Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Ce poème de 1890, n'est pas du meilleur Paul Valéry, alors encore très jeune ( alors, il n'a que 19 ans ). Mais c'est tout de même très honorable. Loin des nuisances de la politique, qu'il faut cependant affronter, je les offre aux lecteurs du Scrutateur en ce 24 juillet 2014.

Il s'intitule :

 

Dédié par LS à Adeline.

 

Les chats blancs.

 

Dans l'or clair du soleil, étirant leurs vertèbres,

-Blancs comme neige – on voit des chats efféminés,

Closant leurs yeux jaloux des intimes ténèbres,

Dormir – dans la tiédeur des poils illuminés.

 

Leur fourrure a l'éclair des glaciers baignés d'aube,

Dessous elle, leur corps, frêle, nerveux et fin,

A des frissonnements de fille dans sa robe,

Et leur beauté s'affine en des langueurs sans fin !

 

Sans doute ! Ils ont jadis animé de leur Âme

La chair d'un philosophe ou celle d'une femme,

Car, depuis, leur candeur éclatante et sans prix

 

Ayant l'orgueil confus d'une grande première

Les aristocratise en un calme mépris,

Indifférents à tout ce qui n'est pas Lumière !

 

Ce poème, très rare, figure dans les notes du premier volume des Oeuvres de Paul Valéry, à la page 1594 ). 

Après les quatre premières photos, LS a ajouté celle d'un GROS cousin, pas toujours porté sur la plaisanterie, et en contrepoint, celle d'un autre petit cousin, tout noir, et plutôt bordélique.
Après les quatre premières photos, LS a ajouté celle d'un GROS cousin, pas toujours porté sur la plaisanterie, et en contrepoint, celle d'un autre petit cousin, tout noir, et plutôt bordélique.
Après les quatre premières photos, LS a ajouté celle d'un GROS cousin, pas toujours porté sur la plaisanterie, et en contrepoint, celle d'un autre petit cousin, tout noir, et plutôt bordélique.
Après les quatre premières photos, LS a ajouté celle d'un GROS cousin, pas toujours porté sur la plaisanterie, et en contrepoint, celle d'un autre petit cousin, tout noir, et plutôt bordélique.
Après les quatre premières photos, LS a ajouté celle d'un GROS cousin, pas toujours porté sur la plaisanterie, et en contrepoint, celle d'un autre petit cousin, tout noir, et plutôt bordélique.
Après les quatre premières photos, LS a ajouté celle d'un GROS cousin, pas toujours porté sur la plaisanterie, et en contrepoint, celle d'un autre petit cousin, tout noir, et plutôt bordélique.

Après les quatre premières photos, LS a ajouté celle d'un GROS cousin, pas toujours porté sur la plaisanterie, et en contrepoint, celle d'un autre petit cousin, tout noir, et plutôt bordélique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article