Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Le Scrutateur s'efforce, dans le paysage intellectuel et politique de la France en gésine, de faire entendre une voix. Ici, nous essayons, tantôt sérieusement ( mais sans trop d'esprit de sérieux, je l'espère ), tantôt, polémiquement, ce qui ravit beaucoup, ( ceux qui partagent nos vues ), mais en agace d'autres ( qui me le font savoir, mais qui reviennent, généralement, nous lire, ce qui est plutôt un signe de santé spirituelle ), tantôt humoristiquement ( je l'espère ), de mettre notre grain de sel, pour que de la gésine naisse ( accouche, ce qui est le sens même du mot « gésine ») une France pas trop mal foutue, enfin mieux que ce qu'elle est actuellement ( et ce, de plus en plus depuis trente ans ), pas trop indigne de son formidable passé, et de sa vocation ( un mot dont les jeunes ignorent trop souvent le sens, parce que les marchands d'orviétan font tout ce qu'ils peuvent pour le leur faire oublier ).

Les deux articles que j'ai sélectionnés pour les proposer à votre méditation, sont tous deux consacrés au catholicisme, aujourd'hui, en France.

Ceux qui renâclent au seul mot de catholique, je ne leur reproche pas leur opinion péjorative de « la chose ». Je regrette, si c'est le cas, qu'ils passent sans lire, c'est-à-dire, qu'ils ne cherchent pas à savoir ce qui est dit dans ces articles. Peut-être, s'ils connaissaient « la chose » même, et non l'infâme caricature, le dégoûtant brouet qu'on leur en a présenté, se réjouiraient-ils et rejoindraient-ils notre combat, partageraient-ils notre enthousiasme, ( car, s'il y a un conformisme, une bien pensance catho, une bien pensance athée, laïque et libertaire existe aussi, et les deux ont plus que des acquointances ) notamment en lisant ce que dit le premier article, celui du Figaro-Magazine.

Et peut-être prendraient-ils conscience de la réalité de ce que montre le deuxième article celui du site Atlantico.

Quoiqu'il en soit, je publie, je lance la bouteille à la mer. Il ne s'agit pas de l'acte d'un naufragé, isolé, mais de l'acte de combat et de charité ( nullement inconciliables l'un et l'autre ) d'un amoureux de sa civilisation ( qui, en l'aimant et l'admirant, ne nie aucunement les qualités et valeurs, du moins de certaines des autres civilisations qui se sont développées sous le soleil ), qu'il ne voudrait pas voir devenir un vulgaire marché de pacotille.

Lisons donc, chers amis.

 

Le Scrutateur.

 

( I ) Cathos et rebelles.

 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/04/18/01016-20140418ARTFIG00074-cathos-et-rebelles.php

 

L'Eglise de France traîne une mauvaise conscience. Elle ­regrette d'avoir «perdu» la classe ouvrière au cours du XXe siècle… Mais aujourd'hui, elle pourrait bien avoir perdu sa propre jeunesse! La cécité d'une partie des évêques à ne pas lire ce que leur vocabulaire appelle pourtant les ­ «signes des temps» est accablante. Depuis des mois, en ­effet, des catholiques de base, jeunes ou vieux, essentiellement des ­familles, se sont mobilisés par centaines de milliers face à des évolutions de société voulues par le pouvoir socialiste. Cependant certains prélats, et non des moindres, font mine de ne pas voir ce mouvement…

Une partie des évêques a certes compris et accompagné cette indignation massive en encourageant ouvertement la résistance, et en allant même manifester en personne. Mais une autre, dont l'actuelle direction de l'épiscopat français, est restée sur la réserve. En considérant que l'enjeu-la survie ou la disparition de la cellule familiale composée d'un homme et d'une femme et de ses enfants-ne ­valait pas ce dérangement. Pour trois raisons. L'Eglise, selon eux, avait d'abord tout à perdre, en termes d'image, dans ce combat «perdu d'avance» et d'arrière-garde, parce qu'il importerait, aujourd'hui, de «faire avec» l'évolution de la société. En s'engageant, l'Eglise risquait ensuite, d'après eux, de se faire récupérer, dans un combat purement politique, par la droite et l'extrême droite. Certains évêques, enfin, plutôt bienveillants pour le gouvernement socialiste, ne voulaient pas gêner son action, considérant la question du mariage homosexuel comme un débat de société mineur.

