Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

François Hollande est un personnage de vaudeville. Je ne m'en affecterais pas s'il n'était qu'un petit bourgeois ordinaire, en quête d'aventures plus ou moins rocambolesques et licencieuses, de jour ou ( surtout ) de nuit, en voiture, à cheval ou... en scooter. Ce serait son affaire, et cela ne m'empêcherait pas de dormir.

Il se trouve que ce gras-petit monsieur, a été fait « chef de l'Etat » par les soins de ceux qui veulent faire disparaître la France de l'histoire, en la transformant en objet de leur cupidité, grâce à leur parfaite maîtrise des moyens de « communication », ou de propagande sur un peuple abasourdi par « l'idéal » de consommation, ( en fait c'est de consumation qu'il faudrait parler ) qui nous obsède et nous abrutit.

En un peu plus de deux ans, dans une période il est vrai difficile, le matamore, et derrière lui, ses maîtres impitoyables, ont conduit notre pays à un état d'impuissance et de désolation comme on en avait rarement vu depuis des décennies.

Moins d'une semaine après la démission du premier gouvernement Valls ( de combat ! ), après un remaniement qui a permis la constitution d'un Valls II ( de combat !! ), voici que ce dernier, à l'occasion d'un vulgaire rassemblement de socialos, à La Rochelle, est quasiment déjà OUT!

On voit cette chose, qui serait étonnante sous tout autre gouvernement que socialiste : un premier ministre, bafoué par l'un de ses ministres, et non des moindres, qui, au mépris de toute discipline, en vraie mégère non apprivoisée, se solidarise avec les plus virulents adversaires du Valls II, se répand en vociférations provocatrices à l'égard du gouvernement ( dont elle fait partie ), et voit son agression excusée du fait qu'elle n'aurait pas franchie de ligne rouge ( AH ? ) et qu'elle ne serait pas membre du parti socialiste. ( Du PS, en effet! Mais...du gouvernement ? ).

Je crois que cela n'échappe plus à personne en France : que ce gouvernement est une association de minables, d'hommes sans caractère, et qu'il est condamné, à plus ou moins brève échéance à déchoir. Seules les conditions de cette déchéance ( selon des formes classiques et modérées, ou dans la violence et le sang ) sont encore imprévisibles.

Ce gouvernement ( comme celui d'Ayrault, précédemment ) est inconsistant et veule, et incapable, et irréformable.

La présence, naguère encore, en son sein de personnalités telles que Filipetti, Peillon, Bel-Kacem était déjà symbolique de la déchéance des autorités politiques françaises.

Celle de Taubira est encore plus significative. La France a déjà eu dans ses instances dirigeantes des hommes et des femmes de couleur, qui étaient souvent des personnes de très haut niveau et de grande qualité. Récemment Lucette Michaux-Chevry, Victorin Lurel, naguère, et à un plus haut niveau encore, le président Gaston Monnerville, et avant 1958, un Houphouet-Boigny. Et même un maire de Paris, à la fin du XIX ème siècle ( vers 1883 ) un métis, apparenté au poète J-M de Hérédia.

Ces personnes avaient leurs défauts humains. Mais jamais l'on n'avait vu parmi eux l'équivalent de la Taubira.

Cette femme n'occupe cette place que par la complaisance des idéologues qui nous gouvernent pour ce qu'ils appellent la diversité. Celle-ci n'est pas nouvelle en France, je viens de le rappeler. Mais elle n'était pas, avant François Mitterrand, l'idéologie liée à un pseudo antiracisme qui tend de plus en plus à remplacer dans l'électorat de gauche le monde ouvrier qui a quitté le PCF et le PS, ( au profit du Front National ), par des gens de couleur censés être les nouveaux damnés de la terre. ( D'où la politique d'ouverture aux immigrés de toutes sortes ).

Toute critique même justifiée à l'égard de ces personnes, est assimilée à du racisme, ou à de la « discrimination ».

Telle est la raison de la présence de C. Taubira dans les gouvernement successifs nommés par Hollande.

Aujourd'hui, cette dame, tel le monstre de Frankenstein, s 'émancipe, et se révèle pour ce qu'elle est : un trublion gauchiste et anti-français, qui pratique l'entrisme avec délectation.

Taubira c'est cette femme qui dénonce ceux qui critiquent une immigration incontrôlée, en les traitant de "racistes identitaires", mais qui, en Guyane ( voir les photos plus bas ) tient le langage qu'elle reproche aux autres.

Taubira ce n'est pas le grand ministre que disent ceux qui l'ont placée là où elle est ( et qui aujourd'hui s'en mordent les doigts ), c'est un personnage imbu de lui-même, prétentieux, snob, jouant les stars, se servant ( avec maestria, il faut le reconnaître ) de la sottise de ces bêtas parisiens « d'informateurs ».

Voyez-la se pavanant en vélo à l'entrée de l'Elysée pour les caméras, plastronnant sur le perron du même palais comme une étoile d'Hollywood, apostrophant vulgairement ceux qui la contredisent, comme une harengère, de sa voix haute et gutturale.

Contemplez la, s'écoutant, et jouissant d'elle même. Taubira jouit, en se regardant, s'écoutant, se dégustant, semblant, plus que tout autre mériter le surnom d'Automhédon ( de « autos », en grec qui signifie « soi-même », et de « hédonè », désignant le plaisir. A ne pas confondre avec « médon » qui dans la même langue veut dire «  commander sur » ), c'est à dire qui s'aime plus que tout, sorte d'onaniste ambulante ( et délirante ) qui aurait lu, et fait sienne cette pensée de Bernard Grasset :« Etre heureux c'est d'abord de jouir de soi-même ».

Il me semble que la conclusion de l'article du Figaro que vous aller lire ( voir le lien, ci-dessous ) voit bien le problème : « Parmi les soutiens de Manuel Valls, on s'attendait plus ou moins à un coup d'éclat de Christiane Taubira, mais pas forcément à La Rochelle. En début de semaine, le nom de la garde des Sceaux avait circulé aux côtés de ceux d'Arnaud Montebourg, de Benoît Hamon et d'Aurélie Filippetti parmi les partants possibles. «Taubira ne voulait pas partir noyée dans une collectivité, encadrée par Hamon et Filippetti. Ce n'est pas son niveau, elle se voit bien au dessus. Elle partira dans une singularité flamboyante», prévoyait un député PS ».

Il est à craindre que nos dirigeants actuels soient trop incultes pour saisir le danger que représente ce type de personnage et ignorent les analogies historiques avec d'autres onanistes politiciens.

N'est-ce pas l'empereur Néron, qui contraint au suicide pour échapper à la vindicte du peuple romain exaspéré par ses excès et son incompétence, tendit le bras à l'esclave qui devait lui couper la veine, et murmura : «  quel artiste le monde va perdre avec moi »!

 

Le Scrutateur.

 

Christiane Taubira défie Manuel Valls à La Rochelle

 

http://www.lefigaro.fr/politique/2014/08/30/01002-20140830ARTFIG00067-christiane-taubira-defie-manuel-valls-a-la-rochelle.php

 

A la Rochelle, c'est la curée. A Paris, il n'y a plus de gouvernement.
A la Rochelle, c'est la curée. A Paris, il n'y a plus de gouvernement.
A la Rochelle, c'est la curée. A Paris, il n'y a plus de gouvernement.
A la Rochelle, c'est la curée. A Paris, il n'y a plus de gouvernement.
A la Rochelle, c'est la curée. A Paris, il n'y a plus de gouvernement.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Michel 31/08/2014 04:44

Sans commentaires, tout est dit.