Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Je publie, dans le texte en anglais qui m'a été communiqué ( suivi d'une traduction en français, qui n'a aucune prétention à la « scientificité » ) une analyse digne d'être considérée, et qui est commune au pape François, et au pape émérite Benoit XVI. Le Scrutateur en publiant ce texte veut contribuer, à éclairer ceux qui peuvent être parfois un peu désorientés par les thématiques idéologiques en cours, que l'on pourrait parfois adopter, en se fiant à leur intentions proclamées, de générosité, d'ouverture et de tolérance, et qui sont pourtant à l'origine de maints troubles graves dans l'actualité, que tous déplorent. Ainsi, nous arrive-t-il de chérir les causes ( non perçues, par manque de lucidité et des méthodes de décryptage nécessaires ) alors que nous hurlons de rage, et de douleur devant leurs conséquences nécessaires.

Le Scrutateur se veut un de ces instruments du décryptage. Il se veut au service de tous. Du moins de ceux qui, dans l'actualité recherchent autre chose que les « divertissements » habituels. ( rappelons que le mot « divertissement » vient du latin « divertere » qui signifie « détourner » ). Détournement du regard, par exemple, quand nous ne voulons pas voir ce qui obligerait, dans une perspective de salut, à des efforts, et à du courage.

 

Le Scrutateur.

 

http://www.lifesitenews.com/news/austrian-bishop-pope-francis-told-me-gender-ideology-is-demonic

 

Pope Francis strongly condemned “gender ideology” in a private conversation with Austrian Bishop Andreas Laun earlier this year, the bishop related in a recent essay.

In doing so, the pope follows in the footsteps of his predecessor, Pope Benedict XVI. Nearing the end of his pontificate, the pope emeritus spoke twice about gender ideology as “a negative trend for humankind,” and a “profound falsehood,” which “it is the duty of pastors of the Church” to put the faithful “on guard against.”

Pope Francis incense “In response to my questioning, Pope Francis said, ‘Gender ideology is demonic!’” Bishop Laun wrote in his essay, adding that the pope was not exaggerating in his comment. Steve Jalsevac/LifeSiteNews.com

Bishop Laun, auxiliary bishop of Salzburg, wrote about the words of Pope Francis in March in an essay for the German Catholic news publication Kath.net. Bishop Laun told LifeSiteNews that he met the pope briefly on January 30 as part of the Austrian bishops’ ad limina visit, a meeting with the pope that bishops must do every five years.  Laun added that he was the last of the bishops to speak with the Holy Father. 

“In response to my questioning, Pope Francis said, ‘Gender ideology is demonic!’” Laun wrote in his essay, adding that the pope was not exaggerating in his comment.  “Indeed, gender ideology is the destruction of persons, which is why Pope Francis was justified in calling it demonic,” he said.

Writing of gender ideology, Bishop Laun explained that “the core thesis of this sick product of reason is the end result of a radical feminism which the homosexual lobby has made its own.”

“It asserts that there are not only Man and Woman, but also other ‘genders’. And furthermore: every person can choose his or her gender,” he added.

“Today,” he said, “it is promoted by governments and VIPs and substantial amounts of money are spent on spreading it, even in teaching materials for kindergartens and schools.”

For more information on the subject, Bishop Laun encouraged the reading of the latest book by famed German Catholic sociologist Gabriele Kuby, Die globale sexuelle Revolution: Zerstörung der Freiheit im Namen der Freiheit (The Global Sexual Revolution: Destruction of Freedom in the Name of Freedom). 

Kuby, a long-time friend of Pope Benedict XVI, formally presented the now-pope-emeritus with a copy of the book in November 2012. “Thanks be to God that you write and speak (about these things),” Pope Benedict said to her.

For Kuby it is no shocking thing to call gender ideology demonic.

