la République qui, devant 2 000 personnes scandant « abrogation », change de pied et va dans leur sens, ça ne fait pas très chef », accuse un proche de Bruno Le Maire. ( Ce pauvre chéri de Le Maire se pense sans doute en « chef ». «  Et son éclat de rire énorme est un des gouffres de l'esprit »).

Le député UMP Frédéric Lefebvre, ancien très proche de Nicolas Sarkozy, s'est lui aussi nettement démarqué: déjà « avec le PACS, nous avons collectivement à droite raté le coche de la modernité ». « Soyons sérieux et sincères. Cessons d'entretenir des débats d'un autre temps (...) Il ne doit pas y avoir un discours pour les uns et un discours pour les autres », a-t-il lancé.

( Lefrèvre n'est pas une lumière, chacun le sait. Pour lui « modernité » signifie machine à laver et téléphone portable. La modernité en fait est un concept politique qui ….Pardon? Ah oui. Je repousse à un autre article mes réflexions sur la « modernité » ). LS.

 

  20h30 : J'ajoute à l'article précédent celui-ci qui vient de me parvenir, où Laurent Wauquier explicte les positions de Nicolas Sarkozy :

'ai suivi hier, sans doute comme vous, en direct l'intervention de Nicolas Sarkozy devant un groupe de pression de jeunes UMP, sympathisants ou militants de la Manif pour tous, dans le cadre de la compétition pour la présidence de ce parti « de droite ». J'avais approuvé la détermination de l'ancien président de la République, à réécrire, voire à abroger la loi dite « loi Taubira »
Approuvé, mais avec réserves.

Mes réserves tiennent d'abord à la capacité de N. Sarkozy à tenir ses promesses. En effet sa révision à Lisbonne du Traité sur l'Europe, pourtant refusé par référendum par plus de 55% de Français, m'a laissé un goût amer, et m'est resté en travers de la gorge, comme pour beaucoup de Français.

Ensuite à son projet d'instituer deux mariages, l'un pour les homosexuels, l'autre pour les autres ( la très large majorité des Français qui veulent se marier ).

Pour moi le mariage est le signe de la volonté de continuité biologique et éducationnelle de deux procréateurs, qui garantit, autant que cela est possible, le climat propre à conduire, dans la durée, l'édification de la personnalité équilibrée des enfants à naître, pour lesquels un homme et une femme qui s'aiment s'engagent d'avance ( avec les efforts, et les sacrifices que cela impose, deux mots qui ne sont pas dans l'air du temps en particulier chez les bobos qui ont milité pour le « mariage pour tous » ) pour une durée de 20 ou 25 ans, pour chaque enfant à naître, et qui, dans le même temps aident les parents à s'épanouir humainement contre les difficultés qui surgissent toujours dans l'accomplissement de soi.

Que cela soit possible, cahin caha ( ce qui est beau est difficile autant que rare, disait Spinoza ), voici ce que les siècles qui nous précèdent prouvent, et, pour moi, l'expérience qui a été la mienne dans le sein de ma propre famille.

Il ne doit donc y avoir qu'UN mariage, hétérosexuel.

Je pense toutefois que N.Sarkozy, en improvisant dans un meeting, s'est livré à une facilité de langage. Et que, probablement, ( il faudrait qu'il s'en explique ) il a voulu dire qu'on ne devait pas ( on peut toujours, mais ce qu'on peut faire, le doit-on ? ) revenir simplement sur un statu quo ante, simplement rétabli.

Il y a, dit-on, ( des statistiques sérieuses, mais aussi l'expérience des psychologues et des confesseurs ) environ trois pour cent d'homosexuels dans une société. En partant de ce chiffre ( probablement inférieur à la réalité ), sur une population de 65 millions d'habitants, cela donne un chiffre de 1.950.000 personnes. Ce n'est pas rien, et mérite d'être pris en considération. Ces quasiment deux millions d'individus, ne sont pas des « tantes », « tantouzes », « pédés », et autres termes ( que je récuse pour leur vulgarité, et leur nuisance, et leur absence totale de charité ). Ce sont des personnes que nous rencontrons tous les jours, sans savoir qu'ils « en sont », que nous cotoyons, qui sont parfois de notre entourage proche, ( de droite à gauche, et peut-être même parmi les militants de la Manif pour tous ) et parmi lesquels on trouverait, sans doute, des personnalités peut-être pas si différentes en ce qui concernent leurs qualités humaines et intellectuelles, que les autres, de la majorité, mais qui sont exposées, outre les difficultés propres à chacun, à des problèmes liés à la particularité de leur appétence pour les gens de leur propre sexe, et au « mépris » traditionnel qu'ils subissent, d'autant plus difficile à assumer qu'il doivent les refouler en eux-mêmes.

