Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Le péril islamiste, jusqu'en Polynésie française!  

 

 

Au Scrutateur, nous n'avons aucune prévention contre les personnes individuelles de confession musulmane en France. Surtout, quand ces personnes, jusqu'à maintenant une majorité semble-il, acceptent la nationalité française, et ses obligations ( la France est une nation laïque ). Mais nous ne saurions faire litière du FAIT qu'une minorité de plus en plus active se moque de la France, sauf des prestations sociales qu'elle distribue généreusement.

Cette réserve, forte, que nous formulons, est justifiée dans l'actualité toute récente, par le fait qu'un pourcentage important de joueurs de l'équipe de football d'Algérie lors du championnat mondial de football, vivent en France, mais jouent dans l'équipe de l'Algérie. Des commentateurs français du match de l'Algérie contre l'Allemagne, s'exclamaient niaisement à la télévision, en rigolant : «  ils parlent français entre eux, ils sont Français » ( hi hi hi ! ). Dans le même temps, en France, dans nos villes et banlieues des supporters exaltés de la diversité, drapeaux algériens en main, brûlaient les voitures, saccageaient des commerces ( légaux ), y compris d'ailleurs de boutiques appartenant à des travailleurs issus de l'immigration.

Et quand un homme politique français a souhaité la suppression en France de la double nationalité, il s'est aussitôt trouvé désigné comme xénophobe, raciste, et...d'extrême droite ( évidemment ).

J'affirme ici, que la première cause de cette anarchie des moeurs, et des esprits, provient, en France, beaucoup moins des immigrés dans leur ensemble, que dans le laxisme idéologique, et la complicité « d'élites » nationales de gauche, en premier lieu, mais issue aussi d'une certaine droite dégénérée, qui adopte le point de vue de ceux qui se servent de l'islam, et d'une immigration voulue et systématique, pour détruire notre pays, en le noyant dans des flots toujours plus nombreux de gens hostiles, à nos moeurs, à nos traditions, à notre histoire.

Les renseignements qui me parviennent, et qui sont ignorés de ceux qui se bornent, pour être informés, aux médias officiels, montrent avec quelle impudence, et quelle sournoiserie opère ce gouvernement pour faire aboutir son oeuvre de mort.

 

Lisez :

 

Le Scrutateur.

 

Courrier reçu ce matin le 05 juillet 2014:

 

 

Chers amis, 

 

Incroyable mais vrai : le président de la Polynésie française, Gaston Flosse, vient lui-même de signer cette pétition ce jour et met le Haut-commissaire face à ses responsabilités : faut-il une autre affaire Mehra en Polynésie pour que ce fonctionnaire d'Etat ait un peu de courage.

 

Si vous voulez nous aider, voici à nouveau l'adresse de la pétition lancée en Polynésie  pour interdire la présence  chez nous de l'imam autoproclamé al Balkani alors que les autorités américaines l'ont déclarées persona non grata aux USA car appartenant à une mouvance à visées terroristes.

 

Un autre scandale apparaît : c'est que si nombre de jeunes polynésiens servent sous les drapeaux au Mali, en Centrafrique, en Afghanistan et qu'on leur refuse une affectation dans leur pays, les militaires musulmans engagés sont eux affectés en nombre en Polynésie   !

 

Une manifestation publique d'envergure aura lieu samedi prochain dans les rues de Papeete.

 

https://secure.avaaz.org/fr/petition/A_monsieur_Gaston_Flosse_President_du_Gouvernement_de_Polynesie_Francaise_LEXPULSION_sans_delai_de_mr_Hicham_El_Berkani_//?launch

 

C'est par milliers que cette pétition en cours a été signée, mais faites encore circuler: nous avons reçu de nombreux soutiens de l'étranger d'endroits inattendus : Bahamas, Afghanistan, Maroc, Espagne, Brésil, Chili, Japon, USA, Nouvelle-Zélande, Australie, Belgique, Pays-bas et bien entendu France

 

 

 

Présidence de la Polynésie française

 

BUREAU DE LA COMMUNICATION

 

: yves.haupert@presidence.pf

1

 

Communiqué de presse

 

Mardi 17 juin 2014

 

Centre islamique de Tahiti

 

Le gouvernement n’apporte aucun soutien au projet de Mosquée ( il s'agit du gouvernement territorial, présidé par M. Gaston Flosse Note du Scrutateur ).

 

Au moment où le centre islamique de Tahiti entame en métropole une campagne de collecte de fonds en vue de la construction d’une mosquée à Tahiti, cette association sur sa page Facebook prétend avoir reçu un soutien officiel du Président de la Polynésie française. A cet effet, elle met en ligne un communiqué de la présidence en date du 15 octobre 2013. Ce communiqué pris hors contexte a été publié alors que l’ouverture du centre islamique suscitait une vague de protestation importante et que montait un fort sentiment islamophobe qui faisait craindre des débordements de nature à troubler l’ordre public.

La Polynésie française dans un souci d’apaisement des esprits n’a fait que rappeler les principes constitutionnels de liberté religieuse qui s’appliquent également en Polynésie française. En aucune manière cette position de principe ne peut être interprétée comme

un soutien officiel du Président à l’initiative d’ouvrir un centre islamique en Polynésie française.

Bien au contraire il s’est avéré par la suite, contrairement aux assurances de ses responsables, que si l’association avait correctement déposé ses statuts, en revanche le centre islamique lui-même, installé rue Gauguin, avait ouvert sans aucune autorisation de la mairie et en violation de la loi, ce qui lui valut d’être fermé sur décision du conseil municipal de Papeete.

Le Gouvernement de la Polynésie française ne saurait cautionner les agissements illégaux des promoteurs du centre islamique de Tahiti et demeure particulièrement vigilant, en tout état de cause, vis à vis d’initiatives extérieures dont on ignore la portée. Tout en rappelant son attachement à la liberté religieuse, le Président ne saurait cautionner une initiative qui masquerait une quelconque propagande islamiste.

 

-o-o-o-o-o-

 

La Présidence

De la Polynésie française

Troisème photo : M. Gaston Flosse.
Troisème photo : M. Gaston Flosse.
Troisème photo : M. Gaston Flosse.

Troisème photo : M. Gaston Flosse.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article