Seul problème:en composant avec le politiquement correct, ces évêques perdent leur crédit chez une partie des catholiques, surtout chez les jeunes qui, loin d'être «réacs», sont devenus d'authentiques «rebelles». Des insoumis «intérieurs» qui n'entrent dans aucune catégorie politique, encore moins celles de l'extrême droite. Mais qui comprennent mal pourquoi la hiérarchie catholique est si réticente à s'engager franchement sur les grands sujets de société, préférant se réfugier dans le non-dit plutôt que de mettre sur la table les désaccords qui ­divisent entre eux les évêques.

A Lourdes, les évêques se sont vivement expliqués

Sauf que, le 8 avril dernier, un petit ­miracle s'est produit à Lourdes. Réunis à huis clos lors de leur assemblée de printemps, les évêques de France se sont enfin expliqués«très franchement», selon leur porte-parole, Mgr Bernard Podvin, sur les sujets qui les divisent ­depuis deux ans.

La goutte qui fit déborder le vase épiscopal fut l'«affaire Brugère». Le 19 mars dernier, cette philosophe, disciple de ­Judith Butler-la papesse américaine de la théorie du genre-était l'invitée de la conférence des évêques, à Paris, pour une journée de formation des responsables diocésains de la pastorale familiale… Fabienne Brugère devait certes s'exprimer sur le care, le «soin» à porter aux autres, une de ses spécialités, et non pas sur le genre.

Mais le fait qu'elle ait été choisie par la directrice du service ­Famille et Société de la conférence des évêques, Monique Baujard, fut perçu, à juste titre, comme une véritable provocation par plusieurs évêques et délégués diocésains. La polémique s'enflamma au point que cette conférence fut déprogrammée par l'évêque en charge de la ­famille, Mgr Jean-Luc Brunin, qui avait toutefois couvert cette invitation. Ce qui ouvrit alors un autre incendie: les ­tenants de «l'ouverture» accusèrent les protestataires de refuser le dialogue avec la société, certains dénonçant une «reculade» de l'épiscopat devant une «extrême droite» infiltrée dans l'Eglise via la Manif pour tous!

On aurait pu penser que ce manque de discernement, de la part du service ­Famille et Société de l'épiscopat, conduise à des changements. Il n'en a rien été. Non seulement Monique Baujard a prévenu que ce recul représentait un «pas de côté et non un pas en arrière», une étape stratégique, donc, pour poursuivre, à l'intérieur de l'Eglise, le travail visant à amener les fidèles à aborder autrement les questions familiales. Mais à ­Lourdes, Mgr Brunin, président du conseil Famille et Société de l'épiscopat, dont le mandat arrivait à échéance, a été reconduit pour un nouveau mandat par ses pairs.

Des évêques distants vis-à-vis de la Manif pour tous

Depuis le remplacement du cardinal André Vingt-Trois, en avril 2013, par Mgr Georges Pontier, à la présidence des évêques, une nette distance s'est installée vis-à-vis des acteurs de la mobilisation contre le mariage gay.

La discussion franche de Lourdes, le 8 avril, n'a rien changé. Si les évêques partent du même constat - la famille classique est battue en brèche par les évolutions de société -, les uns, comme les cardinaux Vingt-Trois et Barbarin et beaucoup d'évêques, tels Mgr Brouwet et Mgr Rey, pensent que c'est une raison de ne pas baisser les bras;d'autres, comme Mgr Brunin, estiment que l'Eglise ne doit plus privilégier une vision unique de la famille, mais prendre en compte toutes ses formes en les mettant sur même plan. Cette prudence, voire cette peur, la jeune génération des catholiques français ne la comprend pas.

