Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Une interview de Nicolas Sarkozy sera diffusée ce soir à 20 heures sur Europe 1 et TF1. Elle sera enregistrée cet après-midi. 


Gilles Bouleau et Jean-Pierre Elkabbach interrogeront l'ex-chef de l'État, mis en examen cette nuit dans l'affaire des écoutes

L'ancien chef de l'Etat a été mis en examen par des juges financiers pour trafic d'influence actif, corruption active et recel de violation de secret professionnel. Cette mise en examen est intervenue alors que Nicolas Sarkozy disait en être au stade de la "réflexion" quant à un éventuel retour en politique pour la présidentielle de 2017.

 

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/07/02/97001-20140702FILWWW00148-nicolas-sarkozy-s-exprime-ce-soir-sur-tf1-et-europe-1.php#xtor=EPR-31-[nicolas-sarkozy-s-exprime-ce-soir-sur-tf1-et-europe-1]-20140702-[titre]

 

L'analyse du Scrutateur.

 

Non partie prenante dans cette affaire, je ne peux m'empêcher de constater, outre le caractère artificieux d'une entreprise judiciaire fondée sur des écoutes illégales, la volonté claire d'intervenir, de façon biaisée, au nom de la justice ( évidemment ) dans le débat politique, au profit de ceux qui conduisent si bien le pays vers la ruine et la décadence. Autre constat, le but recherché est d'ores et déjà atteint ( pourtant le secret - légal - de l'instruction n'est pas respecté par les deux juges, en d'autres termes des « juges » qui prétendent rendre la justice dans le cadre de l'illégalité. ) à savoir : coaguler sur Sarkozy, et trois autres personnalités d'envergure ) la haine, de ceux qui ne tolèrent pas, à travers lui, une force ( imparfaite, certes. Je rappelle que je ne suis pas un « sarkoziste », c-à-dire un inconditionnel. Imparfaite, mais réelle, consistante et dangereuse pour eux) de résistance au socialisme dégénéré qui nous gouverne, et la frénésie palpable sur bien des réseaux sociaux, d'une multitude de gens qui croient penser en déversant sur un homme, le tombereau d'insultes graveleuses qui jaillit de leurs entrailles souvent putrides, et de leurs "intelligences" immatures. Hier, je voyais, à la télévision, le président de l'assemblée ( dite nationale ) le dénommé Bartolone, menacer ceux qui s'aviserait de critiquer le déroulement de l'action de la justice « républicaine ». Mais cet individu semble avoir oublié les sources de la « république » dont il parle, et que le représentant emblématique de cette « république » de 1792 à 1794, fut un certain Fouquier-Tinville, qui « expédiait » les accusés devant le tribunal révolutionnaire en dix minutes ( parfois moins ). Lorsque la machine à terreur devint totalement folle, et s'emballa, emportant dans son délire sanguinaire un peu tout le monde, et Saint-Just, et Robespierre lui-même, le tour dudit Fouquier-Tinville arriva. Lâchement, il se réfugia derrière le mythe d'un « sens de l'histoire », d'une « force des choses » dont il aurait été le jouet irresponsable, et demandant qu'il fut acquitté pour irresponsabilité ( « je ne fus qu'une hache dans les mains de la Justice » larmoya-t-il pitoyablement ). Il fut condamné, et ce fut ( peut-être ) justice.

En ces jours pitoyable de l'ère hollandiste, le ton est moins pompeux, moins dramatique, plus vile encore, à la mesure des chacals de la meute bobo/ socialo.

Certes, Nicolas Sarkozy n'est pas blanc de blanc; il n'est pas sans défauts. Mais je crois que les petits naïfs qui, sur les réseaux sociaux mêlent leurs pépiements d'oisillons « innocents » aux glapissements, et aux mucosités, glaires, et autres répugnantes excrétions de la horde devraient réfléchir avant de jacasser.

La situation de Sarkozy est pour l'instant difficile. Les chacals ne le lâcheront pas. Mais les bobos dit « de droite » ne le soutiendront pas non plus : les NKM, les Juppé, les Fillon. Ils ne pensent qu'au leadership de l'UMP. Les pauvres chéris. Leurs « amis » de la justice bobo/socialo, les jetteront après usage, comme prétendait agir un de mes élèves du début des années 80 ( de l'autre siècle ), disant alors ( maintenant il est papa et fort soucieux de l'avenir de sa progéniture ! ) : « pour moi, les filles, sont comme les kleenex, à jeter après usage » ( psc ). Ainsi « pensent » les Hollande, les Le Foll ( si bien nommé ), les Taubira (ministre de la justice. Tiens! Tiens! ), etc.

Et si j'avais un conseil à donner aux membres du Front National ce serait sur la question dont nous parlons de calmer leur égérie, et de lui conseiller à l'égard de Sarkozy davantage de prudence ( vertu politique ) et de retenue.

Si madame Le Pen croit pouvoir bénéficier le cas échéant, de voix anciennement sarkozistes ( en admettant que l'offensive actuelle du parti de la glaire ait réussi ) il ne faudrait pas qu'elle en rajoute par trop sur sa virginité propre ( politique, évidemment ).

