Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Dans un récent article ( Les Français sont-ils des veaux? ) je disais comment, pour des lecteurs comme ceux du Scrutateur qui veulent faire valoir leur qualité de citoyens, autant que faire se peut, il est important de ne pas se comporter comme des militants de partis, c'est-à-dire des gens qui sont encartés, et dont les leaders savent d'emblée, que leurs voix ( et leurs énergies ) leur sont acquises quoiqu'il arrive; ou bien comme des opposants systématiques, et souvent irréfléchis, qui eux, pour des « raisons » que la raison ignore, sont et seront quoi qu'il arrive acquis à un candidat ( ou à une...candidate ) connu dès le début. Ces personnes là ne sont pas prises en compte dans les calculs des candidats qui ne perdent pas leurs temps envers des électeurs dont on sait, d'ores et déjà qu'ils vous sont, ou non, acquis, ou aliénés.

Il faut aussi se garder de se comporter en ludions, c'est-à-dire en personnes qui fluctuent en fonction de leurs humeurs du moment, et des rumeurs qui courent, et qui sont, surtout en périodes électorales, le pain quotidien, si j'ose dire, des malheureux électeurs assiégés jours et nuits, jusque dans leur for intime.

Ainsi, pour les gens qui lisent le Scrutateur, en partagent totalement, ou partiellement les valeurs, il est clair que dans l'élection présidentielle ( en 2017, ou peut-être avant, compte tenu de la conjoncture si défavorable pour Hollande et la gauche ) les désordres économiques ne seront pas les seuls à devoir être pris en compte pour la détermination de leur choix.

Ce que nous voulons, c'est que les gens qui se présentent à nous comme nos champions potentiels doivent le prouver clairement par des engagements.

Pour nous, l'école ne doit pas être un moyen de de propagande tendant à couper les enfants de l'histoire de France d'avant la révolution de 1789, ou/et d'extirper le christianisme de la culture française, comme le veulent les gens actuellement au pouvoir et comme le disait clairement l'ancien ministre François Peillon.

Idem, en ce qui concerne le fameux mariage pour tous ( voulu par des gens qui se moquent du mariage à l'image emblématique d'un Hollande ) quasiment instauré par le gouvernement Ayrault, sous la direction active et arrogante de C. Taubira est difficilement acceptable comme « fait acquis par des gens qui manquent de courage, et de convictions, comme A. Juppé ).

La droite aurait donc, réussi la performance de lancer dans les rues de Paris à trois reprise en huit mois, chaque fois un million de personnes, celles qui ont pu se déplacer, mais il y en avait beaucoup d'autres, pour se voir opposer par leurs soi-disant leaders une aussi piteuse fuite, résumée dans la formule «  c'est un fait désormais acquis par la société française ». M. Juppé se moque du monde!

Il faut donc que la société civile, comme on dit parfois, fasse savoir sa claire détermination de ne voter que pour des gens déterminés à agir sur le plan sociétal, et des valeurs.

Mais il nous faut comprendre que pour nos candidats putatifs ( ou supposés ) la partie est difficile dans un monde où la notion même de morale publique apparaît à beaucoup comme une vieillerie dépassée, la partie est difficile à jouer.

Nous devons là, jouer pleinement notre rôle par l'alternative claire suivante :

Ou vous défendez les valeurs qui sont les nôtres, et nous voterons pour vous.

Ou vous céderez aux sirènes de la décadence comme disait de Gaulle, et nous ne voterons évidemment pas pour vos adversaires ( dont nous ne voyons pas clairement en quoi vous vous distinguez d'eux ) mais nous ne voterons pas pour vous, et vous serez battus, ayant dès lors perdu et l'élection, et votre honneur ( si ce mot a encore un sens pour vous.

Donc, organisons nous, faisons valoir nos positions, apprenons à argumenter en leur faveur, à les formuler publiquement, sur internet et dans la vie de tous les jours. ( d'où l'importance, par exemple des commentaires sur les sites et blogs ).

En concluant ces quelques considérations je voudrais dire ceci :

  1. Informons nous longuement et ne nous emballons pas trop vite. Exemple : Sarkozy a-t-il réellement renoncé aux valeurs des opposants au « mariage pour tous », comme on l'affirme, à partir du Nouvel Observateur ( un journal de la gauche caviar ). La gauche a intérêt a ce qu'on le croit. Et Madame M. Le Pen aussi. Mais cela n'est pas sûr. Lire, à cet égard le premier des renvois publié ci-dessous.( La vérité sur les propos de N. Sarkozy ) .