Engagée depuis un an et demi contre la loi Taubira, elle a inventé de nouveaux moyens de mobilisation, aiguillonnée par un gouvernement qui a commis l'erreur d'enfiler des gants de boxe pour lutter contre un judoka:en clouant violemment au sol ces jeunes ­cathos, il a éveillé en eux une conscience citoyenne. Mais cette génération n'est pas née de manière spontanée au cours des manifs de ces deux dernières années. Elle vient de beaucoup plus loin.

Car la clé de cette génération inédite n'a d'autre nom que l'intériorité… Rebelles éthiques, ces jeunes solidement établis puisent leur oxygène dans une oasis intérieure de… prière et de culture. Prière? Deux enquêtes, réalisées de ­façon séparée et avec des méthodologies différentes, en 2011, par La Croix et ­La Vie, et qui visaient à dessiner le portrait-robot des jeunes des JMJ sont arrivées au même résultat.

Ce qui fait la force de la génération des jeunes catholiques d'aujourd'hui est que la foi ne s'y est pas transmise à travers les mouvements d'Eglise estampillés Action catholique, mais, à 99 %, au cœur des… familles. Et en particulier à travers les parents qui, eux-mêmes, appartenaient à la fameuse «génération Jean-Paul II». Une génération qui avait 20 ans il y a trois décennies, et qui fut marquée à vie par l'élan missionnaire donné à l'Eglise par le pape polonais et par son souci d'encourager les familles chrétiennes.

L'héritage de la génération Jean-Paul II

Les jeunes catholiques actuels ne sont donc pas sortis du pavé parisien. Ils ont reçu et continuent de recevoir de la ­génération précédente une vision de l'Eglise plus unie, plus pacifiée et plus spirituelle, affranchie des vieilles querelles internes des années 1970 entre progressistes et traditionalistes. A la manière de Jean-Paul II, les parents des jeunes d'aujourd'hui ont préféré bâtir, construire, aller de l'avant, découvrant dans l'Eglise une maison pas si ­dépassée que cela, et qui a su adapter tradition et modernité pour une présence renouvelée à la société. En un mot, Jean-Paul II a su redonner aux chrétiens une vraie fierté d'être catholiques. Cet héritage exerce encore des effets concrets.

Du coup, les enfants de cette génération, âgés aujourd'hui de 16 à 30 ans, sont avant tout des pratiquants. Ils le sont à 90%! Ils peuvent ne représenter que 1% des catholiques pratiquants de toute la France, mais ils ne vont pas à l'église le dimanche par habitude ou par réflexe social et culturel:ils s'y rendent pour obéir à une nécessité intérieure. ­

Indice très surprenant, mais très caractéristique de ces nouveaux jeunes catholiques, un nombre significatif d'entre eux-6%-se rend à la messe tous les jours! Le phénomène est certes urbain, mais néanmoins bien réel. Il n'est pas rare de voir dans les églises, en semaine, à côté du stéréotype de la vieille dame ­fidèle à la messe quotidienne, des étudiants en baskets et tee-shirt, cheveux ébouriffés mais à genoux, plongés dans le recueillement…

Car ces jeunes ont quelque chose de mystique. Pour 80% d'entre eux, la foi chrétienne est d'abord une façon de ­vivre «une plus grande proximité avec Dieu». Et, toujours selon ces enquêtes, 77% donnent à l'Eucharistie (la croyance catholique en la «présence réelle du Christ» dans l'hostie, consacrée et consommée au moment de la communion) une place «essentielle» ou «très importante» dans leur vie. Et, puisque cette question de l'Eucharistie est un marqueur catholique, les jeunes de cette génération se sentent «catholiques» à 72% avant d'être «chrétiens». Un même sondage, dans les années 1970, aurait donné un résultat inverse:il était alors de bon ton de se dire «chrétien» avant d'être «catholique».

