Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Cher lecteur, si vous êtes d'accord avec ce texte de l'Association SOS-Education, signez la pétition qu'elle met en ligne. Mieux, si vous êtes jeunes, et jeunes parents surtout, si votre mécontentement contre la décadence de l'institution scolaire, dépasse le niveau de la velléité, et si vous voulez vraiment être efficace, en tant que jeunes pères et mères de famille, pour l'avenir de vos enfants, de votre pays, prenez contact avec SOS-Education. Il faut s'engager, apprendre à militer, à peser sur les gouvernants. Pour cela il faut être forts, nombreux, organisés, sachant ce qu'on veut, décider à l'imposer. Il faut passer du niveau de la plainte, inefficace, à celui de l'action organisée. 

Prenez contact avec  SOS-Education. 

 

LS. 

 

 

SOS-Education en lutte pour sauver l'école en France.

 

 

Cher ami, chère amie,

Nous allons tout droit à la catastrophe : pour tenter de masquer l'effondrement général du niveau scolaire, le Ministre de l'Éducation nationale n'a rien trouvé de mieux que de proposer... la suppression des notes !

Casser le thermomètre, est-ce là ce qui rendra notre école moins malade ?

Alors qu'un enfant sur cinq, à l'entrée en sixième, est en situation d'illettrisme, cette proposition démagogique va rendre encore plus difficile le travail des professeurs, qui ne pourront plus évaluer, ni sanctionner.

Elle va décourager les élèves, qui vont perdre leurs repères pour progresser.

Elle va plonger les parents dans le brouillard : comment seront-ils alertés des difficultés de leur enfant ?


Il faut réagir, et tout de suite.

SOS Éducation, la plus grande association indépendante réunissant parents et professeurs pour recentrer l'école sur la transmission du savoir, lance une pétition pour sauver les notes.

Vous pouvez la signer ici, en suivant ce lien :
petitions.soseducation.org/sauvonslesnotes

Mais surtout,
partagez-la sur les réseaux sociaux, et envoyez-la à tout votre carnet d'adresses.

Si nous sommes des dizaines de milliers à nous mobiliser, nous pourrons mettre en échec ce projet dangereux, inspiré par des pédagogues délirants.

Les enfants ont besoin d'apprendre à bien lire, écrire et compter; et pour cela ils ont besoin que leurs progrès soient notés.

En leur nom, je vous remercie de votre engagement,

Vôtre,



Antoine Blondel
Responsable des relations parents - professeurs
SOS Éducation
petition suprression des notes

SOS-Education en lutte pour sauver l'école en France.
SOS-Education en lutte pour sauver l'école en France.
SOS-Education en lutte pour sauver l'école en France.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
L'école,ce n'est pas seulement un système anonyme d'acquisition de connaissances, évaluées en quelque sorte" statistiquement", c'est peut-être davantage le lieu des rencontres de l'élève avec un ou des professeurs et réciproquement.
Chacun, et jusqu'à l'historien Jacques Le Goff récemment décédé, reconnait le rôle essentiel qu'a eu un professeurt sur sa carrière mais aussi sa vie. Qu'il appelle "son Maître".
Inversement tel grand professeur évoquait les moments de vrai bonheur éprouvé lorsqu'il s'était rendu compte que son élève "avait dépassé le Maître".
C'est d'un autre ordre que la simple transmission d'un savoir , et dont la qualité donne à ceux qui ne se connaissent pas encore mais qui cherchent,des points d'ancrage et de réflexion,qu'ils conserveront leur vie durant et constitueront des principes de rigueur ou d'exigence dans les actes, même au mépris des apparences.
Pour bien vivre, le bien parler et le bien écrire ne suffisent pas, ni le bien compter mais savoir que même si l'on est faillible, il y a des choses qu'on ne fera pas, qu'il n'est pas possible de faire.
Je ne sais si l'Ecole d'aujourd'hui est susceptible d'initier une telle réflexion qui se poursuive toute une vie humaine. Et ce ne sont pas des réformettes à répétition qui pourront rétablir ce rôle, d'autant plus essentiel justement que la famille ferait défaut ou ne l'assurerait que partiellement.
Répondre
C
Les inquiétudes ne sont pas forcément dans le sens de celui dénoncé par le commentaires de cette association :
- D'abord un désintérêt pour le scolaire et l'acquisition de la culture ; une absence de suivi (avec ou sans note) des enfants par un trop grand nombre de parents qui semblent avoir des préoccupations plus importantes
- L"acquisition de compétences selon les piliers du socle commun n'est pas incompatible avec l'existence de notes et tel est bien le contenu des derniers textes officiels en ce sens ,et ce ne sont pas les Grrrrands pédalogues des médias qui vont bouleverser les pratiques. Si, dans un exercice, un barème attribue des points à chaque réponse attendue, on obtient une note chiffrée qui, comparée au total maximum possible, permet de déterminer si la compétence évaluée dans l'exercice est acquise ou en cours ou non acquise. Cela n'empèche pas de noter chaque élève, mais lui apprend à cerner ses difficultés et ses domaines de réussite. Et j'ajouterai que cela donne au professeur une idée du profil général de sa classe:
de ce qu'il doit travailler davantage avec ses élèves parce qu'ils ne le possèdent pas bien; et de ce qu'il peut ne pas traiter (ou plus rapidement) parce que ,finalement,la méthode est acquise: ils savent faire.
Sur plusieurs années,cela permet d'avoir une sorte de profil -type avec les acquis et difficultés d'un élève rentrant en telle ou telle classe et d'adapter son cours pour que le programme soit vu, tout en apprenant aux élèves ce qu'ils ne savent pas ou moins bien faire.(Ce qui normalement,est le rôle d'un professeur)
C'est aussi bien la tête bien faite que la tête bien pleine, non?? Et cela fonctionne depuis plus de 30 ans dans certaines disciplines...Parfois on dit en Guadeloupe: "lè bef vé pa rentré en bois,i ka touvé conn aï trop long"
LS cite souvent "en toute chose,il faut raison garder" et l'on semble s'attacher un peu trop à la forme en oubliant ou ignorant pudiquement? les problèmes de FONDS que soulèvent le gender à l'école par exemple?
Et la déconstruction de tous les stéréotypes avec la pénétration de trop diverses associations, de gens non formés,dans les murs d écoles qui devraient demeurées des sanctuaires, destinés d'abord à l'enseignement d'une vraie culture épanouissante ,et pas de mort...
Répondre