Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

 

Chef d'entreprise, franco-iranienne, Shéhérazade Semsar a fait ses études supérieures aux États-Unis. Depuis juillet 2013, elle siège au conseil d'administration de l'université de Georgetown (Washington D.C.). Elle déclare au Figaro :

"Les études sur le genre se sont créées une place dans l’enseignement primaire et secondaire aux États-Unis. Elles ne sont pas enseignées en tant que telles, mais elles ont, peu à peu, pris de l’importance dans la vie scolaire. Un exemple parmi d’autres : dans une école en Californie, cette inscription figure sur l’une des portes : « If you identify yourself as a boy, this is your toilet » (« Si tu te considères comme un garçon, ce sont tes toilettes »). Autre illustration, toujours en Californie, dans une classe de 5e, le cours d’éducation sexuelle est divisé en trois tiers : comment cela se passe entre deux hommes, deux femmes, un homme et une femme… D’ailleurs, dans la vie courante, sur les formulaires administratifs, on ne demande plus le sexe d’une personne mais son genre.

Qu’en est-il à l’université ?

La totalité des universités est obligée d’accueillir un LGBTQ Center (un centre lesbien, gay, bisexuel, transsexuel, queer), de la plus connue, Harvard, à une petite faculté du fond de l’Ohio. Une université qui s’y refuserait verrait une partie de ses subventions fédérales coupées. C’est à la fin des années 1980 que des centres lesbiens-gays ont commencé à être institués. Puis, au cours de la décennie suivante, plusieurs procès ont été gagnés en ce sens. Quant au « Q » - pour « queer » - qu’on peut traduire par « ceux qui ne savent pas » ou aussi par «les tordus » - il a été ajouté dans les années 2000. Le « queer » s’oppose aux normes qu’il considère imposées par la majorité hétérosexuelle, il s’appuie sur l’exception pour définir les règles sociales.

[...] Récemment Harvard a même dû accepter que la catégorie « sado-maso » soit aussi représentée sur son campus sous la dénomination « kinky » (pervers). Désormais, certains militent pour ajouter encore un « I » pour « intersexué » et un « A » pour « asexuel ». C’est sans fin… Mais on commence à réaliser l’absurdité de ces revendications qui ne relèvent que de la pratique de la sexualité. Un mouvement, notamment universitaire, qui a pourtant soutenu les « gender studies », trouve que les choses vont trop loin et qu’on est en train de tomber dans un « nationalisme gay ». Des associations de défense des droits des homosexuels ont même créé le « no homonationalism ».

[...] Sous couvert de faire avancer l’égalité entre les sexes, on a diffusé ce concept du genre. Jusqu’à quel niveau faudra-t-il aller dans l’exception ? Quand il faut gérer dix mille étudiants, avec tous les problèmes que cela suppose, est-il raisonnable de passer autant de temps sur les pratiques sexuelles de 0,1% de la population ? [...] On est passé d’une problématique « un homme peut aimer un homme » à l’idée que tout le monde peut être homme ou femme et qu’il n’y a pas de sexe biologique. Cette confusion me semble très perturbante. Elle participe de l’idée, répandue parmi, disons, la génération 2.0, d’une surpuissance de l’Homme sur la nature. [...]"

Derrière l'idéologie du gender, le lobby LGBTQ
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

castets 22/02/2014 07:39

Bonjour Mr Boulogne,
Il est grand temps de se préparer à accueillir tout ce qui nous vient des US ! Pour la France, je suggère de compléter cette tendance par les préférences culinaires ou artistiques pour en simplifier le tri, l'orientation ou la pratique universitaire ! Après tout, la réflexion est sans limite, tout comme la bêtise humaine forcément irréfléchie. Aucun plaisir où la gêne existe ?
Bonne journée et bravo pour l'évolution du blog en matière de présentation.
Cjj

Ch.Etzol 21/02/2014 02:26

Il n'y en a encore aucun qui se sente chimpanzé, Gorille (comme la chanson de Brassens) ou orang-outan...mais ça viendra! Il y en a bien qui veulent les classer dans le genre "Homo".
Jaurès ne disait-il pas ( Liberté et socialisme) : " Dans l'ordre nouveau, c'est bien la liberté qui sera souveraine. Le socialisme est l'affirmation suprème du droit individuel. RIEN N'EST AU-DESSUS DE L'INDIVIDU... Le socialisme est l'individualisme logique et complet." Belle conception de la liberté, refus de tout ordre que l'homme n'aurait pas lui-même inventé et qui ne relèverait que de chacun! Mais çà existe : c'est la loi de la jungle. Ch.Etzol