Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

De quoi remettre les choses à leur place ! Woah

 

http://www.demotivateur.fr/article-buzz/26-images-qui-devraient-vous-faire-repenser-toute-votre-existence-de-quoi-remettre-les-choses-leur-place-woah--1297

 

Ce Kaléidoscope d'images vous ravira sûrement, comme il en a été pour moi ( cliquer sur le lien ).

Mais j'ai voulu aller plus loin que l'émotion ordinaire, et me souvenant d'avoir réfléchi, naguère ( c-à-d il n'y a guère, plus adéquat que « jadis »! ) en philosophes avec mes gamines et gamins de terminales, que ces questions intéressaient.

L'on peut donc se contenter du lien. Mais ceux qui se sentiront d'attaque pour le mets de résistance, ne le regretteront pas.

Pour ne pas mentir, c'est à eux que j'ai pensé m'adresser en premier lieu.

 

LS.

 

( I ) Pascal : Les deux infinis.

 

Que l’homme contemple donc la nature entière dans sa haute et pleine majesté, qu’il éloigne sa vue des objets bas qui l’environnent. Qu’il regarde cette éclatante lumière, mise comme une lampe éternelle pour éclairer l’univers, que la terre lui paraisse comme un point au prix du vaste tour que cet astre décrit et qu’il s’étonne de ce que ce vaste tour lui-même n’est qu’une pointe très délicate à l’égard de celui que les astres qui roulent dans le firmament embrassent. Mais si notre vue s’arrête là, que l’imagination passe outre; elle se lassera plutôt de concevoir, que la nature de fournir. Tout ce monde visible n’est qu’un trait imperceptible dans l’ample sein de la nature. Nulle idée n’en approche. Nous avons beau enfler nos conceptions au-delà des espaces imaginables, nous n’enfantons que des atomes, au prix de la réalité des choses. C’est une sphère dont le centre est partout, la circonférence nulle part. Enfin, c’est le plus grand caractère sensible de la toute puissance de Dieu, que notre imagination se perde dans cette pensée. 
Que l’homme, étant revenu à soi, considère ce qu’il est au prix de ce qui est; qu’il se regarde comme égaré dans ce canton détourné de la nature; et que de ce petit cachot où il se trouve logé, j’entends l’univers, il apprenne à estimer la terre, les royaumes, les villes et soi-même son juste prix. Qu’est-ce qu’un homme dans l’infini ? 
Mais pour lui présenter un autre prodige aussi étonnant, qu’il recherche dans ce qu’il connaît les choses les plus délicates. Qu’un ciron lui offre dans la petitesse de son corps des parties incomparablement plus petites, des jambes avec des jointures, des veines dans ces jambes, du sang dans ces veines, des humeurs dans ce sang, des gouttes dans ces humeurs, des vapeurs dans ces gouttes; que, divisant encore ces dernières choses, il épuise ses forces en ces conceptions, et que le dernier objet où il peut arriver soit maintenant celui de notre discours; il pensera peut-être que c’est là l’extrême petitesse de la nature. Je veux lui faire voir là dedans un abîme nouveau. Je lui veux peindre non seulement l’univers visible, mais l’immensité qu’on peut concevoir de la nature, dans l’enceinte de ce raccourci d’atome. Qu’il y voie une infinité d’univers, dont chacun a son firmament, ses planètes, sa terre, en la même proportion que le monde visible; dans cette terre, des animaux, et enfin des cirons, dans lesquels il retrouvera ce que les premiers ont donné; et trouvant encore dans les autres la même chose sans fin et sans repos, qu’il se perde dans ses merveilles, aussi étonnantes dans leur petitesse que les autres par leur étendue; car qui n’admirera que notre corps, qui tantôt n’était pas perceptible dans l’univers, imperceptible lui-même dans le sein du tout, soit à présent un colosse, un monde, ou plutôt un tout, à l’égard du néant où l’on ne peut arriver ? 
Qui se considérera de la sorte s’effrayera de soi-même, et, se considérant soutenu dans la masse que la nature lui a donnée, entre ces deux abîmes de l’infini et du néant, il tremblera dans la vue de ces merveilles; et je crois que sa curiosité, se changeant en admiration, il sera plus disposé à les contempler en silence qu’à les rechercher avec présomption. Car enfin qu’est-ce que l’homme dans la nature ? Un néant à l’égard de l’infini, un tout à l’égard du néant, un milieu entre rien et tout. Infiniment éloigné de comprendre les extrêmes, la fin des choses et leur principe sont pour lui invinciblement cachés dans un secret impénétrable, également incapable de voir le néant d’où il est tiré, et l’infini où il est englouti. ( In Pensées de Blaise Pascal. N° 72, pp : 347 à 358. Cité partiellement Edition de Léon Brunschvicg. ).