Je lisais ce matin l'article d'Yves Morel dans l'excellent Politique Magazine. Dans la foulée d'une question : Le Front National pourrait-il gouverner seul? Il écrit :

 

"Seulement voilà, à peine élue, elle se verrait réduite à l'impuissance. Qui peut croire qu'à la faveur des législatives qui suivraient, elle serait capable de constituer une majorité parlementaire décidée à soutenir le gouvernement qu'elle aurait nommé ? Les législatives ne sont pas la présidentielle, et les électeurs n'enverraient pas une majorité de députés FN ou apparentés à l'Assemblée Nationale. Et les députés UMP acceptant de s'allier à eux, s'il s'en trouvait, ne seraient jamais assez nombreux pour former avec eux une nouvelle majorité. La tacite règle de psychologie politique qui veut que les électeurs donnent au président nouvellement élu la majorité dont il a besoin joue pour les grands partis du système bipolaire droite républicaine/gauche socialiste, non pour un parti jusqu'ici dépourvu de représentation parlementaire. Du reste, il est hautement prévisible que le corps électoral, effrayé de sa propre audace à la suite de l'entrée de Marine Le Pen à l'Elysée, aurait le « réflexe républicain » de voter en faveur de candidats de droite ou de gauche hostiles au FN, d'autant plus que toute la classe politique habituelle, l'intelligentsia, la presse et le monde de la « culture » l'y pousseraient en le persuadant de l'infamie de son choix présidentiel et en sonnant le tocsin annonciateur de la mort de la République, de la démocratie, de toutes les libertés, et de la place dans le monde d'une France qui passerait du rang de « nation des droits de l'homme » à celui de pays « fasciste », encourant l'opprobre mondial et isolé en Europe. Et tout cela dans quelle ambiance de crise, lourde de désordres, d'émeutes, voire de guerre civile larvée.

Marine Le Pen, à peine élue, incapable de gouverner, se trouverait donc acculée à la démission. Une nouvelle élection présidentielle suivrait, puis, peut-être, de nouvelles élections législatives, mais là encore dans quel contexte ! Nous vivrions une véritable crise de régime dont les conséquences pourraient se révéler dramatiques.

Or, nos hommes politiques ne semblent pas s'inquiéter de cette perspective, pourtant hautement probable. [...]

En 2017, les électeurs rejetteront les socialistes, mais, cette fois, ils ne donneront pas leurs suffrages à l'UMP, tout aussi discréditée, empêtrée dans ses affaires, divisée et sans personnalité marquante (Sarkozy ne fera pas illusion une seconde fois). Mais si Marine tire bénéfice de ce double refus, son succès n'aura que des conséquences catastrophiques.

La crise qui s'en suivra signera l'échec définitif d'un système fondé sur un idéal démocratique et social illusoire et une conception perverse du rôle de l'Etat, tyranniquement omniprésent dans la vie de la nation et de chaque Français, mais devenu totalement impuissant à protéger l'une et l'autre."


 

Fermeté dans la conjoncture pourrie que nous traversons, refus de parler à tort et à travers, en obéissant à nos pulsions d'humeurs, habilement suscitées ou manipulées par des spécialistes ( trotsko/Socialo/bobos ) de l'agit/prop, réfléchir tout simplement, même quand on est un militant de parti ( « le chef a toujours raison », c'était la démarche intellectuelle des militants, tant hitlériens que communistes, dans l'ancienne Allemagne de l'est ), tels doivent être les impératifs catégoriques d'un français digne de ce nom.

 

Le Scrutateur.

 

http://www.lefigaro.fr/politique/2014/07/01/01002-20140701ARTFIG00477-sarkozy-une-garde-a-vue-hors-norme.php

 

Sarkozy : une garde à vue hors norme

 

BONUS /

 

Lire un article sur le mur des cons, du Syndicat de la magistrature, dont au moins un des « juges » qui soumettent M. Sarkozy «  à la question » est membre actif.

C'est la « justice républicaine » de M. Bartholone ? Cliquer ICI : http://www.letemps.ch/Page/Uuid/1848333a-adaa-11e2-b66a-b670ab44db9e

Nicolas Sarkozy s'exprimera ce soir sur TF1 et Europe 1
Nicolas Sarkozy s'exprimera ce soir sur TF1 et Europe 1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Mur des cons, ou peloton d'exécution ? Les présumés juges ne se cachent même plus. Ce mur des cons, ce ne serait pas plutôt celui de la honte ? Autrement dit une certaine image de la justice qui refuse de donner droit aux légitimes poursuites d'un certain Xavier Kemlin contre certains... allez ! appelons ça délits d'initiés ? Quant à la mémoire du plus grand tricheur de l'histoire de France, à quand la démitterrandisation ?????
Répondre
C
Profil bas serait une meilleure stratégie.A rendre les français témoins de ses ennuis judiciaires il les exacerbera d'autant,sachant que son caractère impulsif et incontrôlable lui valut sa non réélection et provoque un rejet de l'homme au sein même de la droite.
Répondre
G
Profil bas? C'est en effet une des tendances du peuple français. On l'a vu s'exprimer en 1940. Ce ne fut pas celle que fédéra le général de Gaulle de 1940 à 1945.
"Caractère impulsif, et incontrôlable" de Sarkozy". c'est sur ce thème que fut élu cet homme incomparable d'intelligence, de maîtrise de soi", etc, etc, François Hollande.
Sarkozy rejeté au sein de la droite? Par Fillon, par Juppé, par ceux qui ne rêvent que d'être candidats à sa place en 1017. On comprend que les hollandistes leur tressent des couronnes.