Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Guadeloupe 1ère nous apprend ce soir que l'UGTG, le syndicat indépendantiste, terrorisant, et spécialiste de l'intimidation,  trouve intéressant le projet institutionnel du président du Conseil régional et sénateur Jack Gillot, mais que ce n'est qu'un projet insuffisant, qui ne saurait être « qu'une étape".

Ben Voyons!

Cela suffira-t-il à faire réfléchir les cervelles d'oiseaux de certains petits membres de la Gentry qui s'imaginent qu'ils ont affaire à de gentils spécialistes de droit constitutionnel?

Attendre et voir.

 

Edouard Boulogne.

L'UGTG fait bon accueil aux projets statutaires de Jack Gillot.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

pierre 09/11/2014 04:48

Jacquy Dahomay a dit d'Elie Domota qu'il n'est pas le patron de la Guadeloupe.
Elie Domota s'est bien gardé de se présenter aux élections car Il aurait su qu'il n'est pas le représentant des guadeloupéens , pas plus que son ami Nomertin qui avait rassemblé un peu plus d'1% des voix aux dernières élections régionales .cependant, j'approuve sa position courageuse de s'être présenté pour clarifier son positionnement .
la majorité silencieuse des guadeloupéens, même si elle n'est pas sur les blogs à commenter l'actualité, s'accommode du système français à défaut de mieux. Car dans les pays de la caraïbes qui nous entoure çà n'est pas la vie de villas, avec piscine 4x4 et écrans plats des dernières technologies dont nous sommes si friands et dont nous ne pouvons nous passer au 21ème siècle.
l'insuffisance du discours indépendantiste est de NIER L'ELEVATION DU NIVEAU DE VIE GUADELOUPEEN par notre l'adhésion en 1946 au statut de département français, Lequel statut nous a donné des droits reconnus par tous les états. Notre niveau de vie à évolué pour être égal à celui de l'européen ou de l'américain moyen.
l'esclavage et le colonialisme ne sont pas des prolongements de l'histoire, c'est bel et bien fini. Un esprit éclairé comme Félix rôdes a récemment déclaré que la France est un grand pays et qu'il n'est plus indépendantiste. Place à la défense de l'égalité des droits avec une carte d'identité française.Et qui sait , peut-être qu'un guadeloupéen pourrait devenir président de la république à l'instar d'un Obama en Amérique, mais pour cela il faut aimer...la république et la défendre et non s'y opposer systématiquement.
Quant à jacques Gillot, qui peine à payer le RSA de ses chômeurs, il ferait mieux de se rallier aux républicains du droits commun ,qui eux savent pertinemment que le statut spécifique qui revient tous les 5 ans ,est une régression sociale pour la Guadeloupe.
Lurel le républicain va le lui rappeler, il va au moins servir à cela à défaut d'avoir fait échouer les grands programmes de développement de sa région .

Raoul Dheste 04/11/2014 12:03

Pas la moindre surprise de ce côté-là : lyennaj kont Gwadloup oblige. M. Gillot - et quelques patrons qui imaginent qu'en accompagnant la croissance bien arrosée des despotes en devenir, ils seront aux premières loges en matière de pawtaj après la chute de la Guadeloupe française - et M. Domota ne vont se battre qu'après, quand il sera question de régner sur les dépouilles de ce département dont la prospérité actuelle tranche avec Haïti chérie, ou avec la Dominique voisine. Au fait, quoiqu'il advienne de la Guadeloupe, la retraite à + 40% de M. Domota lui sera versée de totues les façons, et tous les crachats qu'il aura lancés sur la Fwans n'y pourront rien changer. Lui le sait. Il serait bon que les Guadeloupéens le sachent. Une telle loyauté envers la main qui nourrit est un signe assez explicite de ce que sera l'avenir de la Guadeloupe si jamais quelques aventuriers de l'ego rayonnant arrivaient à leurs fins (qui serait celle de la Guadeloupe). À tous ceux qui hésitent ou qui doutent, disons : attendez un peu. Regardez la Martinique s'enfoncer quelques années avant d'imiter ce qui est une erreur magistrale et qui repose uniquement sur l'orgueil d'une petite poignée de politiciens sans scrupule - tous fonctionnaires ou presque - et qui savent qu'ils jouent avec l'avenir des autres sans prendre le moindre risque personnel, au contraire, puisqu'ils rêvent des palais qu'ils auront certainement un jour - pour régner sur des hordes de pauvres hères - si l'on se réfère "au sens de l'histoire".