Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Il ne s'agit pas d'être bégueule. Ni de dire que toutes les écoles de France sont déjà concernées par ces dérives. Mais si nous ne faisons rien elles le seront, même contre la volonté de nombreux enseignants.

Il ne s'agit pas d'être bégueule, mais il s'agit d'être frondeur; de cet esprit de fronde qui fut longtemps l'un des caractères de l'esprit français, avant qu'un certain politiquement correct ( conformisme bêlant ) ne s'abatte sur notre pays.

Cet appel de SOS-EDUCATION, il faut l'entendre. Pour ma part je l'ai entendu, et j'ai signé.

A vous de voir pour vous. A vous de jouer !

 

Le Scrutateur.

 

 

Déjà près de 30 000 personnes ont signé la pétition "Non au Zizi sexuel ! Ne bâclons pas l'éducation à la sexualité de nos enfants", qui demande une information objective des parents d'élèves sur l'exposition "Zizi sexuel" visitée dans le cadre scolaire. Et vous ?


Nous avons cherché votre nom mais (sauf erreur de notre part) nous ne l'avons pas trouvé.
C'est pour cela que je me permets de revenir vers vous. Peut-être vouliez-vous signer plus tard ? Peut-être souhaitiez-vous d'abord mieux vous renseigner ?


Mais le temps presse. L'exposition "Zizi sexuel" a ouvert ses portes et c'est maintenant qu'il faut agir. A l'heure où je vous parle, des enfants de 9 ans sont en train d'y voir des sexes en érection et d'y assister à des scènes d'éjaculation.

Voici le lien vers la pétition : petitions.soseducation.org/non-au-zizi-sexuel/


S'il fallait vous donner une seule raison, je choisirais celle-ci : nos enfants ne vont pas à l'école pour assister à des scènes de coït présentées avec une incroyable vulgarité.

Franchement, pensez-vous qu'à l'âge de 8 ou 9 ans, un enfant de CM2 ait besoin de recevoir un enseignement sur la masturbation ?

Nous recevons beaucoup d'appels de personnes, scandalisées par le battage médiatique autour de cette exposition,
qui ne savent toujours pas quoi faire !

Peut-être est-ce votre cas ?

Ce que vous pouvez faire, c'est signer la pétition. La pétition est le moyen
de décider les politiques à s'emparer du sujet, pour faire pression sur le Ministre. Mais ils ne bougeront pas s'ils n'entendent pas un appel fort.

Et
votre signature peut vraiment faire la différence.

L'éducation sexuelle est certes une mission de l'école. Mais en aucun cas, elle ne doit se faire en mettant la famille de côté. Or c'est bien ce qui se passe, puisque non seulement les parents d'élèves ne sont pas informés des "zizis piquets" et autre mannequins éjaculateurs offerts à la manipulation des petits visiteurs, mais une pièce de l'exposition est même "interdite aux adultes" !

Heureusement,
vous pouvez nous aider à lancer l'alerte. Pour cela il faut que nous soyons beaucoup plus nombreux. Et c'est possible !

D'abord,
rejoignez les 30 000 signataires en signant la pétition.

Ensuite,
parlez de votre engagement autour de vous.

C'est simple : si chacun de nous informe ne serait-ce que 2 ou 3 personnes pas encore au courant, nous pouvons facilement dépasser les 100 000 signatures. 100 000, c'est un cap symbolique, qui donnera une force incroyable à la pétition.


Pour y arriver, il vous suffit de diffuser ce lien par e-mail à vos contacts, de le poster sur Facebook, de le tweeter, de le poster sur des forums... :
petitions.soseducation.org/non-au-zizi-sexuel/


Ces actions ne vous prendront que quelques minutes, mais elles vont faire la différence.
Créons maintenant un immense raz-de-marée !


Je compte sur vous !



Antoine Blondel
Responsable des relations parents - professeurs
SOS Éducation



 

 

 



Autres images :

1 ) Najat-Vallaud-Belkacem, toute fraîcheur et naïveté. ( Les êtres devraient être ce qu'ils paraissent". Henry de Montherlant ).

2 ) Séance de travail socialiste à l'Assemblée Nationale.

Non au Zizi sexuel !
Non au Zizi sexuel !
Non au Zizi sexuel !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

pauvert 21/10/2014 00:37

Je souscrit à votre action,ayant été, dans ma jeunesse, contre les premiers courts de sexualité à l'école.