Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Ruddy Alexis, soupçonné d'avoir tué le syndicaliste Jacques Bino, au cours d'une des soirées noires du sinistre février 2009, en Guadeloupe, avait été acquitté en 2012, par la cour d'assises de Basse-Terre. Appel de ce jugement avait été fait, et Alexis devait repasser devant une cour d'assises, mais à Paris.

Cette délocalisation semblait due, non sans raisons, au soupçon d'avoir cédé, pour les jurés Basse-Terriens, à certaines …..disons « pressions », de natures diverses.

Pour l'institution judiciaire, justice devait être rendue dans des conditions psychologiques meilleures.

Pour un certain nombre de « belles consciences » guadeloupéennes, il s'agissait pour la « justice coloniale » d'intimider à travers la personne d'Alexis, « le peuple Gwadloupéyen » en mawche vers son indépendance. «  yo voyé y an vent a bêt là, pou yo maré y, et nou evè y »!

Pourtant la cour d'assise de Paris a renouvelé l'acquittement d'Alexis, après une semaine où, dans les médias guadeloupéens, aucun propos des « ténors du barreau » n'a été épargné, - matin, midi et soir, - au peuple guadeloupéen, qui, lui, savait parfaitement à quoi s'en tenir au sujet de l'assassinat de Bino, d'où son indifférence.

La brochette d'avocats se réjouit et plastronne. Maître Démocrite, ancien grand bâtonnier de la confrérie des « zabocs », annonce, avec la courtoisie souriante ( qui le caractérise ordinairement ), son intention de continuer le combat contre la délocalisation des procès.

Et pourquoi donc, cette délocalisation, est tout à fait légale, et a pour fin, dans des cas rares, de permettre à la justice d'opérer, sereinement, loin des pressions qui peuvent s'exercer parfois, pressions feutrées, pressions violentes, que l'on connait bien en Guadeloupe chaque fois qu'un parti fascisant, un syndicat adepte de toutes les formes de violence, voit mis en cause, l'un de ses membres?

Maître Démocrite a ses raisons que la raison ne connait pas nécessairement.

Quoi qu'il en soit, Alexis est donc désormais déchargé, juridiquement, de tout soupçons, et....seul avec sa conscience.

Mais au fait, il a été acquitté au bénéfice du doute. Il y aurait donc un doute? Des raisons de douter?

Aaah ?

Quoiqu'il en soit, Jacques Bino est mort. Et les siens devront se contenter de la version officielle des faits. Pour toutes sortes de raisons, ils n'ont pas trop intérêt à se manifester. Yo, yo ka viv en Gwadloupe, yo pé pa réfugié yo an vent a bèt la. Zot compwann ? ».

Ce qu'ils savent c'est que sans le festival de violence interminable organisé, en février-mars 2009, par le LKP, ( en fait, par l'UGTG, de Domota, et de son amie de l'époque Christiane Taubira! ) leur parent ( et...ami ), serait encore de ce bas monde, et militant IGTG, puisqu'il en était, avant d'en devenir la victime accidentelle.

Il y a, nous dit-on, des « doutes » sur la culpabilité d'Alexis. Il n'y en a pas sur les raisons qui firent Bino, mais aussi son assassin, quel qu'il soit, se trouver dans les rues de Pointe-à-Pitre surchauffées jusqu'à l'incandescence, par qui l'on sait : Le LKP , alias UGTG et ses amis, dont la Taubira.

Comme d'habitude, les fautifs s'en sortent à leur avantage, et leurs victimes mêmes sont transformées en faire valoir de leur détestables ambitions.

Nihil novi, sub sole !

 

Jivénal dè Gwada. 

( 1 )  Jacques Bino. ( 2 ) Ruddy Alexis. ( 3 ) L'organisateur de l'ambiance en février 2009, et son ...amie, bien connue.
( 1 )  Jacques Bino. ( 2 ) Ruddy Alexis. ( 3 ) L'organisateur de l'ambiance en février 2009, et son ...amie, bien connue.
( 1 )  Jacques Bino. ( 2 ) Ruddy Alexis. ( 3 ) L'organisateur de l'ambiance en février 2009, et son ...amie, bien connue.

( 1 ) Jacques Bino. ( 2 ) Ruddy Alexis. ( 3 ) L'organisateur de l'ambiance en février 2009, et son ...amie, bien connue.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article