Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Quel que soit le souhait du lecteur, et en dépit des efforts forcenés de l'histrion Jean-Marie Le Pen, pour annuler la réforme interne du FN, c'est bien ce qui risque d'arriver si l'UMP devait persévérer dans la voie de garage où semble vouloir le conduire le trio Fillon ( niaiserie affichée ) Raffarin ( où le retour de «  l'esprit de la quatrième République », soit le cocktail de l'attentisme et de l'opportunisme ) et Alain Juppé ( ou le coliqueux néphrétique permanent ).

LS.

 

Tillinac : «Une droite cool, bobo peut faire monter le FN jusqu'à 40%»


 

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2014/06/09/31001-20140609ARTFIG00182-une-droite-cool-bobo-peut-faire-monter-le-fn-jusqu-a-40.php


 

FIGAROVOX/OPINION- Dans une tribune publiée par Le Figaro, le mardi 10 juin, l'écrivain Denis Tillinac appelle de ses voeux la renaissance des familles politiques qui composaient le RPR et l'UDF. FigaroVox en publie quelques extraits.


 

L'éviction sans abus d'élégance de Copé a remunèré des haines de sérail mais ne lèvera pas l'équivoque qui pèse sur la droite française depuis la création de l'UMP. Ce condominium sans âme où les dagues s'impatientent dans les fourreaux ne sait enfanter que des Iago ou des Scapin. La troïka en charge de sa refondation évoque les polit-buros de l'époque Brejnev: unité et impavidité de façade, rien de fringant, rien d'exaltant, rien de vivant derrière. Les personnalités de Juppé, Raffarin et Fillon ne sont pas en cause ; ils accommodent des restes à minima en surveillant le vibrionnage fébrile des partisans de Sarkozy.

À supposer qu'il s'empare de l'UMP, la droite ne s'en portera pas mieux. Lui non plus: un brocanteur ne donnerait pas cher d'un sigle aussi démonétisé. Si la déconfiture du PS ne profite qu'au FN, si la violence du conflit de légitimité entre Copé et Fillon n'a produit que des sketches de commedia dell' arte, c'est que l'existence même de l'UMP était sujette à caution. Elle l'est plus que jamais: ce parti cacophonise à fonds perdus parce qu'il prétend fédérer ce qui ne peut pas l'être. On voit poindre le projet d'une droite modérée et d'un centre unis sous une même bannière libérale, européenne, accommodante avec la modernité «sociétale» et qui idéalement s'étirerait de Juppé à Bayrou en passant par Raffarin, Larcher, NKM, Le Maire, Pécresse, Baroin, Chatel et les orphelins de Borloo...


 

Denis Tillinac.

 

( I ) Ce ne sont pas les pieds nickelés. ( II ) Autre image du triumverat . Triumvirat est un terme qui à l'origine désignait une fonction de la magistrature romaine composée de trois hommes. Ensuite il fut utilisé pour décrire l'alliance secrète ou publique de trois personnalités de poids égaux qui s'unissent pour diriger. Un des plus célèbres triumvirat de l'histoire est celui qui, au 1er siècle avant J6CH, se partagea le pouvoir à Rome. Il était composé de gens peut-être pas plus honnêtes  que les nôtres, mais d'une autre trempe. Il s'appelaitent Jules César, C. Pompée, et Crassus. Mais ça, c'était avant!
( I ) Ce ne sont pas les pieds nickelés. ( II ) Autre image du triumverat . Triumvirat est un terme qui à l'origine désignait une fonction de la magistrature romaine composée de trois hommes. Ensuite il fut utilisé pour décrire l'alliance secrète ou publique de trois personnalités de poids égaux qui s'unissent pour diriger. Un des plus célèbres triumvirat de l'histoire est celui qui, au 1er siècle avant J6CH, se partagea le pouvoir à Rome. Il était composé de gens peut-être pas plus honnêtes  que les nôtres, mais d'une autre trempe. Il s'appelaitent Jules César, C. Pompée, et Crassus. Mais ça, c'était avant!

( I ) Ce ne sont pas les pieds nickelés. ( II ) Autre image du triumverat . Triumvirat est un terme qui à l'origine désignait une fonction de la magistrature romaine composée de trois hommes. Ensuite il fut utilisé pour décrire l'alliance secrète ou publique de trois personnalités de poids égaux qui s'unissent pour diriger. Un des plus célèbres triumvirat de l'histoire est celui qui, au 1er siècle avant J6CH, se partagea le pouvoir à Rome. Il était composé de gens peut-être pas plus honnêtes que les nôtres, mais d'une autre trempe. Il s'appelaitent Jules César, C. Pompée, et Crassus. Mais ça, c'était avant!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Après le Directoire, un Imperator...
M. De Charette a mis sa plume au vent !
Répondre