Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Ce soir, au Brésil, c'était le deuxième match de l'équipe de France de football, dans le cadre de la coupe du monde.

France/Suisse. Prudente, j'avais prévu, pour parer à toute éventualité, que les p'tits suisses seraient peut-être plus difficiles à digérer que les Honduriens, fils d'arrière petits-fils d'Aztèques.

D'autres, encore plus prudents s'abritaient derrière leur ( prétendue ) science infaillible du jeu à 11 pour souligner que le Honduras, en coupe régionale des caraïbes Golden cup, ou quelque chose comme ça )  n'avait été vainqueur d'une sélection de la Guadeloupe que par un faible score de 2 à 1, façon de ne pas s'illusionner sur le 3/0 du math de la semaine dernière.

La Suisse, en revanche, était classée parmi les grosses pointures, au 6 ème rang de la hiérarchie mondiale.

Booof!!!, aujourd'hui ce 20 juin, l'équipe nationale a gagné par 5 à 2.

Et elle y a mis la manière. Du brio, de l'allure, de l'efficacité, de l'ardeur, de la fraternité, de la technique.....Bon! N'en jetons pas  davantge pour ne pas faire déborder la coupe.

D'autant plus que, aussitôt atteint le chiffre de cinq buts, nos chers garçons sont retombés dans le défaut national bien connu : une certaine satisfaction de soi, mêlée d'arrogance, dans lequel la Guadeloupe ( et la Martinique bien sûr ) atteint à la quintessence de l'essence française : «  nou pli fo ! ».

Les Suisses en profitaient, bien entendu, pour marquer deux buts. Certes les mérites des p'tits français n'en sont pas diminués, mais l'avertissement est clair. Il ne faudra pas jouer ce petit jeu là, face à l'Uruguay, à l'Italie, ou au Brésil.

Si tout le monde a bien joué, et mérité nos éloges, les Varanes, Valbuena, Matudi, Benzema, Giroud, et consorts, je crois que l'un des plus méritants dans ce succès et la montée en puissance de notre équipe n'était pas sur le terrain.

Il s'agit de Didier Deschamps, l'architecte de ce collectif, le grand frère, qui, avec sa réelle connaissance de la psychologie des jeunes ( nos vedettes ne sont, ne l'oublions pas, pour la plupart, que de grands adolescents ), semble ne leur avoir pas laissé perdre de vue qu'il était un chef, le maître de l'équipe, un peu jésuite sur les bords, ces jésuites dont l'art est de mener les hommes d'une main de fer avec un gant de velours.

S'il garde la main, et les gamins avec lui, alors tout est possible, et jou la poko vini pou ki pon on moun mété nou ajounou! ( Aaaah, ah! ).

 

Jeannély d'Hom-Autha. 

Foot. Du bol pour la France. ( par Jeannély d'Om-Autha ) .
Foot. Du bol pour la France. ( par Jeannély d'Om-Autha ) .
Foot. Du bol pour la France. ( par Jeannély d'Om-Autha ) .
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Funambule 24/06/2014 22:53

Equipe d'Afrique non de France.

Le Scrutateur 24/06/2014 23:06

Funambule, je censure très rarement. Aussi ai-je laissé passer ce commentaire sur l'équipe de France, ainsi que l'autre sur le jeune Darius.
Ne vous trompez pas sur la maison.

Ch Etzol 21/06/2014 01:47

Une vague ressemblance avec Astérix quand il veut empêcher Obélix de boire de la potion magique...
Pa ni dé mal Krab adan on mem tou:ah ! Cé moin ki chef !
La Hollandouille pourrait prendre de la graine, à l'occasion ... Nous respirerions un air pur !