“Gender ideology is the deepest rebellion against God that is possible,” Kuby told LifeSiteNews. “Man does not accept that he is created as man or woman, no, he says, ‘I decide! This is my freedom!’ - against experience, against nature, against reason, against science!”

“It is the ultimate perversion of individualism,” she explained, “It robs man of the last remnant of his identity, that is, to be a man and a woman, after having lost faith and family and nation.”

“It is indeed diabolical,” she concluded, “that an ideology, which every person can discern as a lie, can capture the common sense of people and become the dominant ideology of our time.”

In his December 21, 2012 address to the Roman Curia, Pope Benedict gave an extensive warning on the use of the “term ‘gender’ as a new philosophy of sexuality.”

“According to this philosophy, sex is no longer a given element of nature, that man has to accept and personally make sense of: it is a social role that we choose for ourselves, while in the past it was chosen for us by society,” he said. “The profound falsehood of this theory and of the anthropological revolution contained within it is obvious.”

The pope continued:

People dispute the idea that they have a nature, given by their bodily identity, that serves as a defining element of the human being. They deny their nature and decide that it is not something previously given to them, but that they make it for themselves. According to the biblical creation account, being created by God as male and female pertains to the essence of the human creature. This duality is an essential aspect of what being human is all about, as ordained by God. This very duality as something previously given is what is now disputed. The words of the creation account: “male and female he created them” (Gen 1:27) no longer apply. No, what applies now is this: it was not God who created them male and female – hitherto society did this, now we decide for ourselves. Man and woman as created realities, as the nature of the human being, no longer exist. Man calls his nature into question.

Benedict XVI noted the philosophy’s harm on human dignity, family, and children. ”When the freedom to be creative becomes the freedom to create oneself, then necessarily the Maker himself is denied and ultimately man too is stripped of his dignity as a creature of God, as the image of God at the core of his being.”

Pope Benedict again addressed gender ideology a month later in a January 19, 2013 address.  “It is the duty of pastors of the Church,” said Pope Benedict, “to put the Catholic faithful and every person of good will and right reason on guard against the trend of these ideologies.”

“It is a negative trend for humankind, although it may be disguised by good feelings in the name of alleged progress, alleged rights, or an alleged humanism,” he said. “Thus the Church reaffirms her great ‘yes’ to the dignity and beauty of marriage as an expression of the faithful and generous bond between man and woman, and her no to ‘gender’ philosophies, because the reciprocity between male and female is an expression of the beauty of nature willed by the Creator.”


Traduction :

 

Le pape Francois a fermement condamné "l'idéologie du genre" dans une conversation privée avec l'évêque autrichien Andreas Laun qui avait publié, cette année, un essai .

Ce faisant, le pape suit les traces de son prédécesseur, le pape Benoît XVI. Vers la fin de son pontificat, le pape émérite avait parlé deux fois à propos de l'idéologie du genre comme d'«une tendance négative pour l'humanité», et un «mensonge profond", dont "il est du devoir des pasteurs de l'Eglise" de mettre les fidèles à son encontre.
"En réponse à mes questions, le pape Francois répond :« l'idéologie du Gender est démoniaque! "Mgr Laun dans son essai, ajoute que le pape n'avait pas exagéré dans son commentaire. Steve Jalsevac / LifeSiteNews.com

Mgr Laun, évêque auxiliaire de Salzbourg, a commenté les paroles du Pape Francois en Mars dans un essai pour la catholique publication allemande de nouvelles Kath.net. Mgr Laun dit LifeSiteNews qu'il a rencontré le pape brièvement le 30 Janvier dans le cadre de la visite ad limina des évêques autrichiens, une rencontre avec le pape que les évêques doivent faire tous les cinq ans. Mgr Laun a ajouté qu'il était le dernier des évêques à avoir parlé avec le Saint-Père.

