Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

J'ai déjà eu l'occasion à plusieurs reprises de signaler et commenter, avantageusement, les entreprises littéraires, de notre jeune compatriote Georges Cocks.

Cette fois c'est au roman, et au genre policier que s'attaque l'écrivain, dans un roman qui se déroule en 1936, à Pointe-à-Pitre, et s'intitule Rue François Arago, du nom de la rue où se perpètre le crime qu'il s'agit d'élucider.

L'enquête menée de main de maître par le commissaire Florent, et par Georges, évidemment, butte toutefois sur la personnalité complexe, finalement plus double ou triple que véritablement mauvaise du, ou de la coupable, je ne dévoilerai évidemment la conclusion d'une intrigue finement conçue.

Si j'avais une critique à formuler à l'auteur, elle consisterait en une enquête insuffisamment approfondie sur la vie quotidienne des années 1930 où se déroule l'action. C'est ainsi par exemple que des protagonistes de l'affaire écoutent des émissions de télévision, encore diffusées en noir et blanc, précise l'auteur, qui, il est vrai n'était pas né en...1965, quand les premières images, en noir et blanc certes, de la télévision, captivèrent les guadeloupéens.

Ce petit défaut n'enlève rien aux promesses littéraires de notre auteur, qui murit bien et dont nous attendons avec curiosité le prochain opus.

 

Le Scrutateur.

 

La quatrième photo ci-dessous,montre l'installation de l'électricité dans la rue François Arago, qui coupe la Place du général Ruillier, d'où elle est prise dans les années où se situe le roman.

Rue François Arago, de Georges Cocks.
Rue François Arago, de Georges Cocks.
Rue François Arago, de Georges Cocks.
Rue François Arago, de Georges Cocks.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Merci Edouard pour cet Article et cette petite coquille du certainement à un plongeon dans l 'intrigue surprenante de cette affaire.
Répondre