Les jeunes Français, en août 2011, étaient 50 000 aux JMJ de Madrid.

Ces jeunes, enfin, dans une moindre proportion, mais toutefois majoritaires, se disent à l'aise, pour 58% d'entre eux, avec l'enseignement moral de l'Eglise catholique. On retrouve donc là, presque trait pour trait, le profil d'une génération qui ne serait plus celle de Jean-Paul II, pape que ces jeunes ont connu comme un vieillard, mais une authentique «génération Benoît XVI», identifiée catholique et soucieuse de mener une vie spirituelle approfondie autour du mystère de l'Eucharistie, deux axes ­majeurs du pape allemand.

Cette confiance dans l'Eglise s'exprime aussi fortement, aux yeux de cette génération, à travers la figure du prêtre. Si on leur demande, par exemple, de citer «une personne de référence», ils sont 62% à citer le nom d'un prêtre! Apparaît là-à côté de leurs parents-une seconde ­filiation. Cette génération n'existerait pas et ne serait pas aussi convaincue sans le témoignage de prêtres, qui ont aujourd'hui entre 30 et 50 ans et qui ­furent eux-mêmes touchés par le pontificat de Jean-Paul II. Il faut en effet une petite dizaine d'années pour «faire» un prêtre. Le clergé «Benoît XVI», si l'on peut dire, pape élu en 2005, commence seulement à sortir des séminaires. C'est donc bien le clergé «Jean-Paul II» qui, depuis une bonne vingtaine d'années, est à la manœuvre.

Ces prêtres sont moins nombreux que leurs prédécesseurs, mais ils déplacent les montagnes. Il faudrait citer des centaines de noms. Ainsi le père Ronan de Gouvello, qui a réveillé le sanctuaire de Rocamadour en inventant des formules attractives de pèlerinages pour les jeunes. Ainsi l'abbé Pierre-Hervé Grosjean, fondateur, avec deux confrères, du site Padreblog, mais surtout créateur de l'université d'été Acteurs d'avenir, qui attire des dizaines d'étudiants avides d'un regard chrétien sur la société. Ainsi le père Alexis Leproux, fondateur du groupe Even, qui, chaque lundi soir, dans la nef bondée de l'église Saint-Germain-des-Près, ­propose une catéchèse systématique de la foi catholique.

Parmi les Veilleurs, les cathos sont nombreux

Par ces prêtres, des milliers de jeunes bénéficient d'une formation continue de la foi et sont incités à traduire celle-ci en acte. Car ces jeunes cathos, avant tout spirituels, font aussi la preuve de leur capacité et de leur volonté à s'engager dans la société, comme l'a démontré par exemple le mouvement des Veilleurs. L'un des leaders, Gaultier Bès de Berc, issu de l'Ecole nationale supérieure, est agrégé de lettres. Pendant les veillées, il a lu Antonio Gramsci (1891-1937), cet Italien qui fut l'un des grands théoriciens du marxisme et qui avait compris que la lutte politique la plus efficace passait par la culture et les idées.

Cette arme redoutable a donc été ­maniée, avec brio et sans agressivité, par ces jeunes cathos. «Nous voulons agir dans la culture», confirme Axel Rokvam, cofondateur des Veilleurs, mouvement dont le but est de «susciter une révolution intérieure et spirituelle» en récusant «toute étiquette politique» et sans mélanger les genres, respectant la laïcité. C'est ainsi que ces milliers de jeunes Veilleurs-il existe 200 groupes actifs en France-n'ont jamais fait profession d'une ­appartenance religieuse.

