Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Il y a peu j'écoutais d'une oreille le journal télévisé de Guadeloupe 1 ère, à 19h30. Un reportage d'une autre chaine y fut diffusé pendant quelques minutes. Il y était question de jeunes djihadistes engagés dans la lutte en Irak, contre tous les adversaires de l'Islam, assimilé au Daeche, combattants recrutés, tout près de nous à...Trinidad.

Des combattants pas totalement désintéressés, puisque, nous disait-on, il touchent ...800 ( huit cents ) euros par jour. Cela donne une idée des moyens financiers énormes engagés par des pays musulmans du Golfe, que beaucoup de nos dirigeants ( de tous bords ! ) assimilent à nos « amis ».

Je crois qu'il ne faut pas minimiser l'importance des évènements en cours. Si le nazisme et le communisme furent les plus grandes menaces pour la liberté, et pour nos civilisations d'origine chrétiennes ( je n'ose, hélas! dire chrétiennes tout simplement ), l'islam ( certains préfèrent dire l'islamisme, mais je ne suis pas sûr, malgré ma bonne volonté que cette distinction soit judicieuse ) sera le GRAND PERIL du XXI ème siècle.

D'autant plus que nous sommes très mal renseignés par les grands médias, comme en témoigne ce message que m'envoie un ami :

« Lorsqu’il s’agit comme pour les musulmans de protester contre la barbarie de l’Etat islamiste et des djihadistes, de protester contre le meurtre abject d’Hervé Gourdel, il n’y a exactement P.E.R.S.O.N.N.E.
Devant la grande mosquée de Paris, il devait en effet y avoir tout au plus 300 individus qui, si on retire les journalistes, politiques et autres bobos Ve arrondissement, il ne devait y avoir guère plus d’une centaine de musulmans, c’est-à-dire grosso modo ceux sortant de la prière de la grande mosquée de Paris le vendredi.
Pourtant, comme d’habitude, la propagande médiatique a fonctionné à plein régime
afin de promouvoir cet événement. En 24h, tous les journalistes
ont appelé à cette manifestation sur toutes les chaines, dans tous les journaux : bilan 300 personnes.

Si on considère qu’il y a près de 2000 djihadistes ‘’français’’ auprès de l’Etat islamique, le nombre de manifestants était bien moindre, ce qui est dramatique, alors qu’il y a en France des millions de musulmans.

La situation est donc claire et les masques sont définitivement tombés.
Il n’est en aucun cas outrancier de dire que les musulmans vivant en France
n’ont aucune intention de protester contre l’ignoble Etat islamique
et par conséquent, à des degrés divers, se sentent solidaires de celui-ci ».

Ici, sur ce blog, qui à défaut de tout savoir, se renseigne, réfléchit, s'interroge, et cherche à informer, pour une résistance efficace qui ne saurait se contenter de gémissements, et de larmoiements, nous travaillons, et incitons nos lecteurs au même travail. Faute de quoi nous serons ostracisés, laminés, comme nos frères chrétiens d'Irak et du moyen-orient, par la religion…. « d'amour et de paix ».

 

LS.

 

( I ) Ces antillais qui embrassent l’Islam, un phénomène en plein essor

 

http://journaldumusulman.fr/ces-antillais-qui-embrassent-lislam-un-phenomene-en-plein-essor/

 

  • Par Maïté Koda

  • Publié le 30/09/2013 | 06:19, mis à jour le 15/12/2013

 

La1ere.fr consacre toute cette semaine un dossier aux Antillais de l'Hexagone qui ont choisi de se convertir à l'islam. Un phénomène qui semble en plein essor. Premier volet de notre enquête: rencontre avec trois membres actifs de l'Association musulmane antillaise , basée en Ile-de-France.

 

Ils s'appellent Omar, Imran et Gary. Tous trois ont entre 29 et 31 ans, tous sont d'origine antillaise. Et tous trois sont musulmans.
Omar, 31 ans, s'est converti il y a 8 ans. Le jeune homme qui travaille dans la sécurité a eu l'idée en janvier 2013, avec d'autres Antillais musulmans, de créer une association pour les originaires des Antilles qui choisissent de se convertir à l'islam.
"Nous sommes de plus en plus nombreux, et pourtant, les Antillais qui se convertissent à l'islam ont l'impression d'être les seuls dans ce cas. Il m'a semblé logique de nous rassembler, et de nous structurer comme le font  les musulmans de toutes origines", explique-t-il. Cette association, l'AMA (Association Musulmane Antillaise) réunit une centaine de membres. 
 

