Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Je n'ai jamais vraiment redouté l'éclatement du Royaume Uni sous les coups de ceux qui, de bonne ou de mauvaise foi, adoptent les slogans de ceux qui veulent rayer de l'histoire, la vieille et grande Europe ( les deux adjectifs signifient clairement que par Europe je parle de celle de Shakespeare et de Montaigne, de Goethe et de Cervantès, non celle des scribouillards obscènes de Bruxelles.

Tout est bon, pour ces gens là, qui aimeraient détricoter politiquement le continent à l'ouest de l'Oural. Pour cela les mouvement autonomistes, espagnols, britanniques, français ont donné de la voix.

Même en Guadeloupe où notre pauvre Luc Reinette qui se croit gaélique depuis l'époque où ses « partisans » écrivaient en créole, sur les murs de la prison où l'avaient conduit ses intempérances, le comique slogan : « Lagé lik »!

Une chose aura frappé durant ces derniers jours c'est la désinformation des « grands » médias possédés par tout ce qu'il y a de « verts », de « rouges », de « roses » et de niais ( sans guillemets ). A les en croire, l'Ecosse occupée, l'Ecosse martyrisée, bafouée (et cetera ) allait se libérer de « l'oppression anglaise ».

Le résultat? Plus de 55% de NON à l'indépendance.

Complicité médiatique avec la subversion? C'est quelque chose que nous connaissons bien en Guadeloupe. Mais nous savons y faire. Et pour une fois d'accord avec le « gaélik », il faut bien reconnaître que la Guadeloupe a une grande influence sur la politique mondiale.

Et ce n'est point hasard si, cette nuit, sur la place principale d'Edimbourg, Cinq cent mille « nonnistes » hurlaient en coeur sur un air bien connu ( «  Ronm la cé sel...ekcétera » ) : «  Nous sommes tous Gwaloupéyens »!

 

Gérard O'Mélangchrous.

 

L'Écosse rejette l'indépendance

 

http://www.lefigaro.fr/international/2014/09/19/01003-20140919ARTFIG00021-referendum-en-ecosse-le-non-en-passe-de-l-emporter.php

 

Le suspense est terminé. Après une longue nuit pour les pro et anti, le «non» remporte le référendum sur l'indépendance de l'Écosse, avec un score de 55,3% contre 44,7% pour le camp du «oui», selon les chiffres officiels et définitifs. Pour remporter le référendum, l'un des deux camps devait obtenir plus de 1.852.828 votes. Le camp du «non» en compte 2.001.926 contre 1.617.989 pour le «oui».

Ces résultats sont tombés avec retard du fait de l'impressionnant taux de participation, qui s'établit à 84,6%. La tendance en faveur du «non» s'est toutefois dessinée très rapidement. Parmi les rares exceptions en-dessous des 80% de participation figure la ville de Glasgow, où elle s'est établie à 75%.

À Glasgow justement, plus grande ville de l'Écosse, les électeurs ont placé le «oui» en tête avec 53% des voix contre 47% pour le «non». Un écart insuffisant pour peser de façon décisive sur l'issue du scrutin. À Édimbourg en revanche, la capitale du pays, le «non» a écrasé le «oui» à 61,1% des voix contre 38,9%, rapporte The Guardian .

 

L'Ecosse « vomit » massivement l'indépendance.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Une fois de plus l'intox a parfaitement fonctionné : la vague dominante de l'intoxiquement correct était du côté du oui (tellement plus croustillant puisqu'il s'agissait de défaire). À l'arrivée, les allumés de l'indépendance "chic" ont en effet eu un chc. Un peu comme les simples d'esprit qui ont cru que "Moi président de la République" serait l'apparition d'une ère de gloire, de prospérité et de bonheur... Comme disait radio l'ombre : "Pomme pomme pomme pomme, les abrutis parlent aux abrutis..."
Répondre
M
L'Anglophone que je suis est ravie ...j'imaginais mal le Royaume "Uni" sans l'Ecosse...et avais remarqué bien sûr la prompte récupération de Luc Reinette..(.sans autre commentaire)...J'espère qu'on pourra de nouveau ..l'oublier?! Salut Max7
Répondre