Spirituelle et cultivée, cette nouvelle génération qui s'affirme catholique sans aucun complexe dérange une partie des évêques, mais elle se sent ­libre vis-à-vis de la hiérarchie. Elle ­intéresse les partis politiques, en particulier à droite, mais elle aime son ­indépendance.Dénuée de leader officiel, elle se défie des querelles de chefs, comme celle qui a agité la Manif pour tous. Bien que minoritaire, elle apparaît comme un signe avant-coureur d'un possible réveil du catholicisme en France. Convoitée, surprenante, inspirée, cette génération d'insoumis est une pépinière de talents. Elle n'a pas dit son dernier mot.

 

 

( II ) Cet héritage judéo-chrétien si bien assimilé que la France finit par l’oublier… voire par le nier

David Cameron a récemment dénoncé les "non-croyants qui sous-estiment le rôle de la religion nécessaire pour élaborer un code moral". Le Premier ministre britannique remet ainsi sur la table la question de l'héritage religieux dont les Occidentaux sont pétris, et mêmes les plus athées et anticléricaux d'entre eux.


Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/cet-heritage-judeo-chretien-bien-assimile-que-france-finit-oublier%E2%80%A6-voire-nier-michel-maffesoli-christophe-geffroy-1047728.html#LzLPo810QTyEFMR3.99

 

 

Atlantico : Le Premier Ministre David Cameron a récemment fait parler de lui en évoquant sa foi chrétienne ainsi qu'en dénonçant les "non-croyants qui sous-estiment le rôle de la religion nécessaire pour élaborer un code moral". Un fait qui peut étonner de la part d'un dirigeant européen libéral à l'heure du XXIe siècle. quels sont encore les héritages "visibles" de notre passé judéo-chrétien ? Comment a-t-il évolué (ou non) sur les dernières décennies ?

Christophe Geffroy : En réalité, les héritages de notre passé judéo-chrétien sont partout présents et même les plus anticléricaux ne semblent pas réaliser que nombre de principes auxquels ils tiennent par-dessus tout proviennent du christianisme. Un livre remarquable l’a récemment abondamment prouvé, celui de Chantal Delsol, Les Pierres d’angle (Cerf), que j’invite vos lecteurs à lire si le sujet les intéresse. En effet, ces « pierres d’angle » de notre civilisation, Chantal Delsol en énumère quatre principales : le respect de la dignité de la personne humaine, la démocratie, la liberté de penser et la notion de progrès.

Le concept de dignité humaine n’a pu éclore que parce que le christianisme a développé la notion de personne, par analogie avec les trois personnes de la Trinité, et parce que cette personne est créée par Dieu à son image (cf. Gn 1, 26-27). En rejetant le christianisme, on veut toujours la dignité humaine, mais on ne sait plus ce qui la fonde ; et celle-ci n’étant plus conférée de l’extérieur, d’une façon transcendante, c’est donc l’homme lui-même qui en est juge, d’où la porte ouverte à l’arbitraire et à toutes les dérives qui apparaissent aujourd’hui.

De même, l’égalité fondamentale des hommes devant Dieu postulée par le christianisme a permis à l’homme de s’émanciper des contraintes du groupe et a donc permis les conditions de la liberté individuelle qui est le terreau indispensable de la démocratie ; que cette émancipation de toute autorité supérieure ait été trop loin est une autre question, il n’empêche que c’est bien dans l’ère de la civilisation judéo-chrétienne et nulle part ailleurs que s’est développée la démocratie et l’on pourrait dire la même chose des autres « pierres d’angle » que j’ai évoquées.

Michel Maffesoli : C’est essentiellement en France que ce genre de propos (proches d’ailleurs de ceux que le président Sarkozy avait tenus lors d’une visite à Rome, sur la prééminence du rôle éducatif du curé sur celui de l’instituteur) choque. On sait que dans les pays anglo-saxons, l’affirmation de son appartenance religieuse fait partie des règles de sociabilité habituelles, mais ce qui coexiste d’ailleurs avec une grande diversité des pratiques religieuses.