  2. Sur le même sujet, ( l'attitude des partis à l'encontre du mariage pour tous ), est-il certain que le FN soit pur et sans tâche. Ainsi lors des manifestations de 2013, Marion Maréchal Le Pen, ( 23 ans ) était présente. Mais pas Marine Le Pen, la tante, qui est le n° Un du FN. Et l'attitude de ce parti ne serait pas très claire ( pas si différente de celle des autres partis ), notamment sous l'influence du n° 2 . M. Phillipot. Donc évitons la naïveté et les manipulations.

Le deuxième article cité plus bas, celui de Vincent Trémolet de Villers, est à lire aussi, avec attention.

Il montre que les gens de l'UMP auraient beaucoup à perdre en renonçant à la politique des « valeurs », indépendamment de leurs convictions personnelles, donc en se tenant sur le simple plan des calculs électoraux.

Il y a 60 ans, un film eut du succès. Il s'intitulait « Dieu a besoin des hommes ».

Si cela est vrai de Dieu, à quel point il s'avère que les politiciens ont besoin de nous.

A nous de jouer, en nous armant sur le plan du courage et de l'intelligence.

Après tout nous avons le plus souvent les élus que nous méritons. C'est pour cela que actuellement «  cé moun a goch là en ba fèy » .

Et nous? Oserons nous nous contempler dans nos miroirs, le moment venu?

 

Le Scrutateur

 

( I ) La vérité sur les propos de Nicolas Sarkozy

 

http://senscommun.fr/la-verite-sur-les-propos-de-nicolas-sarkozy/

 

Ecrit par Sens Commun sur 11 septembre 2014. Publié dans Accueil, Communiqués

Sens Commun dément les propos rapportés par l’article du Nouvel Observateur intitulé « Sarkozy et le fascisme en loden de la Manif pour tous«  daté du 11 septembre 2014. 

Il y a une semaine, Sens Commun a déjeuné avec Nicolas Sarkozy et a soulevé, comme il se doit, la question du mariage pour tous. Nicolas Sarkozy travaille activement sur ce sujet, comme sur beaucoup d’autres, et s’est montré très ouvert et attentif à nos arguments. Il a conscience de la fracture sociale profonde qu’a creusé la loi Taubira dans notre pays et a pris la mesure de l’attente de ceux qui ont manifesté contre ce texte. Il a demandé à Sens Commun de l’aider à travailler sur ce sujet complexe parce qu’il touche les consciences mais aussi parce qu’il a aujourd’hui des conséquences juridiques concrètes qu’on ne peut ignorer.

«Nous démentons les propos rapportés par l’article du Nouvel Observateur : à aucun moment, Nicolas Sarkozy n’a exclu de revenir sur ce dossier, au contraire », déclare Sébastien Pilard, président de Sens Commun, présent lors du déjeuner. « Nicolas Sarkozy est particulièrement attentif à la question de la protection des droits de l’enfant et absolument opposé à la PMA et à la GPA.»

L’expression « fascistes en Loden » est une citation de Jacques Attali à propos de La Manif pour tous que Nicolas Sarkozy a mentionnée précisément pour dénoncer cette intelligentsia de gauche qui n’a rien compris à la profondeur du mouvement social et se contente de caricaturer les millions de Français opposés à la « réforme de civilisation » promue par la gauche. 

 

En discutant avec Nicolas Sarkozy, Sens Commun est dans son rôle, qui est de défendre, auprès de tous les décideurs politiques de l’UMP, les convictions de la majorité des électeurs de droite.

 

 

( II ) Ne pas abroger la loi Taubira ? Une stratégie très risquée pour l'UMP selon Vincent Trémollet de Villers, dans le Figaro Vox. http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2014/09/13/31001-20140913ARTFIG00004-mariage-pour-tous-la-droite-et-sarkozy-a-l-heure-des-choix.php

 

 