Ne pas tenir compte de ce que je suis en train de dire, c'est s'exposer à jeter dans les bras de Pierre Bergé ( je ne fais pas de fixation particulière contre cet individu, que je nomme seulement comme symbole de la supercherie qui se déploie avec impudence contre un régime familial fondé sur le mariage hétérosexuel, la moins mauvaise des institutions qui garantit la continuité sociale équilibrée de nos sociétés ), des centaines de milliers d'hommes et de femmes, heurtés par l'intolérance de leur particularité intime, alors qu'autrement ils se détermineraient, à droite comme à gauche, politiquement et religieusement, comme tout un chacun.

Peut-être ( peut-être ! ? ) Sarkozy pense-t-il à la création d'une institution qui ne serait pas le mariage ( terme utilisé, et mal adapté ) mais qui contribuerait à sortir les gens dont nous parlons du ghetto relatif où ils sont relégués ( je parle des gens ordinaires, pas des maîtres du show-biz, qui plastronnent insolemment ).

L'avenir proche nous dira si je me trompe.

En attendant, contre l'insolence des petits maîtres ( et des Grands Maîtres de ….Chhhut ! ) qui instiguent sur toutes les antennes de France la destruction des institutions sociales les plus éprouvées, il faut se mobiliser, et se battre d'arrache-pied.

Autant que possible avec INTELLIGENCE. Il faut reconnaître que les « ennemis du bien » ne manque pas de savoir faire, et que nous avons, sur le plan tactique et stratégique ( comme dirait un célèbre entraîneur de football ), nous avons à recevoir d'eux plus d'une leçon.

C'est leur investissement des médias, devenu un réel pouvoir, qui explique que les leaders de la droite, à l'exception de quelques chevaliers sans peur et sans reproches » ( ? ), reprennent à leur compte les slogans et les programmes de leurs supposés ennemis.

A voir, ce jour, comment réagissent contre Sarkozy, les Fillon, Juppé, NTM, et Cie, on peut dire, que l'ancien chef de l'Etat a été hier un formidable révélateur de la pourriture de la pseudo droite, verbeuse et menteuse.

Je ne sais pour qui je voterai en 2017. C'est trop tôt. En tout cas je sais pour qui je ne voterai pas.

Adieu Fillon! Adieu Jupette!

 

Edouard Boulogne.

 

Je publie ci-dessous un article de Ouest-France qui m'a été communiqué par un ami. Cet article est un exemple flagrant de la vérité de ce que je viens de dire sur la corruption des médias, et leur pénétration par …..Pierre Bergé ( pénétration financière, évidemment ). Cet article publié en couleur bleue sera entrelardé de courts ( + i - !!! ) commentaires du Scrutateur ( en rouge ).

 

http://www.ouest-france.fr/mariage-pour-tous-sarkozy-cede-la-pression-de-la-droite-reactionnaire-2980154?utm_source=of_newsletter-generale&utm_medium=email&utm_campaign=of_newsletter-generale&utm_content=20141117&vid=044049032032036041059047058038054015050040050061042124034033046

 

Mariage pour tous. Le revirement de Sarkozy critiqué de tous bords

 

Nicolas Sarkozy souhaite l'abrogation de la loi sur le mariage homosexuel. Un revirement critiqué à droite comme à gauche.

Pour une abrogation de la loi Taubira

« Je n'utiliserai pas les familles contre les homosexuels, comme on a utilisé les homosexuels contre les familles. C'est une honte », avait déclaré Nicolas Sarkozy, lors de son intervention télévisée pour annoncer son retour, sans préciser ses intentions. Des propos qui avaient suscité de vives réactions.

Cette fois, l'ancien président de la République s'est exprimé trè clairement pour « l'abrogation » de la loi taubira sur le mariage pour tous, samedi lors du débat organisé par Sens commun, une association née au sein de l'UMP dans le sillage de la Manif pour tous.

