Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Dieu! Que le monde est compliqué.

Qu'accorder les vues des particuliers à une vue correcte et objective est difficile. 

Et que l'exercice auquel notre collaborateur s'est livré, qui parraisait si simple au départ s'est avéré aussi impossible à réaliser que la réforme administrative auquel cet inconscient de Groland s'est attaché avec sa bande d'incapables. 

Pourtant de Gaulle et Joachim du Bellay avaient tout dit. voir ci-dessous : 

( I ) de Gaulle : 

« Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée de la France. Le sentiment me l’inspire aussi bien que la raison. Ce qu’il y a, en moi, d’affectif imagine naturellement la France, telle la princesse des contes ou la madone aux fresques des murs, comme vouée à une destinée éminente et exceptionnelle. J’ai, d’instinct, l’impression que la Providence l’a créée pour des succès achevés ou des malheurs exemplaires. S’il advient que la médiocrité marque, pourtant, ses faits et gestes, j’en éprouve la sensation d’une absurde anomalie, imputable aux fautes des Français, non au génie de la patrie. Mais aussi, le côté positif de mon esprit me convainc que la France n’est réellement elle-même qu’au premier rang ; que, seules, de vastes entreprises sont susceptibles de compenser les ferments de dispersion que son peuple porte en lui-même ; que notre pays, tel qu’il est, parmi les autres, tels qu’ils sont, doit, sous peine de danger mortel, viser haut et se tenir droit. Bref, à mon sens, la France ne peut être la France sans la grandeur. »

( II ) J du Bellay : 

France, mère des arts, des armes et des lois, 
Tu m'as nourri longtemps du lait de ta mamelle :
Ores, comme un agneau qui sa nourrice appelle, 
Je remplis de ton nom les antres et les bois.

Si tu m'as pour enfant avoué quelquefois, 
Que ne me réponds-tu maintenant, ô cruelle ? 
France, France, réponds à ma triste querelle. 
Mais nul, sinon Écho, ne répond à ma voix.

Entre les loups cruels j'erre parmi la plaine, 
Je sens venir l'hiver, de qui la froide haleine 
D'une tremblante horreur fait hérisser ma peau.

Las, tes autres agneaux n'ont faute de pâture, 
Ils ne craignent le loup, le vent ni la froidure :
Si ne suis-je pourtant le pire du troupeau.

 

Mais le niveau baisse. En voici la preuve expérimentale.Je vous livre ci-dessous ( voir photos ) les visions de la France par divers trous du C... 

Au bon sens, et à l'honnêteté traditionnelle ( ? ) a succédé une vision onusienne de notre pays. Et cela pour la seule France. Qu'en sera-t-il si l'on passe à des questions sur le reste du monde? 

Et paraît, qu'ils disent que nous allons vers un gouvernement mondial! 

Elie, Elie, lama sabachtani ! 

 

LS. 

 

Post Scriptum : Et puis, chers lecteurs, le petit discours ci-dessus n'a d'autre objectif ( sous son apparence sérieuse" ) que de présenter quelques images destinées à faire sourire, de nos préjugés et idées toutes faites, à tous. 

 

La France vue par les relativistes.
La France vue par les relativistes.
La France vue par les relativistes.
La France vue par les relativistes.
La France vue par les relativistes.
La France vue par les relativistes.
La France vue par les relativistes.
La France vue par les relativistes.
La France vue par les relativistes.
La France vue par les relativistes.
La France vue par les relativistes.
La France vue par les relativistes.
La France vue par les relativistes.
La France vue par les relativistes.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ch Etzol 06/06/2014 07:13

Et une qui mettra tout le monde d'accord : la France vue par un contribuable ? No man's land