"En vérité, [les responsables de l'UMP] voudraient tous passer à autre chose. Sept mille mariages gays ont été célébrés en 2013 et la crise économique impose, pensent-ils, d'autres urgences. La difficulté pour la droite est que cette loi est beaucoup plus qu'un simple texte législatif.
L'affaire est d'abord symbolique. Depuis 1984, nous n'avions pas vu de telles foules dans la rue contre un projet de loi. Trois manifestations de plusieurs centaines de milliers de personnes, une pétition avec 700 000 signataires: la lutte contre la loi Taubira a fait naître une génération politique. (...) [Sens commun, Fonder demain, les veilleurs... :] ces novices ont leur combat fondateur, leur «Mai 68 conservateur» (Gaël Brustier). Ils ne pourront pas laisser dire que cette mobilisation était vaine et rétrograde. (...)
L'enjeu, ensuite, est idéologique. Il plonge aux racines de la droite. Ne pas abroger ou revenir sur une loi aussi fortement disputée reviendrait à reconnaître un sens de l'histoire. À considérer que la gauche est «le parti de demain». Qu'il lui appartient de faire évoluer la société, quand la droite s'occuperait de la bonne gestion de l'économie et de la sécurité des personnes. Ne pas défaire ce que la précédente majorité a fait confirmerait, une nouvelle fois, la domination culturelle de la gauche. La légalisation de la PMA pour les couples de femmes, puis de la GPA apparaîtrait donc, à terme, comme des progrès inéluctables. (...)
Le score que l'on prête déjà à Marine Le Pen obligerait, dit-on, le candidat de la droite à se recentrer et à devenir un candidat de rassemblement et d'apaisement pour l'emporter largement au deuxième tour de l'élection présidentielle face à la candidate du Front national. Cela reviendrait à sacrifier une partie de l'électorat traditionnel de l'UMP, à la jeter dans les bras de Marine Le Pen (ou des abstentionnistes), pour gagner des suffrages au centre et à gauche. Refaire en grand ce qu'avait été l'ouverture (...) au début du quinquennat de Nicolas Sarkozy. La difficulté est que l'ancien chef de l'État a trouvé, depuis deux ans, ses meilleurs soutiens dans cette droite des valeurs. Peut-il prendre le risque de la décevoir?
Choix symbolique, doctrinal, stratégique: la manifestation du 5 octobre pour la famille et contre la GPA concernera donc moins François Hollande et le gouvernement que la droite et Nicolas Sarkozy."

 

A la décharge de N. Sarkozy ( par LS ).
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
heuuuuuuu...

vous devriez voir un candidat sous le prisme de sa valeur morale, pas sous le prisme de ses idées politiques, le principe laïque dissocie les pouvoirs spirituels et temporels pour vous permettre aussi de juger les politiques selon vos critères moraux, qui devraient primer sur les critères politiques, si on devait absolument rester rationnels dans l'approche que vous devriez avoir de la politique...

-L’Orgueil (superbia en latin) : attribution à ses propres mérites de qualités ou de comportements qui sont des dons de Dieu (intelligence, vertus, etc.)...c'est le propre du politique de vous faire croire qu'il sera votre champion, et il doit avoir l'orgueil d'en être convaincu

-L’Avarice (avaritia en latin) : accumulation des richesses recherchées pour elles-mêmes...c'est vrai, ce n'est pas la richesse que les politiques recherchent, ils le clament haut et fort...bon, ils sont soumis a l'ISF, et ne s'appauvrissent jamais de l'usage du pouvoir, mais bon...hein...

-L’Envie (invidia en latin) : la tristesse ressentie face à la possession par autrui d'un bien, et la volonté de se l'approprier par tout moyen et à tout prix (à ne pas confondre avec la Jalousie)...he he...ahhhh la la...l'envie ne fait pas partie du spectre politique...nann...

-La Colère (ira en latin) : produit des excès en paroles ou en actes : insultes, violences, meurtre...je ne rentre pas dans le sujet, mais bon, c'est le défaut de l'engagement politique même, qui implique une passion sujette a débordements....

-La Luxure (luxuria en latin) : plaisir sexuel recherché pour lui-même....DSK et tant d'autres qui usent de leur pouvoirs et de leurs positions pour en tirer des bénéfices de toute nature...

-La Gourmandise (gula en latin) : ce n'est pas tant la gourmandise au sens moderne qui est blâmable que la gloutonnerie, cette dernière impliquant davantage l'idée de démesure et d'aveuglement que le mot gourmandise. Par ailleurs, on constate que dans d'autres langues ce péché n'est pas désigné par un mot signifiant « gourmandise » (gluttony en anglais, par exemple)...l'appétit insatiable du pouvoir, la quête de tout candidat...c'est ce pêché là qui les fait briller autant aux yeux des élécteurs...

-La Paresse, anciennement l'acédie (acedia en latin). Le Catéchisme de l'Église catholique définit l'acédie, terme disparu du langage courant, comme « une forme de dépression due au relâchement de l'ascèse ». Il s'agit en effet de paresse morale. L'acédie, c'est un mal de l'âme qui s'exprime par l'ennui, l'éloignement de la prière, de la pénitence et de la lecture spirituelle...ou plus simplement le fait de céder à la facilité...en ne cherchant pas à aller prendre le risque de déplaire à ses électeurs, même si cela implique de faire n'importe quoi...
Répondre
L
Il faut enterrer Juppé, ce vieux truc ambitieux, qui ne l'oublions pas à emmener le sieur Jospin au pouvoir en dissolvant la chambre! Je ne lui pardonnerai jamais cela! C'était un mauvais 1er ministre, comment pourra-t-il être un bon président ?
Pour Sarkosy, attendons! Il faudra qu'il tienne la barre bien à droite s'il veut nos suffrages!
Répondre