« Flatter les réactionnaires » ( Ainsi tous ceux qui s'opposent au MPT, même Lyonnel Jospin, même Sylviane Agasinzski, parmi bien d'autres à gauche seraient des « réactionnaires ». Terme qui n'est pas défini, ce qui est dommage. Et si réagir contre l'intolérable était réactionnaire ? )

En déplacement en Australie, François Hollande a refusé dimanche de « commenter » ce revirement, cantonnant son rival à sa « campagne interne » à l'UMP pour se situer, lui, dans « l'apaisement » et le « consensus ». ( Pas lui, et pas ça. Si Hollande veut le consensus, qu'il éjecte Taubira, ou qu'il démissionne! Mais ne rêvons pas! ).

Mais en France, ce glissement lexical a suscité de vives critiques. Le PS a accusé l'ancien chef de l'Etat de « flatter les instincts les plus réactionnaires de sa base militante » à 15 jours de l'élection pour la présidence de l'UMP et de proposer « une nouvelle forme de ségrégation » avec un mariage distinct pour homosexuels et hétérosexuels.

Nicolas Sarkozy cède à la pression de l'utra droite

C'est un « coming out homophobe », a dénoncé Pierre Laurent (PCF), jugeant que Nicolas. Sarkozy avait « cédé » à des militants d'« ultra droite ». ( M. Laurent a-t-il oublié que les communistes en URSS, en Chine, à Cuba, entre autres, condamnaient à mort les homosexuels ou au Goulag? Ces gens sont de cyniques qui se moquent du peuple ).

Côté gouvernement, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a raillé Nicolas Sarkozy, estimant que « lorsqu'on a des convictions, on fait en sorte que la foule s'y rallie, on n'épouse pas les convictions de la foule ». ( Pour Cazeneuve il y a les bonnes foules qui, au commandement de leurs chefs se ruent sur leurs adversaires, et leur coupent la tête, qu'ils brandissent ensuite au bout de piques. Robespierre leur ancêtre à tous devait être « d'ultra doite » si l'on en croit cet abruti que Hollande a placé à l'intérieur ) Une allusion au fait que, pendant son quinquennat, Nicolas Sarkozy se targuait fréquemment de n'avoir jamais « cédé une fois à la pression de la rue en cinq ans ».

 « C'est mentir aux Français »

Dans un parti divisé sur cette question, Nicolas Sarkozy se range ainsi aux côtés de Xavier Bertrand, de Laurent Wauquiez ou d'Hervé Mariton, lui aussi candidat à la présidence du parti, pour qui ce revirement est tout sauf improvisé.

« C'est une manoeuvre électorale pour me siphonner des voix », a déclaré cet opposant résolu au mariage homosexuel, qui note le maintien du « mot « mariage » pour les homosexuels » dans le discours de Nicolas Sarkozy.

Parler d'abrogation, « c'est mentir aux Français », a renchéri Franck Riester, l'un des deux seuls députés UMP à avoir voté la loi Taubira. ( Il reste à Riester à s'inscrire au PS. Marre de ces chevaux de Troie ).

Un débat moderne

« Un ancien président de la République qui, devant 2 000 personnes scandant « abrogation », change de pied et va dans leur sens, ça ne fait pas très chef », accuse un proche de Bruno Le Maire. ( Ce pauvre chéri de Le Maire se pense sans doute en « chef ». «  Et son éclat de rire énorme est un des gouffres de l'esprit »).

Le député UMP Frédéric Lefebvre, ancien très proche de Nicolas Sarkozy, s'est lui aussi nettement démarqué: déjà « avec le PACS, nous avons collectivement à droite raté le coche de la modernité ». « Soyons sérieux et sincères. Cessons d'entretenir des débats d'un autre temps (...) Il ne doit pas y avoir un discours pour les uns et un discours pour les autres », a-t-il lancé.

( Lefrèvre n'est pas une lumière, chacun le sait. Pour lui « modernité » signifie machine à laver et téléphone portable. La modernité en fait est un concept politique qui ….Pardon? Ah oui. Je repousse à un autre article mes réfexxions sur la « modernité » ). LS.

 

20h30 : Cet article vient en complément de ceux qui précèdent. Il vient de me parvenir et a paru dans le journal Le POint: http://www.lepoint.fr/politique/mariage-gay-wauquiez-defend-la-position-murement-reflechie-de-nicolas-sarkozy-17-11-2014-1881934_20.php

 

Sarkozy : Etonnant révélateur de la classe médiatico-politique.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
En effet, il faut attendre, en campagne les politiques promettent monts et merveilles, et puis une fois qu'on leur a donné un blanc seing ils virent leur cuti! N. Sarkosy nous a joué plusieurs tours de cochon, alors il faut être vigilants et voir comment avec quel vent il va tourner...
Répondre