"En réponse à mes questions, le pape Francis dit:« L' idéologie du Gender est démoniaque! "Laun dans son essai, ajoute que le pape n'avait pas exagéré dans son commentaire. "En effet, l'idéologie du genre est la destruction des personnes, et c'est pourquoi le Pape Francis était justifié de l'appeler démoniaque," a t-il dit.

Concernant l'idéologie du genre, Mgr Laun a expliqué que « la thèse centrale de ce produit malade de la raison est le résultat d'un féminisme radical que le lobby homosexuel a adopté pour ses propre s objectifs."

"Il affirme qu'il n'y a pas que l'homme et la femme, mais aussi d'autres« genres ». Et en plus: chaque personne peut choisir son sexe, "a t-il ajouté.

"Aujourd'hui", a t-il dit, "il est promu par les gouvernements et les VIP et des sommes d'argent considérables sont consacrées à la diffusion, même dans les matériaux d'enseignement dans les écoles maternelles et primaires."

Pour plus d'informations sur le sujet, Mgr Laun a encouragé la lecture du dernier livre de la célèbre sociologue catholique allemande Gabriele Kuby, Die Globale Sexuelle Révolution: Zerstörung der Freiheit im Namen der Freiheit (The Global Revolution sexuelle: Destruction de la liberté au nom de la liberté ).

Kuby, un ami de longue date du pape Benoît XVI, a officiellement présenté le désormais pape émérite avec une copie du livre en Novembre 2012. "Je remercie Dieu que vous écriviez et parliez (de ces choses)", lui a déclaré le Pape Benoît.

Pour Kuby il n'est pas choquant d' appeler démoniaque l'idéologie du genre.

"L' idéologie du genre est la plus profonde révolte contre Dieu qui est possible", a déclaré Kuby LifeSiteNews. «L'homme n'accepte pas qu'il soit créé comme homme ou femme, non, dit-il, je décide! C'est ma liberté »- contre l'expérience, contre la nature, contre la raison, contre la science"!

"C'est la perversion ultime de l'individualisme», a t-elle expliqué, "Elle prive l'homme du dernier vestige de son identité, c'est-à-être un homme et une femme, après avoir perdu la foi en la famille et en la nation."

"Il est en effet diabolique», conclut-elle, «que l'idéologie, que toute personne peut discerner comme un mensonge, peut obturer le sens commun des personnes et devenir l'idéologie dominante de notre temps."

Dans son discours du 21 Décembre, 2012 à la Curie romaine, le pape Benoît a donné un avertissement complet sur l'utilisation du "terme« genre »comme une nouvelle philosophie de la sexualité."

"Selon cette philosophie, le sexe n'est plus un élément donné de la nature, que l'homme doit accepter et auquel, personnellement, et donner un sens: il s'agit d'un rôle social que nous choisissons pour nous-mêmes, alors que dans le passé, il a été choisi pour nous par la société, » dit-il. ( « dit-il. C'est-à-dire le pape Benoit XVI, résumant la thèse centrale du Gender. Note du Scrutateur )."Le mensonge profond de cette théorie et de la révolution anthropologique qu'il contient est évident."

Le pape a poursuivi:

    « Les gens contestent l'idée qu'ils ont une nature, compte tenu de leur identité corporelle, qui sert comme un élément déterminant de l'être humain. Ils nient leur nature et décident que ce n'est pas quelque chose qui leur est donné antérieurement à toute conscience individuelle, mais ils prétendent le faire par eux-mêmes. Selon le récit biblique ils furent créés hommes et femmes, dans la participation à une même essence ( la nature humaine. Note du Scrutateur ). Cette dualité est un aspect essentiel de ce que l'être humain est tdans l'ordonnancement voulu par Dieu. C'est cette dualité comme quelque chose de très préalablement donné qui est maintenant contestée. Les paroles du récit de la création: «Homme et femme il les créa» (Gn 1:27) ne s'appliqueraient plus. Non, ce qui s'applique maintenant est ceci : ce n'était pas Dieu qui les créa mâle et femelle - jusque-là la société avait cru cela, maintenant nous décidons pour nous-mêmes. L'homme et la femme comme des réalités créées, comme la nature de l'être humain, n'existent plus. L'homme remet sa nature en question ».

