Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Contrairement à certains, à droite, qui prennent Valls pour un homme de droite, confondant l'autorité et les coups de menton, une majorité de Français s'inquiètent. Pour les citoyens de plus en plus nombreux, y compris à gauche, c'est la personnalité même de Hollande qui pose problème. LS.

 

Manuel Valls Premier ministre : un choix loin de faire l'unanimité à gauche, l'UMP émet aussi des doutes, le FN critique déjà

 

http://www.atlantico.fr/decryptage/manuel-valls-premier-ministre-choix-loin-faire-unanimite-gauche-ump-emet-aussi-doutes-fn-critique-deja-1028926.html

 

 

L'échec a été si cuisant que François Hollande se devait de réagir. Si dans son esprit le président de la République ne voulait pas se passer de Jean-Marc Ayrault à Matignon, la débâcle des municipales a changé la donne. Le remaniement était nécessaire, le départ de son fidèle lieutenant aussi. Dès lors, qui nommé nouveau Premier ministre ? Toute la semaine dernière et jusqu'à lundi matin, le chef de l'Etat a multiplié les rencontres, écouter les avis des uns et des autres. Finalement, son choix s'est porté sur Manuel Valls. Une décision lourde de sens car l'ancien ministre de l'Intérieur a souvent choqué la gauche à son poste de premier "flic" de France.

Conséquence immédiate de cette désignation : les départs des deux ministres écologistes du gouvernement. En effet, Pascal Canfin (Développement) et Cécile Duflot (Logement) ont prévenu d'emblée qu'ils n'entendaient pas "participer à ce nouveau gouvernement"."Les idées portées par le nouveau Premier ministre depuis plusieurs années, notamment lors de la primaire du Parti socialiste ou comme ministre de l'Intérieur, ne constituent pas la réponse adéquate aux problèmes des Françaises et des Français (...) Avec franchise et lucidité, nous en tirons donc toutes les conséquences et n'entendons pas participer à ce nouveau gouvernement, que nous assurons de notre vigilance la plus haute mais aussi de notre solidarité, chaque fois que le cap choisi sera le bon", écrivent-t-ils dans un communiq bon", écrivent-t-ils dans un communiqué.


 

C'est peu dire que la nomination de Manuel Valls à Matignon inquiète l'aile gauche de la majorité. Mais pour tenter de la rassurer François Hollande  a annoncé aussi un "pacte de solidarité", qui est le pendant du pacte de stabilité. D'ici 2017, les cotisations sociales des salariés vont baisser. Le président de la République François Hollande a donné trois priorités au nouveau Premier ministre, : l'économie, la justice sociale et le rassemblement. Bref, l'ancien maire d'Evry, âgé de 51 ans, est à la tête d'un gouvernement "de combat". Pas de quoi apaiser Europe Ecologie-Les Verts (EELV) pour autant. Le parti, par le biais de sa secrétaire nationale Emmanuelle Cosse, a indiqué tard dans la soirée "attendre une clarification" de Manuel Valls "sur l'orientation du nouveau gouvernement" avant de décider de lui apporter ou non son soutien.

La patronne des Verts souligne aussi que la décision des deux ministre écologistes, Cécile Duflot et Pascal Canfin, de ne pas participer au futur gouvernement relève de la "cohérence politique". Elle estime aussi que l'allocution télévisée du président François Hollande et les "orientations présentées" montrent "qu'il n'a pas entendu le message des électeurs" lors des municipales. "Le choix de Manuel Valls est assez surprenant, compte tenu de l'analyse que l'on peut faire du scrutin (municipal) et de l'indéniable besoin de gauche qui s'est exprimé à l'occasion de cette élection", a réagi de son côté
Emmanuel Maurel, figure de l'aile gauche du parti socialiste.


Lire la suite ICI : http://www.atlantico.fr/decryptage/manuel-valls-premier-ministre-choix-loin-faire-unanimite-gauche-ump-emet-aussi-doutes-fn-critique-deja-1028926.html#O4Oe3svdSPZvtg83.99


 


 

Manuel Valls, 1er ministre : le choix discuté de Hollande.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article