Soutien et entraide entre convertis

Son association, basée à Garges-les-Gonesse dans le Val-d'Oise est forte aujourd'hui d'une centaine de membres. Elle œuvre entre autres, avec les musulmans des Antilles afin de créer des mosquées et des carrés musulmans dans les cimetières de Guadeloupe et Martinique. Réseau de soutien et d'entraide, elle permet également d'accueillir les nouveaux convertis en les orientant, en leur conseillant des lectures ou encore les accompagnant dans l'apprentissage de l'arabe. "Nous demandons à ceux qui le peuvent une cotisation mensuelle de dix euros. Cela nous permet ensuite d'organiser des événements, des conférences et des repas  pour nous connaître et nous faire connaître".

Pourquoi cette conversion? 

Les Antillais qui se convertissent à l'islam ne sont pas rares, pourtant, la démarche pourrait étonner de la part de personnes issues de sociétés très christianisées.  "J'ai toujours cru en Dieu, se souvient  Omar. J'ai reçu une éducation religieuse, catholique, j'allais à la messe… Mais à un moment donné, je ne me suis pas reconnu dans le christianisme. Je me suis posé des questions existentielles, sur le sens de la vie, de la mort, et c'est à partir de là que j'ai commencé à m'intéresser à l'islam".

Cheminements identiques

Gary et Imran, eux aussi,  présentent leur parcours comme une continuité. L'éducation catholique, les questionnements,  puis ensuite les rencontres et les discussions avec  des Musulmans , les comparaisons entre les enseignements de la Bible et du Coran…. "J'ai été surpris de voir qu'il y avait autant de points communs", souligne Gary. Etudiant infirmier en dernière année, il assure n'avoir jamais eu de difficultés à expliquer sa conversion à son entourage. "Ma mère est devenue bouddhiste, elle m'a plutôt encouragé, confie-t-il. Mes proches et mes amis n'ont pas été surpris non plus, ils connaissaient mon intérêt pour la spiritualité". Imran, confie lui quelques difficultés au début, mais assure qu'au fil des discussions les réticences ont disparu.
 

"Je me soucie plus de mon identité que de ma carte d'identité"

La stigmatisation de l'islam par de nombreux médias laisse néanmoins des traces. Omar, qui porte la barbe, reconnaît parfois ressentir des regards agressifs. "C'est normal: aujourd'hui, à chaque fois que j'allume ma télévision et qu'on parle d'islam, on assimile notre religion au terrorisme ou à de l'extremisme. Bien sûr que cela existe, mais pourquoi focaliser dessus? Pourquoi est ce qu'on refuse de parler de l'islam en bien?", déplore-t-il, ajoutant que "ses convictions sont attaquées au quotidien".

Ils se sentent avant tout musulman

Avec Gary et Imran  ils se sentent avant tout "musulman", puis "noir" et enfin "Français". "Nous sommes français sur le papier, mais en vérité, en tant qu'Antillais déjà, on nous fait sentir que nous ne sommes pas des Français comme les autres", remarque Imrane. Pas de haine de la France pour autant "C'est pas très grave, c'est pas pour autant qu'on ne va pas respecter la France. Je me soucie plus de mon identité que de ma carte d'identité", ajoute Gary.
 

 "Je savais ce que cela impliquait"

 Reste la question de concilier religion musulmane et traditions antillaises. "J'ai étudié l'islam et me suis questionné pendant trois ans avant de me convertir", précise Omar. "J'avais des appréhensions je savais ce que cela impliquait. Les 5  prières chaque jour, le jeûne,  pas d'alcool, une bonne hygiène de vie… C'est pas facile au début. Mais quand je vois ce que cela m'apporte, cela ne me coûte plus". Tous trois expliquent qu’il ne fêtent pas Noël, bien que leurs parents se réunissent à cette occasion. "Je partage le repas avec mes parents, mon frère et ma sœur comme pour un jour ordinaire afin de ne pas rompre mes liens de parenté. Mais Noël n'a aucune importance particulière pour moi, ce n’est pas l’une des nos fêtes ". .  Les cadeaux sont offerts plutôt pour les fêtes de l'Aïd, "Ce jour là, si je dois préparer un plat traditionnel,  j'aurai plutôt tendance à préparer un colombo qu'un couscous", reconnaît Gary dans un sourire.

