Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Manuel Valls a affirmé, jeudi 6 novembre à Pau, lors du congrès de l’Assemblée des départements de France, que le pays avait “besoin de cet échelon intermédiaire” qu’est le département, même s’il doit “évoluer”

 

Il s'agit du niveau indispensable de solidarité territoriale en milieu rural complémentaire de l'intercommunalité. Que je sache La Guadeloupe, étant, surtout et avant tout, rurale, doit inventer un modèle de solidarité en préservant et en adaptant la solidarité de ses bassins d'activités propres et non pas copier des modèles urbains de mutualisation, étrangers à sa réalité.

C'est la raison , dans le projet gouvernemental, du maintien de 50 départements ruraux sur les 100 départements français. Nos politiques et universitaires ignorent l'histoire de cet ancrage rural de La France. C'est la principale différence de la France avec les pays européens, beaucoup plus urbanisés et industrialisés mais moins ruraux. Le défi français consiste à mieux équilibrer son territoire entre l'urbanisme en augmentation et la ruralité en diminution.

L'enjeu de la réforme territoriale outremer consiste, pendant 2 ans,d'abord à évaluer ,avec les élus et cadres territoriaux du département,de la région, des communautés d'agglomération et des communes, l'efficacité de notre solidarité territoriale. Puis d'imaginer, inventer et chiffrer les nouvelles mutualisations nécessaires pour répondre au défi du développement, de la coopération géographique et de l'urbanisme. Ensuite de proposer à nos populations d'approuver cette nouvelle  solidarité territoriale pensée et élaborée localement.

Il convient de rebâtir les fondations solidaires de notre maison commune, avant d’en choisir le toit pour nous abriter ou le berger qui conduira le troupeau au paradis.

L.D

 

L'enjeu de la réforme territoriale outremer, par Louis Dessout.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Mr Dessout, avec tout le respect que je vous doit ,nous sommes fatigué d'entendre ce même discours que la France doit s'adapter à la Guadeloupe et a ses spécificités ,c'est un discours vieillot que je ne m'étonne pas que vous relayez. Il vient du MODEM ,cette formation politique du vieux centrisme de l'UMP au PS qui voudrait refaire peau neuve...pour gagner des élections. Cela fait des décennies que ce que vous décrivez ne marche pas. Et nous sommes dans la situation du serpent qui se mord la queue à tourner en rond sur des questionnements de pures idéologies et d'inutiles complexités administratives . le souci majeur, et les guadeloupéens de pôle emploi vous le diront, c'est l'état de délabrement de notre économie hostile a tout développement venant de l'extérieur. résultat un croissance zéro par manque d'investissements privés, ainsi qu'une augmentations des impôts pour tout financer.

Ce dont la Guadeloupe a besoin c'est d'accueillir les investisseurs privés français ,européens étrangers, qui font le développement économique et " tire" ce département vers le haut. Mais pour cela il faudrait que l'élite des bonnes volonté que vous représentez dénonce l'incohérence d'une politique avec encore plus de contraintes administratives et environnementales qui figent le foncier et interdit le développement économique. Aurez vous ce courage de bousculer les discours conventionnels qui nous lient un peu plus aux dérives de la nébuleuse administrative locale ?
un seul exemple parmi tant d 'autres trop long à citer: le projet d'extension du port de Pointe à pitre toujours en discussion et bloqué par les indépendantistes et les écologistes à ce point qu'il a été revu à la baisse sans même savoir s'il sera réalisé. D'ailleurs vous n'êtes pas sans savoir qu'il n'y a plus de bateau de croisières à Pointe à pitre .
En tout cas nos grandes voisines, Saint Domingue comme Panama ne connaissent pas ces contraintes administratives, environnementales, et prises de positions idéologiques qui interdisent le développement et créent le chômage de masse que nous connaissons. Et elles prospèrent à vitesse grand V en nous faisant concurrence jusqu'à nous faire disparaître du circuit économique.
Si en plus, de tous ces blocages, il faut interroger une population si peu sensibilisée aux mécanismes économiques qui font la prospérité on est dans l'impasse totale . c'est d'ailleurs faire preuve de myopie que d'encourager cette solution là. Vraiment trop de contraintes trop d'immobilisme, et pas de décisions ou trop peu pour encourager les grands programmes de développement. Trop timide le MODEM !
Aurez vous le courage d'initier le débat public sur ces questions économiques fondamentales, (que ni Victorin Lurel, encore moins jacques Gillot ,Vous et les Autres, notamment Mr Domota, notre justicier anti "fwansé" ne veulent pas en entendre parler ? )
ayant cité des noms j'ai aussi OSE publié le mien. mais, SVP, OSEZ me répondre quitte à me contredire, c'est tout le mal que je vous souhaite.
je remercie aussi les esprits éclairés que j'ai cité de me sortir de mon ignorance.
Répondre