 

La France est dans une situation paradoxale : de son rôle de “fille aînée de l’Eglise” elle a hérité une propension au monothéisme qui se retrouve d’ailleurs chez les catholiques traditionnels comme chez les tenants d’un laÏcisme rigoureux ; mais ce combat a également conduit à vouloir extirper de l’espace public toute référence religieuse.

Quoi qu’il en soit, c’est vrai que les grandes religions du Livre (Catholicisme, Protestantisme, Judaïsme, Islam) ont élaboré un ensemble de règles morales très approfondi : les Dix commandements de l’Ancien testament sont repris par les Juifs et les Chrétiens et le Coran définit également des devoirs moraux.

Ces règles qui stipulaient comment vivre sur terre pour gagner le salut (ce que j’appelle “l’économie du salut”) ont perdu de leur force transcendante. Mais la référence à leur origine religieuse subsiste. Ne dit-on pas d’ailleurs “un saint laïc” pour parler d’un incroyant qui se conduit bien ?

Comment expliquer cette persistance des symboles chrétiens à une époque "déchristianisée" ?

Christophe Geffroy : Cela s’explique précisément par ce que je viens d’expliquer de façon trop succincte : les choses auxquelles nous tenons le plus dans notre civilisation sont inhérentes, consubstantielles au christianisme, l’antichristianisme qui sévit actuellement ne peut donc en venir à bout sans renier les principes de base que tout le monde veut conserver. Le problème qui apparaîtra inévitablement si l’on continue dans cette voie, à savoir de combattre plus ou moins sournoisement le christianisme, c’est que ces principes auxquels nous croyons n’auront plus d’appui et risquent fort de s’effondrer ou d’être totalement vidés de sens. Prenons l’exemple de l’anthropologie : aujourd’hui nous en sommes arrivés à ne plus savoir ce que c’est qu’un homme ; d’un côté il est réduit au rang d’un simple animal, à un amas de cellules manipulables à merci, et, d’un autre côté, on l’entoure d’un culte comme un objet sacré, invoquant à tout-va des droits de l’homme en fait vidés de leur substance en les multipliant à l’infini !

Michel Maffesoli : La déchristianisation est, sur la longue période, relativement récente : elle débute au XVIIIème siècle, dans une petite élite pour s’étendre peu à peu, massivement depuis la Seconde Guerre mondiale.

Mais elle prend différentes formes : dans les pays d’Amérique latine comme en Afrique, c’est plutôt une forme de syncrétisme, mêlant toutes sortes de croyances ; ainsi au Brésil, malgré l’avancée importante des évangélistes protestants, très fondamentalistes, les pratiques des nouveaux convertis par rapport aux cultes afro-brésiliens (candomblé) ne disparaissent pas, au contraire.

En Europe, cette déchristianisation a connu une forme “areligieuse” pendant tout le siècle dernier, il n’est pas sûr que ce mouvement continue et je pencherais plutôt pour le développement chez nous aussi d’un certain syncrétisme, mêlant spiritualité orientale, latino-américaine, croyances New Age et vieux fonds chrétien.

N'y a-t-il pas par ailleurs un héritage oublié du judéo-christianisme ? Les valeurs dites républicaines comme la liberté, l'égalité et la fraternité ne sont-elles pas finalement les descendantes des principes de l'Eglise ?

Christophe Geffroy : Si bien sûr, cela se comprend aisément après ce que j’ai essayé de démontrer plus haut. Il est évident, en particulier, que le triptyque révolutionnaire liberté-égalité-fraternité est impensable sans l’arrière-plan chrétien. La liberté, l’égalité et la fraternité sont trois valeurs éminemment chrétiennes bien antérieures à leur proclamation par la Révolution française.


Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/cet-heritage-judeo-chretien-bien-assimile-que-france-finit-oublier%E2%80%A6-voire-nier-michel-maffesoli-christophe-geffroy-1047728.html#LzLPo810QTyEFMR3.99

 

Cathos et rebelles : Un article plutôt tonique.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article