 

 

 

( II ) Jérémy Sydney: antillais converti à l’Islam, admirateur de Dieudonné…

 

http://jssnews.com/2012/10/07/sydney-dieudonne/

 

Agé de 33 ans, l’homme tué à Strasbourg lors de l’opération antiterroriste était connu des services de renseignement avant son implication dans l’attentat de l’épicerie casher de Sarcelles. Très déterminé, il voulait «probablement finir en martyr». Selon plusieurs sources de l’enquête, Jérémy Sydney était un « admirateur de Dieudonné » et « a pu tomber dans le piège de l’islamisme et de la violence antijuive à cause de cet énergumène », explique t-on à JSSNews du côté de la police.

Dieudonné sur le plateau d’une émission de TV à Téhéran

Selon ce policier joint par JSSNews: « Dieudonné a fait mal. Il a inspiré toute la bande. Ils se croyaient tous avoir reçu une mission de combattants anti-sioniste, anti-juif. Les deux sont pareil pour ces jeunes, d’autant que la quasi-totalité des juifs sont sionistes. Jérémy Sydney était charmé par Dieudonné. Pour lui, c’était « le noir qui montre la voie ». Celui qui se bat pour la mémoire des esclaves, « mémoire volée par les adeptes de la religion shoatique ». Dieudonné, Stellio Cappo Chichi (connu sous le nom de Kémi Seba), Youssouf Fofana et dans un autre style, Mohamed Merah. Voilà les héros de ces types. »

L’homme abattu samedi matin à Strasbourg dans un échange de coups de feu avec des policiers venus l’interpeller était l’auteur présumé d’un attentat à la grenade contre une épicerie juive de Sarcelles. L’empreinte du suspect, identifié sous le nom de Jérémie Louis-Sidney, a été retrouvée sur la cuillère de la grenade défensive lancée le 19 septembre dans le commerce de produits casher, a indiqué le procureur de Paris, François Molins. Ce sont ces traces qui ont permis de remonter le réseau cible du coup de filet opéré ce samedi à Torcy, en Seine-et-Marne, à Cannes et à Strasbourg. Jérémie Louis-Sidney en était «l’objectif principal», a indiqué le patron de la Direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ), Christophe Allain.

Rejoignez les 24.500 amis de JSSNews sur Facebook !

Né à Melun en 1979, l’homme était connu depuis le printemps dernier par les services de renseignement. Condamné à deux ans de prison à Grasse en 2008, dans une affaire de trafic de drogue, il a été identifié par la DCRI comme un «délinquant converti à l’Islam radical», «appartenant à un groupe soupçonné de vouloir rejoindre les terres du djihad», selon les termes du procureur. Français d’origine antillaise, il était domicilié à Cannes, selon une source proche de l’enquête, qui précise que son appartement a été perquisitionné. C’est chez l’une de ses deux «épouses religieuses» où il séjournait depuis mercredi, à Strasbourg, que le trentenaire a été retrouvé par les enquêteurs, a précisé le procureur.

Armé d’un magnum 357, il a immédiatement ouvert le feu sur les policiers. «Il était très déterminé et a vidé le barillet» de son arme, blessant un policier au thorax, a indiqué François Molins. De son côté, le procureur de Strasbourg a dit sa conviction que Jérémie Louis-Sidney voulait probablement «finir en martyr», prenant pour signe le fait qu’il s’était rasé la barbe depuis son arrivée à Strasbourg. Un testament a été retrouvé chez lui, signe selon les enquêteurs qu’il était prêt à tout. «On savait qu’il était dangereux», a complété le patron de la DIPJ, ajoutant que les policiers pensaient pouvoir l’interpeller sans violence grâce à une «minute de surprise» lors de l’intervention matinale.

Son profil peut-il être comparé à celui de Mohamed Merah, auteur des tueries de Toulouse et Montauban en mars dernier? A la différence de ce dernier, Jérémie Louis-Sidney ne s’était jamais rendu à l’étranger pour combattre ou profiter d’un entraînement au djihad. «Il y a un point commun, c’est la radicalisation rapide de gens qui s’étaient signalés sous des profils de droit commun», note le procureur de Paris, qui s’est également occupé de l’affaire Merah. Comme Jérémie Louis-Sidney, le tueur de Toulouse avait été condamné pour des faits de petite délinquance avant de commettre des actes à caractère terroriste.

Maayan Smadja – JSSNews

 

 

( III ) Interview d'un Français musulman ( de la Martinique ) :

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=9-UcZ04fBCs

Les Antilles concernées par la vague islamique terroriste.
Les Antilles concernées par la vague islamique terroriste.
Les Antilles concernées par la vague islamique terroriste.
Les Antilles concernées par la vague islamique terroriste.
Les Antilles concernées par la vague islamique terroriste.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article