 

 

( II ) L'histoire d'Alice.

 

( Voir en photographie plus bas. Extrait d'un cours à la Sorbonne de M. Jean Guitton. Dans ce cours M. Guitton cite le texte que vous alléez lire, qui est une image proposée pour illustrer son propos par le physicien et philosophe Jean Charron, dont voici une brève présentaion par l'encyclopédie Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-%C3%89mile_Charon ).

 

( III ) Un sens à l'univers? par l'astrophysicien TRIN XUAN THUAN.

 

"L'évolution cosmique a été,nous l'avons vu, minutieusement réglée pour mener jusqu'à nous. Que les constantes fondamentales,les conditions initiales ou les lois physiques diffèrent un tant soit peu,et nous ne serons plus là pour en parler. Toute la gestation cosmique peut s'expliquer par des lois naturelles (des lois disparates que les physiciens espèrent un jour amalgamer en une seule super loi, un grand principe unificateur), mais encore faut-il établir ces constantes physiques et définir précisément ces lois (ou ce grand principe). Face à cette situation il y a deux attitudes possibles. On peut invoquer un être suprême,auteur de ces lois,qui a tout planifié et réglé. Ou faire la part belle au hasard! en introduisant l'hypothèse d'univers multiples en parallèles. Dans cette hypothèse, il y aurait une infinité d'univers avec toutes les combinaisons possibles de constantes et de lois physiques. La plupart des univers auraient des combinaisons perdantes et infertiles. Le nôtre a eu par hasard,une combinaison gagnante,dont nous sommes le gros lot, et ce qui apparaît comme réglage précis n'est alors que pure coïncidence.

Qu'elle attitude adopter? Face à ce dilemme,l'homme de science,malgré toutes ses connaissances,se trouve tout aussi dépourvu et démuni que son voisin. La science n'est d'aucune utilité quand il est question de foi. Le scientifique doit mesurer ses risques et se jeter à l'eau. Il doit parier comme PASCAL Pour ma part je suis prêt à parier sur l'existence d'un être suprême." ( Mis en italiques par LS ).

 

TRINH XUAN THUAN

(La mélodie secrète, p.309).

 

NB : Bien d'autres savants français ou européens tiennent le même discours que M. Trinh Xuan Thuan, et arrivent à la même « conclusion », ou disons au même postulat.

Si j'ai choisi M. Thuan, c'est pour la raison suivante. Avez-vous remarqué, au cinéma, en France, la sorte d'extase où nous plonge les voix d'actrices affectées d'un léger accent étranger, par exemple british, ou germanique?

Mmhhhh? ! Moi aussi, et d'ailleurs en moi même. Aaah! Jane. Jane Birkin ( je vais et je viens, hein! Etc ! ) ou la chère Sissi de nos adolescences ( là je parle aux « vieux » ), la grande l'unique Romy. Romy Schneider, évidemment ( M'enfin ! ) .

Partant de cette observation j'en ai déduit que si j'évoquais quelque Dupont, avec d ou avec t, tout astrophysicien qu'il soit, et Français, le lecteur ordinaire ( il est vrai que les lecteurs du Scrutateur ne sont pas ordinaires, mais...il y a des exceptions ) hausserait les épaules et passerait sans lire. Oh! Les Français ne sont pas snobs, du tout. Du tout, du tout !!!

Aaahh! Il a bien de la chance M. Trinh Xuan Thuan.

Il est vrai qu'il la mérite.

Rabiot : Trinh est né au Viet Nam! ( aïîîe ! ).

 

LS.

 

Nota bene : Parmi les photographies, liées aux textes, il y a celle d'Alice. J'ai voulu une illustration pour accompagner le texte de M. Jean Charron.

Tout naturellement j'ai pensé à la petite Alice au pays des merveilles de Lewis Caroll.

Quant à savoir pourquoi j'ai choisi celle-ci plutôt qu'une autre, en la considérant, vous en devinerez bien la raison.

LS.

26 images qui vous feront repenser toute votre existence...par le Scrutateur.
26 images qui vous feront repenser toute votre existence...par le Scrutateur.
26 images qui vous feront repenser toute votre existence...par le Scrutateur.
26 images qui vous feront repenser toute votre existence...par le Scrutateur.
26 images qui vous feront repenser toute votre existence...par le Scrutateur.
26 images qui vous feront repenser toute votre existence...par le Scrutateur.
26 images qui vous feront repenser toute votre existence...par le Scrutateur.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article