Benoît XVI a souligné le préjudice de cette idéologie à la dignité humaine, à la famille et aux enfants. "Quand la liberté d'être créatif devient la liberté de se créer, alors nécessairement le Créateur lui-même est refusée et, finalement, l'homme aussi est dépouillé de sa dignité de créature de Dieu, comme l'image de Dieu au cœur de son être." ( souligné par LS ).

Benoît a de nouveau examiné l'idéologie du genre un mois plus tard dans une lettre du 19 Janvier, 2013 "Il est du devoir des pasteurs de l'Eglise", a déclaré le pape Benoît, "de mettre les fidèles catholiques, et toute personne de bonne volonté et de raison droite, en garde contre la tendance de ces idéologies."

"Il s'agit d'une tendance négative pour l'humanité, même si elle peut être masquée par de bons sentiments au nom du progrès présumée, prétendus droits, ou un humanisme présumé," a t-il dit. "Ainsi l'Eglise réaffirme son grand« oui »à la dignité et la beauté du mariage comme une expression de la fidèle et généreuse lien entre l'homme et la femme, et son pas de philosophies« genre », parce que la réciprocité entre hommes et femmes est une expression de la beauté de la nature voulue par le Créateur ".

 

 

Selon le pape François, l'idéologie dite du Gender est démoniaque
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ch Etzol 25/06/2014 02:40

"I had to be peripatetic eyes and ears, a kind of moving gelatin plate"
Après un voyage avec Rossinante au départ de Long Island aux alentours des années 60, Steinbeck semblait un peu pessimiste sur l'Amérique où je me trompe, dans les "travels with Charley,in search of America "

Cactus 24/06/2014 20:48

Tout aussi démoniaque,soutenir les immigrés qui accostent en Italie.

Maurice Yroko 24/06/2014 17:51

L'idéologie du genre est non seulement démoniaque, mais elle s'inscrit dans une chaîne d'intentions, de comportements et de puissance publique tout aussi démoniaque. Au moins la théorie du genre, par son caractère à la fois farfelu, grotesque et surréaliste suscite-t-elle, de manière élémentaire, toutes les défenses appropriées. Le contexte dans lequel s'inscrit l'idéologie en question et les méthodes de sa propagation est infiniment plus subtil, sournois et pervers. C'est comme si l'idéologie du genre était un os à ronger de manière à pouvoir oeuvrer à la fois en cachette et en pleine lumière par la puissance institutionnelle subvertie à des desseins maléfiques dont bien peu de gens peuvent avoir conscience, puisque "vus à la télé", "officiel" et officiellement propagandisés au point que les dénoncer est déjà un délit. La théorie du genre s'inscrit dans une théorie de la relativité qui conduit à mettre à égalité le bien et le mal, le mensonge et la vérité etc. N'entendez-vous pas, souvent même, relativiser les choses au point de pouvoir, d'un mensonge, prétendre que c'est une vérité, "sa" vérité. Bref ! le pli est pris de dire "ma vérité" pour dire "ma version". Réfléchissez-y, le travail de ruine des consciences, aussi bien cognitive que morale n'est est pas à son coup d'essai. La théorie du genre, c'est seulement l'éléphant qu'on veut faire entrer dans une boîte d'allumette. Mais il n'y a pas lieu de s'en étonner : tous les propagandistes de cette espèce-là sont comme leur maître en théorie de la communication, un certain Joseph Goebbels qui disait à peu près ceci : plus c'est gros plus ça passe. Et on le voit bien... Pour la petite histoire Hitler ne fut démasqué que par les Allemands quand l'Allemagne fut à genoux, détruite épuisée, ruinée, ravagée et surtout déshonorée.